Par : Fleury LJ
Publié : 21 octobre 2013

Il faut s’instruire

È s’fât inchtrure

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 18 octobre 2013

« An peut aippare tote sai vie », diait l’Arthur.

« Tenis, moi, i chêus tras coés en l’Université populaire. I seus quasi feu tos les sois. Le maidgi, ç’ât di schwyzerdütsch. Å tchâtemps, i veus rcidre des p’téts l’Alboches que vniant dremi chu l’étrain. È fât qu’i poéyeuche djâsaie d’aivo yos.

Le métçhedgi, i fais de l’archéologie. Vôs saîtes qu’èls ont r’trovè ïn cèm’tiere en lai Combe Varu ?

Le djuedi, i aî lai Sïnte-Cécile. Le vârdi, nôs ains des conf’rences chus l’hichtoire des prïnces-évêtçhes.Vôs saîtes tiu ç’ât Jaques Sigismond de Reinach ?

– Nian !

– Ç’ât çtu qu’è fait è condamnaie Pierat Péquignat.

– Èt peus toi, qu’yi dit Féréol, ïn véjïn que n’vai p’en l’Université populaire mains que sait tot ç’que s’pésse â v’laidge, ât-ce que te coégnâs ïn Pérot ?

– Dé nian !

– Ç’ât çtu que tïnt compaingnie en tai fanne tiaind qu’te vais en tes coés di soi.

Se cultiver, c’est bien, mais en faire trop peut nuire à l’harmonie du couple.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.5 Mo

info document -  PDF - 152.6 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">