Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Vie d’enfants > En pensionnat à Melchtal, les souvenirs de Mme P. Godat
Par : Fleury LJ
Publié : 23 décembre 2011

En pensionnat à Melchtal, les souvenirs de Mme P. Godat

Beaucoup de jeunes Jurassiennes ont fréquenté des pensionnats en Suisse alémanique.

Voici le témoignage de Mme Godat, du Noirmont.

La traduction en français suivra.

Le récit de Mme Godat

Agnès Surdez a enregistré Mme Godat :

info document -  MP3 - 6.3 Mo
Melchtal 2
Melchtal 2 -  MP3 - 5.7 Mo
Melchtal 2
Melchtal 3
Melchtal 3 -  MP3 - 5.4 Mo
Melchtal 3
Melchtal 4
Melchtal 4 -  MP3 - 4.7 Mo
Melchtal 4


Le couvent de Melchtal, communauté de Bénédictines

Situation de Melchtal


In an e Melchtal (OW)

Djeuqu’en l’aîdge de dieche ans, 1 é vétyu è Cofaivre, tchie les Mèrgats. Mon père était ôvrie es CONDOR, mai mère nos éyeutchalt, mai soeuratte et pe moi.
In bé djoué, mon père é trovè ïn traivaiye en lai TORNOS et nos sons allés d’moéraie è MOTIE. Mai soeur et moi ains ècmencie 1’école le dieche de décembre déjnûef-cent soissante. E nos sannalt qu’nos botïns les pies dains ïn âtre monde. Tôt était nové : les yûes, le métré d’école, les afaints que nos raivoétïnt sains râtaie, è pe que riôlïnt d’note faiçon de djâsaie, de trïnnaie chu les mots cmen des Jurassïns ... que nos étïns !
Se nos ains bïn soie trovè des novés caimerâdes, les yeçons en l’école ne se sont pe péssèes che bïn. Moi, i ai vos di r’taîd tôt paitchot î Les âtres éyeuves étïnt bïn pus aivaincies qu’moi. Es saivïnt tôt, moi, quasi ran. Qu’é peut seuveni i voidge de ces premières s’nainnes dains çte vèlle ...
Le métré d’école aivait dichcutè aivô mes pairents po yos dire qu’i ne sairôs péssaie les « examens » que m’airïnt eûvri les poûetches de l’école « secondaire ». Çoli, i l’ai vos bïn compris.
Dïnche, i seus d’moérèe en 1’école « primaire ». Aiprés aivoi raittraipè mon r’taîd, i peus dire, sains me bragaie, qu’i étôs ènne des moiyoues éyeuves de mai classe, à moins les Iras drieres années. Poétchaint, i m’étôs bote dains lai tête que che i n’étôs pe allée en 1’école « secondaire », i ne porrôs pe aippâre ïn métie.
Tiaind mes pairents me d’maindïnt qu’ât-ce qu’i v’iôs faire aiprés 1’école, i n’en saivôs ran di tôt. In dJoué, es m’aint dit :
- Et bïn, se te ne sais pe ço qu’te veus faire, nos v’ians te botaie ïn an à « pensionnat », po aippâre 1’allemand, les bouènnes mainieres, è pe totes soûetches de tchôses qu’è fat saivoi d’vaint de s’mairiaie : t’ni ïn ménaidge, aippâre è tieujenaie, è côdre, aippâre è r’cidre les envellies ... T’és brament de tchaince ! Que me raibaîtchïnt mes pairents. Des ôvries qu’enviant loue baîchatte dains ïn. « pensionnat », è n’y en é voûere.
I saivôs aito qu’mai mère aivait traivaiyie totes les vâprèes dains ïn p’tét ait’lie d’heurleudgerie, è pe que ç’t’annèe è v’ni v’iait côtaie quaitre mille fraincs ! Dains ci temps-li, çoli f’sàit brament d’airdgent !
Enne baîchatte de Cofaivre était allée è MELCHTAL, ïn p’tét v’iaidge dains le cainton d’Obwald. Cmen çoli s’était bïn péssè po lée, è feut décidé qu’i adrôs aito è MELCHTAL. Mes pairents aivïnt voyu qu’i f’seuche mes nûef années d’écôle pe, encheûte, qu’i alleuche aippâre 1’allemand.
Enne lichte d’haiyons è aitchetaie était airrivèe pal lai pochte. E fayait trovaie des bleus d’vaintries aivô des biaincs côs po lai s’nainne. Po l’dûemoine, i daivôs aivol ènne bieûve véture aivô ènne biaintche blôde. An nos bèyait, po fini ç’t’aiccoutraidge, ïn p’tét tchaipé que r’sannait en ïn toétché. Totes les baîchattes aivïnt l’meinme ! Mai mère aivait bote mon nom chu tos mes haiyons : des tiulattes en péssaint pè les tchâssattes, les tchemijattes, les blôdes, les d’vaintries, sains rébiaie les motchous de baigatte.
Tos les haiyons daivïnt être mairtçhès. E nos fayait aito aippoétchaie ènne tieuyie è sope, ènne fouértchatte, ïn coûté è pe ènne petéte tieuyie, graivès a nom d’iai baîchatte. Tiaind tôt çoli feut prât, è n’y aivait pus qu’è aittendre le dJoué di dépaît. I me s’vïns qu’c’était aiprés les condgies de Paîtches 1966. i é rébiè se ci voiyaidge s’ât péssè aivô le train vou bïn se ïn onçhat qu’aivait ènne dyïmbarde nos é conduts.
Ç’qu’était chur, nos y étïns : mes pairents po quéques heures, mains moi po tote 1’année.
Le v’iaidge était tôt p’tét, mains è y aivait dous môties : çtu di v’iaidge, pe çtu di covent, laivou d’moérïnt les soeurs. Le « pensionnat » était à long di covent. Le v’iaidge était coitchi dains des montaignes che hâtes qu’è fayait yevaie lai tête po ravoétie le cie.
Aiprés aivoi fait lai cognéchaince de çte bouènne soeur Anita que v’iait s’otiupaie des baîchattes qu’étïnt li po aippâre 1’allemand, çté-ci nos é môtrè le gros poiye, 1’école, les tchaimbres, tôt en djâsaint bïn dgentiment aivô nos.
Mon père, qu’était ïn sacré baidgelou, aivait ralcontè tote l’hichtoire des dgens de note câre de tiere, que yuttïnt aivô foûeche et corraidge po faire ïn djoué ïn cainton. Cte bouènne soeur Anita n’aivait djemais oyu djâsaie de çoli î Mon père, que se baittait dâs 1’ècmencement de lai yutte po lai libretè di Jura, aivait tôt èchpiiquè lai quechtion jurassïnne en çte bralve soeur que tchoiyait des nues. Encoé mitnaint, elle se raippeule de lu aivô son cainton dl Jura !
Tiaind mes pairents sont paitchis, i ne me raippeule pe se i aivôs les laîgres es euyes, mains i crais que nian, pochqu’i n’aivôs dJemais ai vu lai grie tiaind qu’i allôs en condgies tchi mai tainte vou bïn tchi mai graind-mére.
L’annèe é ècmencie. Nos étïns cent dieche éyeuves. Dains ces cent dieche baîchattes, è y en aivait traze que v’nïnt de çte sen-ci d’iai Sarine è pe ènne dl cainton di Tessin. Dïnche, nos étïns tçhaitoûje po aippâre 1’allemand aivô Soeur Anita qu’aivait è poéne trente ans. Nos aivïns d’iai tchaince, pochque c’était lai pus dgentille de totes les soeurs-métrâsses d’école.
I dais recognâtre que les premies djoués sont aivus malaIJles. I aivôs di ma de compare ci laingaidge, mâgrè que tôt le monde était oblidgie de djâsaie le « bon allemand ». E y aivait aito brament de traivaiye : çti côp, c’était 1’école « secondaire » ! I mejurôs ço qu’çoii v’iait dire î
Quaitre côps pal s’nainne, nos allïns en lai masse : des côps d’vaint le dédjûnon, des côps aiprés. E fayait s’iaivaie, s’véti, s’botaie dous pai dous, tôt çoli sains piepe ïn mot.
Nos allïns encheûte, à môtie. En r’veniaint d’iai masse, piepe ïn mot non pus ; ç’n’ât ran qu’en dédjûnaint qu’an poyait ècmencie de djâsaie. Aiprés le dédjûnon, ces qu’aivïnt lai tchairdge de
débairraissie les taies et de r’iaivaie les étchéyattes, le f’sïnt tôt content. D’âtres daivïnt écouvaie les égraies vou bïn les tchaimbres. Totes les baîchattes aivïnt âtçhe è faire. Aiprés l’ménaidge ècmencïnt les coués. Moi, i ainmôs bïn les yeçons d’allemand, de français, de tchaint, de calligraphie. I allôs v’iantie en 1’école, mains chutôt, i me f’sôs ïn devoi de bïn traivaiyie, taint i saivôs caen mes pairents aivïnt ménaidgie po paiyie ç’t’année que v’iait être graivèe dains mai mémoûere.
Tôt allait défïnmeu tiaind, ïn bé djoué, è peu prés tçhïnje djoués aiprés mon airrivèe, i étôs è mai piaice, dains lai classe d’écôle.
Le soroiye rétchâdait nos taies, çoli çhorait bon l’hierbe que boûesse, les çhoérattes que crachant ... An oyait les cleutchattes des dgeneusses ... Les p’téts l’ôjés syôtrïnt, hèyurous de r’voûere le bontemps. Tôt d’ïn côp, i m’seus botèe è pûeraie è ne pus poyaie me râtaie. Cmen çoli n’péssait pe, lai soeur m’é envie à d’vaint-1’heu. ïn pô pus taîd, elle ât v’ni me consolaie.
Dâs ci djoué-li i é saivu ço qu’c’était que lai grie de l’hôtâ.
Les djoués aint péssès. Nos aivïns taint de yeçons et de devois qu’i n’ai vos pe trâp 1’temps de musaie en l’hôtâ. E n’y aivait pe de « téléphone » po les éyeuves. Niun ne poyait aippelale ses pairents et cés-ci n’aivïnt pe l’aiccoûe po nos aippelaie.
I envi os ènne lattre le dûemoine en mes pairents vou bïn en mal soeur. Tos les sois, lai dichtribution des lattres f’sait des hèyurouses. Nos étïns preussies d’oyi se nos aivïns r’ci âtçhe. Enne lattre, c’était l’banheur ! In paiquet plein de loitcheries nos r’bèyait d’iai vidyoure, tiaind, es nûef,nos maindgïns ç’que nos aivïns r’ci ! Po les quaitre, an nos bèyait di thé et di bon pain qu’était s’vent encoé tchâd. Nos poyïns en maindgie è r’bousse-meûté ! Vos peutes me craire : en lai fïn d’1’année, nos aivïns aittraipè des bouènnes dJoûes et des bouènnes tieuches !
Po profitaie d’I’oûere d’iai montaigne, nos allïns tos les dJoués alprés l’dénèe, nos poérmenaie de l’âtre sen di v’iaidge. Enne soeur devaint, ènne derie, dïnche nitin ne poyait se sâvaie, ne se piedre ! Di temps de ces p’tétes soûetchies, nos étïns foéchies d’allemandaie ... bïn chur !
Quéques côps, nos aivïns des soûetchies ïn po pus grantes : ènne djouénèe è paitinaie chu le lai de MELCHSEE-FRUTT. Que piaiji nos ains aivu !
In âtre côp, le tchâtemps, nos étïns allées voûere lai iBâJon de ci Nicolas de Fliie. C’était craibïn çté de sai fanne et pe de ses dieche afaints, pochque lu aivait léchie tos les sïns po allaie prayie, tôt per lu dains lai montaigne. E pairât qu’sai fanne était d’aiccoûe : braîve fanne î De çte soûetche, è n’y en é pus.
Nos sons r’venis en l’hôtâ dous côps dains 1’année : po les gros condgies di tchâtemps et po Nâ. Ces que v’iïnt allaie dains yote faimille en l’Aiscension poyïnt le faire. Cmen i d’moérôs bïn loin d’il, 1 n’seus pe rentrée en l’hôtâ. Mon Due qu’i ai vos aivu réjon : le dûemoine à soi, tiaind nos nos sons r’trovèes tus ensoinne po lai prayiere, tôt 1’monde puerait ... sâf ces qu’étïnt d’moérèes li !
Po lai bue, çoll s’péssait dïnche : nos aivïns des salts è lïndge cmen les soudaîts. Tchèque s’nainne, vou bïn tos les tchïnze dJoués, 1 enviôs mes haiyons dains ci sait en mai mère. C’ât lée que f’sait
lai bue et me renviait mes aiffaires bïn laivèes et r’péssèes. Cmen po les soudaîts, lai pochte ne d’maindait piepe ïn sou. At-ce encoé dïnche mitnaint ? E m’sanne que lai pochte ne traivaiye pus po ran ...
En djâsaint de soudaîts, i me raippeule que mon père était v’ni tôt prés de MELCHTAL po faire ïn coué de soudaîts. E n’étalt pe rentré en l’hôtâ en lai fin de s’nainne po poyait v’ni vas moi ci dûemoine-1i. I voidge de ci djoué ïn bé seuveni, pochqu’i m’étôs sentie preûtche de lu. Cmen lu, l’hôtâ me mainquait. Cmen lu i ai vos des haiyons qu’i n’aivôs pe tchoisis. Nos étïns les dous tôt per nos. Aiprés aivoi maindgie à cabaret, lai vâprèe s’était péssèe à nos poérmenaie. E y aivait d’iai noi et mon père raiméssalt des paipies de SUGUS. Aivô cés-ci an poyait r’cidre des points AVANTI et aivô ces points AVANTI, an poyait aitchetaie des livres que ne côtïnt pe trâp tchie. Mon père aivait 1’aivéje de ménaidgie î
Encheûte, nos étïns r’venis et, dains ènne tchaimbratte voué se trovait ïn piano, è m’aivait djuè « LAI TCHAINSON DE LARA » di film « LE DOCTEUR JIVAGO ». Encoé mitnaint, tiaind i ôe çte tchainson, i vols mon père sietè à piano et djuaint aivô ses haiyons de soudait.
Cmen le « pensionnat » était t’nl pai des soeurs, è fayait bïn chur al laie bïn des côps à môtie. Quaitre masses pai s’nainne, se mes seuvenis sont djeûtes, le saimedé à soi po le tchaipelat et le dûemoine à soi po lai prayiere. In côp, i aivôs taint de yeçons è aippâre qu’i aivôs coitchi mes devois dains mon gralie. Niun n’é ran vu ... Que tchaince !
E fat aito salvoi qu’ie soi, es nûef. lai lumière était copèe po tôt 1’monde. Qu’an feuche prâte po allaie à yét, vou bïn encoé otiupèe è faire âtçhe, tôt d’ïn côp c’était lai neût ’ Dains les tchaimbres, niun ne poyait dJâsaie. Se lai soeur que churvoyalt oyait dJâsaie, nos étïns bouènnes po allaie nenttaiyie les tçhoûeres lai s’nainne que cheûyait.
Tchaintaie, totes les baîchattes poyïnt le faire. Syôtraie, çoli était défendu ! C’était po les boûebes ! An nos envoidjait aito de montaie les égraies dous pai dous. Lai laingne de condute était due. Les baîchattes d’adJd’heû ne sairïnt d’moéraie dains dïnche ènne mâjon. De totes faiçon, cés-ci ne sont pus en lai mode î
E MELCHTAL, le covent n’é pus que quéques soeurs. Piepe ènne djûene n’ât v’nie dâs bïn longtemps. Le « pensionnat » é çho ses poûetches dâs 1998. Ran que les mâjons sont encoé 1i po des « séminaires », des coués, des dgens que v’iant dremi quéques neûts, etc.
Eve cïntçhe ans, aiprés quairante années, nos nos sons r’trovèes è MELCHTAL. Chu les tçhaitoûeje qu’nos étïns, ènne était vave, ènne était d’moérèe véye baîchatte, ché étïnt mairièes et cné étïnt divorcées.
Qu’ât-ce qui voidge de ç’t’annèe à « pensionnat » ?
Et bïn, i dais recognâtre que c’était du. Chutot mai faim !Ile et pe 1’hôtâ m’aint maînquè. E fayait réyle mes tieusains tote per moi, mains çoli m’é bèyie d’iai foûeche. Quéques côps è fayait aito môtraie qu’i aivôs dl corraidge et ne pe me plaindre po ran. E MELCHTAL, i é bïn aippris 1’allemand, meinme se, adjd’heû, è n’en réchte quasi pus ran ...

Lai baîchatte qu’était sietèe à long de moi en 1’école v’niait des Breuleux. Di temps des condgies di tchâtemps, elle m’aivait ïnvitèe è péssaie dous djoués dains sai faimille. E y aivait ènne fête voué an dainsait. In dJûene hanne m’aivait d’maindè se i v’iôs dainsie aivô lu. Cmen è m’piaijait bïn, i y é dit « èye » tôt content. Pus taîd, aiprés 1’année di « pensionnat », 1 l’ai r’trovè tiaind è y aivait ènne fête de v’iaidge, vou bïn en lai fête di Peupye è D’iémont ...
Çoli fait bïntôt quairante ans qu’nos sons mairies.
Se i n’étôs pe allaie è MELCHTAL, i n’airôs chûrement djemals cognu çte baîchatte des Breuleux. I ne s’rôs djemais allée en çte fête et i n’airôs pe cognu non pus çtu qu’ât dev’ni mon hanne et le père de mes afaints. C’ât poquoi i peus dire que çoli vayalt lai poéne de péssaie ïn an d’mai vie, perdjue dains lai montaigne, copèe dl monde à bé moi tan de lai Suisse ’

Le Nairmont. mars 2011/P.Godât