Publié : 19 octobre 2018

Un nouveau mot

Ïn nové mot

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 19 octobre 2018

Ïn nové mot

En l’écôle, ès sont tchoés chu ïn maléjie mot : cleptomane. Dains ènne yéjure o bïn ch’ lai feuille tiaind qu’ès dichcutant des novèlles di djoué. Cleptomane, qu’ât-ce que çoli peut bïn dire ? Lai régente s’ât bèyie di mâ po l’ faire è compare. « Le cleptomane, qu’èlle dit, ne peut p’ s’eurteni d’ voulaie, que ce feuche dains les maigaisïns o âtre paît. È peut aich’ bïn voulaie ïn lédyume que vôs pâre vot’ boéchatte. Le cleptomane, ç’ât ïn malaite. È dait s’ soingnie. Lai cleptomanie, ç’ât ènne saqueurdie d’ malaitie. » Chires, méfietes-vôs des cleptomanes ! Cheurvoiyietes vos baigattes !

Le mot cleptomane, an n n’ le trove pe en patois. De çtu que voule, tchie nôs, an dit simpyement : ç’ât ïn laîre. O bïn ç’ât ïn lâdre. Mains djemais, ô Dé djemais ïn cleptomane.

Heûte djoués aiprés, lai régente veut voûere ç’ que ces afaints aint r’teni.

—  Lai snainne péssèe, nôs ains aippris ïn nové mot. Ât-ce que vôs s’ sovïntes cment qu’an aippeule lai dgen que chneuque dains lai baigatte d’ïn hanne ? Ç’ât… ? Ç’ât..? Aittieutes ! Tiu ç’ât… ?

Ènne main s’yeuve. Lai régente ât tote rédjoyie.

—  Yé bïn, Mairion, tiu ç’ât çte dgen que chneuque dains la baigatte d’ïn hanne ?

—  Ç’ât sai fanne.

Note
laîre, voleur. A rapprocher du français « larron »
lâdre, voleur, mais aussi avare. Le vieux mot français « ladre » s’appliquait au malade atteint de la lèpre.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.4 Mo

Un nouveau mot

A l’école, les élèves ont rencontré un mot difficile : cleptomane. Dans une lecture ou dans le journal quand ils discutent des nouvelles du jour. Cleptomane, qu’est-ce que ça peut bien signifier ? L’institutrice s’efforce de le faire comprendre. « Le cleptomane, explique-t-elle, ne peut s’empêcher de voler, que ce soit dans les magasins ou autre part. Il peut aussi bien dérober un légume que vous piquer votre porte-monnaie. Le cleptomane est un malade. Il doit se soigner. La cleptomanie est une pénible maladie. » Messieurs, méfiez-vous des cleptomanes ! Surveillez vos poches !

Le mot cleptomane n’existe pas en patois. De celui qui vole, chez nous, on dit simplement : c’est un larron ou quelque chose dans le genre. Mais jamais, ô Dieu jamais un cleptomane.

Huit jours plus tard, la maîtresse veut contrôler ce que ces bambins ont retenu.

—  La semaine passée, nous avons appris mot nouveau. Est-ce que vous vous souvenez comment on appelle la personne qui fouille dans la poche d’un homme ? C’est… ? C’est..? Allons ! Qui est-ce… ?

Une main se lève. La maîtresse est ravie.

—  Eh bien, Marion, qui est-ce cette personne qui fouille dans la poche d’un homme ?

—  C’est sa femme.