Publié : 11 novembre

Désorienté

Ébieûgi

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 11 novembre 2022

Ébieûgi

Lai mairtche ât boénne po lai saintè. Èlle fait di bïn taint â coûe qu’en l’échprit. Èlle permât de yuttaie contre lai poijantou aich’ bïn que contre le croûye aigrun. L’Aidjoûe se prâte bïn en lai mairtche, d’aivô ses faiyis, ses senties, ses vâs, ses p’tèts crâs. Pe d’éroiyenainnes montèes, pe de daindgeroujes déchentes. Les dgens d’ lai vèlle le saint, yos qu’ainmant taint v’ni mairtchi dains not’ coénat.

Ïn mairtchou s’ât râtè en lai croûjie des tch’mïns. È conchulte sai câtche. Continuaie tot drèt o bïn rev’ni chus ses pas, pâre è drète o bïn pâre è gâtche ? Ch’ le rantchat, ïn paiyisain r’meule sai fâx.
- Èstiûjjètes -me, Chire, Beunevéjïn, ç’ât encoé loin ?
- Çoli dépend.
- Qu’ât-ce que vôs v’lèz dire poi li ?
- Bïn, se vôs peurchèyèz dains çte sens, çoli vôs fait è pô près quairante mille kilométres. Ni pus ne moins qu’ le touè d’ lai tiere. Mains s’vôs prentes lai vie drie vôs, vôs, en èz è poéne po in p’tèt quât d’hoûere.

Notes

Ébieûgi, désorienté
lai poijantou, ici, le surpoids
le croûye aigrun, la mauvaise humeur
faiyis, ses forêts de hêtres
éroiyenainnes, épuisantes


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

Désorienté

La marche est excellente pour la santé. Elle profite autant au corps qu’à l’esprit. Elle permet de lutter aussi bien contre l’obésité que contre la mauvaise humeur. L’Ajoie se prête bien à la marche, avec ses hêtraies, ses sentiers, ses vallons, ses collines. Pas d’ascensions épuisantes, pas de périlleuses descentes. Les citadins le savent, eux qui aiment tant randonner dans notre contrée

Un marcheur s’est arrêté à une croisée de chemins. Il consulte sa carte. Continuer tout droit ou revenir sur ses pas, prendre à droite ou à gauche ? Sur le talus, un paysan aiguise sa faux.
- Excusez-moi, Monsieur. Beurnevésin, c’est encore loin ?
- Ça dépend.
- Qu’est-ce que vous entendez par là ?
- Eh bien, si vous continuez dans cette direction, ça vous fait à peu près quarante mille kilomètres. Ni plus ni moins que le tour de la terre. Mains si vous prenez le chemin derrière vous, vous, en avez à peine pour un petit quart d’heure.

Les chroniques patoises de Bernard Chapuis en 2022

Toutes les chroniques patoises de Bernard Chapuis