Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Saype, l’hanne que graiyenne tchus nôs caimpaignes
Publié : 19 août

Saype, l’homme qui dessine sur nos campagnes

Saype, l’hanne que graiyenne tchus nôs caimpaignes

Michel Cerf, l’Micou

Paru dans L’Ajoie

Saype, l’hanne que graiyenne tchus nôs caimpaignes

Afaints, tiaind nos f’sïns dés cabânes dains lés aîbres o bïn lés aidges, è n’fayait’pe rébiaie tot ço que lai poyait faire bèlle... ç’te cabâne. An f’sait dés tchmïns aivô dés pieres de totes lés tieulèes, an tchoisissait lés pus bèlles feuyes, an alaingnait dés pivattes, an f’sait dés taipis de mousse...
Niun ne musait, en ci temps-li, qu’an poyait faire de l’Art ran qu’aivô ç’qu’an trove dains lai naiture. Mitnaint, ç’ât en lai môde, èt meinme çoli poétche ïn nom : lo « land art ».
È fât dire que cés que faint di « land art » adj’d’heû aint dés novés moyïns. Aivô dés piaîntes, ès faibriquant dés naiturèls prôduts po tieulaie l’hierbe dains lés caimpaignes. En n’utilijaint que dés maitéres trovèes tchus piaice è poyant r’présaintaie n’ïmpoétche quoi, des dgens, dés visaidges, dés savaidges bétes, enfïn tot. Yôs eûvres sont lo pus s’vent brâment grandes èt poyant dépéssaie lai grantou d’ïn câre de tiere voû an djûe â football... Dali è fât pare di r’tieul èt raivoétaie lés eûvres de prou laivi.
È n’y é pe grant, dains ci nové musée POPA, è Poérreintru, an poyait voûere lés eûvres d’ïn môlaire de tchie nôs que fait di « land art ». Saype, ç’ât l’nom qu’èl é pris, d’moére é Môtie, mais an peut trovaie sés ôvraidges dains brâment d’pays. Poétchaint è y fât étre â bon môment, poucheque lai naiture è bïntôt fait de r’pare lo tchus, èt, aivô lai pieudge, lo s’raye et les piaîntes que continuant de crâtre... tot f’nit pai s’décombraie.
Ci môlaire prôdut achi dés eûvres tchus toile, tchus plexiglas, o tchus dés mûes. Voili ché ans qu’è s’ât botè è décoûraie lai naiture aivô sés graiy’naidges tchus hierbe. En 2015, èl é fait ïn tâbiau de 1400 m2 dains lés frainçaises Alpes. De péssaidge en Valais, en-d’chus dés Crosets, nôs ains aivu l’piaîji de voûere yun de sés d’ries ôvraidges : dous afaints que raivoétant lés « Dents du Midi ».
Tiu ât-ce qu’airait musaie, en raivoétaint lés tâbiaus que montrïnt « Djésus dains lés biès », tchie nôs véyes dgens, qu’an porait ïnmaîdginaie ènne ïnmaîdge de Djésus... dains lés biès o tchus lés pétûres de nôs montaignes ?

L’micou

Saype, l’homme qui dessine sur nos campagnes

Enfants, quand nous faisions des cabanes dans les arbres ou les haies, il ne fallait pas oublier tout ce qui pouvait la rendre belle... cette cabane. On faisait des chemins avec des pierres de toutes les couleurs, on choisissait les plus belles feuilles, on alignait les pives, on faisait des tapis de mousse...
Personne ne pensait, en ce temps-là, qu’on pouvait faire de l’Art rien qu’avec ce qu’on trouve dans la nature. Maintenant, c’est à la mode, et même ça porte un nom : le « land art ».
Il faut dire que ceux qui font du « land art » aujourd’hui ont de nouveaux moyens. Avec des plantes, ils fabriquent des produits naturels pour colorer l’herbe dans les campagnes. En n’utilisant que des matières trouvées sur place, ils peuvent représenter n’importe quoi, des personnages, des visages, des bêtes sauvages, enfin tout. Leurs oeuvres sont le plus souvent très grandes et peuvent dépasser la grandeur d’un terrain de football... Il faut alors prendre du recul et regarder les oeuvres d’assez loin.
Il n’y a pas longtemps, dans ce nouveau musée POPA, à Porrentruy, on pouvait voir les oeuvres d’un peintre de chez nous qui fait du « land art ». Saype, c’est le nom qu’il a pris, habite à Moutier, mais on peut trouver ses oeuvres dans beaucoup de pays. Pourtant, il faut s’y trouver au bon moment, car la nature a tôt fait de reprendre le dessus, et, avec la pluie, le soleil et les plantes qui continuent de croître... tout finit par se détruire.
Ce peintre produit aussi des oeuvres sur toile, sur plexiglas, ou sur des murs. Voilà six ans qu’il s’est mis à décorer la nature avec ses dessins sur herbe. En 2015, il a fait un tableau de 1400 m2 dans les Alpes françaises. De passage en Valais, au-dessus des Crosets, nous avons eu le plaisir de voir une de ses dernières oeuvres : deux enfants qui regardent les « Dents du Midi ».
Qui aurait pensé, en regardant les tableaux qui montraient « Jésus dans les blés », chez nos vieilles gens, qu’on pourrait imaginer Jésus... dans les blés ou sur les pâturages de nos montagnes ?

L’micou

info document -  PDF - 45.1 ko