Par : Fleury LJ
Publié : 20 août 2009

Denis Frund, RFJ, 14 juin 2009

Radio Fréquence Jura
RFJ

Rubrique en patois du 14 juin 2009

Auteur : Denis Frund

DFrund_RFJ090614.mp3 -  MP3 - 2.6 Mo
DFrund_RFJ090614.mp3

Bïn l’bondjo tot l’monde. Adjd’heû, è m’en encrâ tot piein de n’saivoi étre aivô lai rotte des patoisaints è Tçheuve, tchie les Tçhaissèts. ç’ât dïnche, an n’ sèrait étre en dous yûes en lai fois. I seus chur qu’ès sont brâment et qu’èls aint di piaiji d’se r’trovaie po djâsaie patois. I tçhvâ en tos ces dgens ènne bèlle djouénnèe. I echpére qu’le sorèye ât de lai pairtie et que lai mâsse è poyu s’péssaie feû è l’empiaicement des Echaipouses â Mont de Tçheuve.

I tïns è compyimentaie les patoisaints d’Aidjoûe et di çhôs di Doubs po loute vint-cïntçhîeme féte. I gaidge que ci maitïn, en lai mâsse, de feû ou bïn â môtie de Tçheuve, èls aint bïn praiyie et tchaintè et qu’èls aint aiyu di piaiji d’oyi l’prâtche di Chir Tchainoinne Jacques Oeuvray. ç’ât aidè ïn bon môment qu’an voirde dains sai mémoûere tiaind qu’an ôe l’chire Oeuvray prâtchie en patois, chutot d’aivô les p’tètes loûenes qu’è bote pè d’dains son prâtche po s’meu faire compâre.

I m’seus dje dit bïn des côps, tiaind i vois tot ç’monde que vait en ces mâsses en patois, qu’è farè crait-bïn qu’è y en aiyeuche pus s’vent po qu’les môties feuchïnt ïn po pus pieins ! ç’ât bïn chur po coéy’naie qu’i dis çoli, mains ç’n’ât p’ défenju d’y musaie. È fât aijebïn dire que les dgens sont che heyrous qu’ès aippiâdgeant en lai fïn de lai mâsse ou bïn des côps dje aiprès l’prâtche. Vos étes d’aiccôue que ç’n’ât p’ dïnche tos les dûemoines dains nôs môties.

È y é des dgens que v’niant d’bïn loin po aissichtaie en ces ôffices, de Béfoûe, de Montbiaîd, de Djûene Montreux èt peus meinme de lai sen de B’sançon. È fât saivoi qu’le patois des dgens d’lai Fraintche-Comtè ou bïn de Béfoûe ât quasi l’meinme qu’le nôtre et que nos s’compregnans sains probyème.

Voili, mitnaint è Tçheuve, ès maindgeant ou bïn i m’pense qu’è y en é qu’sont ïnco en l’aipéritif. Dâli, i yos dis « saintè ! », en vos tu aijebïn, bon dûemoine en tot l’monde et è dains troès s’nainnes !

Rossmâjon, en djuïn 2009
D.F.


Traduction de l’émission du 14 juin 2009

Bien le bonjour à tout le monde. Aujourd’hui, je regrette beaucoup de ne pouvoir être avec le groupe des patoisants à Coeuve, chez les Tçhaissets. C’est ainsi, on ne peut être à deux places à la fois. Je suis sûr qu’ils sont nombreux et qu’ils ont du plaisir de se retrouver pour parler patois. Je souhaite à toutes ces personnes une belle journée. J’espère que le soleil est de la partie et que la messe a pu se passer en plein air à l’emplacement des Echaipouses au Mont de Coeuve.

Je tiens à complimenter les patoisants d’Ajoie et du Clos du Doubs pour leur 25e anniversaire. Je parie que ce matin, à la messe, en plein air ou en l’église de Coeuve, ils ont bien prié et chanté et qu’ils ont eu du plaisir d’entendre le sermon de Monsieur le Chanoine Jacques Oeuvray. C’est toujours un bon moment qu’on garde dans sa mémoire quand on entend Monsieur Oeuvray prêcher en patois, surtout avec les petites histoires drôles qu’il inclut dans son sermon pour mieux se faire comprendre.

Je me suis déjà dit plusieurs fois, quand je vois tout ce monde qui assiste à ces messes en patois, qu’il faudrait peut-être qu’il y en ait plus souvent pour que les églises soient un peu plus remplies ! C’est bien sûr pour plaisanter que je dis cela, mais ce n’est pas défendu d’y penser. Il faut aussi dire que les gens sont si heureux qu’ils applaudissent à la fin de la messe ou bien parfois déjà après le sermon. Vous êtes d’accord que ce n’est pas pareil tous les dimanches dans nos églises.

Il y a des personnes qui viennent de bien loin pour assister à ces offices, de Belfort, de Montbéliard, de Montreux-Jeune et même de Besançon. Il faut savoir que le patois de la Franche-Comté ou de Belfort est presque le même que le nôtre et que nous nous comprenons sans problème.

Voilà, à Coeuve maintenant, ils mangent ou bien je pense qu’il y en a encore qui sont à l’apéritif. Alors, je leur dis « santé ! », à vous tous aussi, bon dimanche à tout le monde et à dans trois semaines !

Denis Frund