Publié : 22 janvier 2016

Un empêchement

Ïn empâtche

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ, le 22 janvier 2016

Ïn empâtche

Lo Lucas ât fô aimoérou d’ lai Mounatte. È n’ peut p’ péssaie ïn djoué sains lai voûere. È vait l’aittendre tchéque soi â train des chés po lai r’moénaie en l’hôtâ. À bon an, èl é dainsè tote lai neût d’avô lée. Ès djâsans d’ se fiançaie â paitchi-feu, peus d’ se mairiaie â tchâtemps. Çoli n’ piaît p’ â Taitin, lo pére di Lucas.

- È t’ fât râtaie tot comptant d’avô çte Mounatte.
- Ét poquoi, Pére ?
- È y é ïn sérious empâtche. .
- Loquél ?
- I n’ serôs t’ le dire. .

Èl en airait faiyu pus qu’ çoli po décoéraidgi lo Lucas. Pus l’ pére en dyait, pus lo Lucas éprovait d’ lai pâssion po çte Mounatte. Ïn soi, le pére dyié en son bouebe :

- Vïns â d’vaint l’heûs, qu’ lai mére ne nôs oyeuche pe.

Ènne fois feû :

- Écoute-me, Lucas. I n’aî ran contre lai Mounatte. Ç’ât ènne tote braive baichatte, èt peus ses poirents sont des dgens d’aidroit. Ç’ n’ât p’ li l’ probyème. I te dais lai voirtè. Tiaind qu’i aivôs ton aidge, i aî engrôchè sai mére. Çoli fait qu’lai Mounatte, ç’ât tai soeur. Nôs feunes tus d’aiccoûe po étouffaie l’aiffaire.

Lo Lucas en aivait grôs ch’ le tiûere. Èl ât allè pûeraie voi sai mére.

- Ne t’en fais p’, mon ptèt Lucas. Lai Mounatte èt peus toi, vôs s’ peutes mairiaie. I veus t’ dire ïn ch’crèt : Le Taitin , ç’ n’ât p’ ton pére.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.6 Mo

Un empêchement

Lucas est follement amoureux de Simonette. Il ne peut vivre un jour sans la voir. Il va l’attendre chaque soir au train de six heures pour la reconduire à la maison. Au Nouvel An, il a dansé toute la nuit avec elle. Ils envisagent de se fiancer au printemps et de se marier en été. Cela n’est pas du goût de Célestin, le père de Lucas.

—  Il te faut cesser immédiatement tes relations avec Simonette.

—  Et pourquoi, Papa ?

—  Il y a un sérieux empêchement.

—  Lequel ?

—  Je ne peux pas te le dire.

Il en aurait fallu davantage pour décourager Lucas. Plus le père insistait, plus la passion de Lucas pour Simounette augmentait. Un soir, le père dit à son fils :

—  Sortons, que ta maman ne nous entende pas.

A l’extérieur :

—  Écoute-moi, Lucas. Je n’ai rien contre Simonette. C’est une bien brave fille, et ses parents sont des gens respectables. Le problème n’est pas là. Je te dois la vérité. Quand j’avais ton âge, j’ai mis sa mère enceinte. Ce qui fait que Simonette, c’est ta sœur. Nous avons étouffé l’affaire d’un commun accord.

Lucas en avait gros sur le cœur. Il est allé pleurer près de sa mère.

—  Ne t’en fais pas, mon petit Lucas. Simonette et toi, vous pouvez vous marier. Je vais te confier un secret : Célestin n’est pas ton père.

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">