Par : Fleury LJ
Publié : 28 février 2012

Le riz au lait

Le riz a laicé

Céline Hemeler et Pierrette Godat

Le riz a laicé

Le riz a laicé
Le riz a laicé -  MP3 - 7.6 Mo
Le riz a laicé

LE RIZ A LAICE

C’ât ènne hichtoire que s’pésse dains les annèes déjnûef-cents.

Ïn djûene hanne vétçhait aivô son onçhat, ïn véye boûebe qu’était paiysain et que d’moérait vés Pieingne. In bé djoué, l’onçhat dit en son n’veu :

- E n’te fât p’faire cmen moi. E t’fât trovaie ènne fanne è pe t’mairiaie ! I cognâs des braîves dgens en lai montaigne, qu’aint tot piein de baîchattes que n’sont p’encoé mairièes. Vïns aivô moi, i veus t’condure en lai lôvrèe.

Dains ci temps-li, è n’y aivait p’ de dyïmbardes cmen adjd’heû et c’ât è pie qu’ès sont paitchis és Fraintches-Montaignes.

L’onçhat aivait bïn rècmaindè â djûene hanne de ne pe trâp baidgelaie, bïn s’teni è tâle et chutôt ne pe bâfraie cmen ïn poûe.

- Tiaind i t’bèyeré ïn côp d’pie dôs lai tâle, te dirés : « Nian, i vos r’méchie, c’était bon, i ai bïn maindgie ».

Les voili que sont airrivès vés les quaitre és Roudges-Tieres.

Les braîves dgens qu’les aittendïnt les aint r’cis les brais eûvis. Aiprés aivoi fait cognéchaince aivô le djûene hanne, ès aint djâsè de totes soûetches de tchôses, pe l’hoûere ât v’nie de péssaie è tâle.

Les djûenes baîchattes aivïnt aippontie ènne moirande de ci temps-li : di riz â laicé. Elles aivïnt tieûjenè aivô aimoué ènne grosse mairmite, pochqu’èlles saivïnt bïn qu’les dous hannes aivïnt tcheumenè tote lai djouénèe. Aiprés aivoi bèyie di riz en
tus, lai mére revïnt encoé ïn côp aivô sai mairmite et tos les dgens étïnt hèyurous de r’pâre de ci bon riz.

Mains le djûene hanne é dit :

« Nian, i vos r’méchie, c’était bon, i aî bïn maindgie ».

Lai mére airait bïn voyu qu’le djûene hanne repregneuche encoé de ci bon riz, mains tchéque côp qu’elle v’lait rempiâtre son aissiette, è diait aidé :

« Nian, i vos r’méchie, c’était bon, i aî bïn maindgie ».

Aiprés lai moirande, cmen les dichcussions ne s’râtïnt p’, lai mére é dit és dous hannes de d’moéraie et de péssaie lai neût tchie yôs. Enne tchaimbre aivô ïn gros yét po les dous v’lait bïn airraindgie les envellies di djoué.

Tiaind qu’les dous hannes se sont r’trovès â yét, l’onçhat diét â djûene hanne :

- Te n’és voûere maindgie po ton aidge !

- I airôs bïn maindgie ïn po d’pus, se te n’m’aivôs p’ fotu des côps de pie sains râtaie !

- Qu’ât-ce que te raicontes ? I ne t’és p’ fotu de côps de pie ! Mains... Ha ! Ha ! Ha ! I vois : ce n’était p’ mon pie mains c’était ci gros tchïn que trïnnait aidé dôs lai tâle ! Ha ! Ha !

- Eye, diét le djûene, mains ç’n’ât p’ le tot, moi, i crâve de faim !

L’onçhat, qu’aivait r’mertçhè qu’è y aivait encoé di riz â laicé dains lai mairmite, l’envie en lai tieûjainne, s’empâfraie, di temps que tot l’monde dremait bïn saidgement.

- Te peus aito m’en aippoétchaie ! que y dit l’onçhat.

Aiprés aivoi bïn maindgie, le djûene hanne r’monte les égraies aivô lai mairmite et ènne tieuyie. E n’y aivait p’ de lumiere dains ci temps-li et le djûene hanne airrive ... dains lai tchaimbre des baîchattes !!!

Cés-ci s’étïnt endremies, lai f’nétre tote eûvie po aivoi ïn pô de frâtchou et èlles s’étïnt meinme détiulottèes, foûeche qu’è f’sait tchâd !

Ün de ces p’téts tius, bïn éçhairè pai lai yune, r’sannait tot pitçhe en lai fidyure de l’onçhat, tote ronde ... aivô sai p’téte mouchtaitche !

Le djûene, qu’était chur que son onçhat était d’vaint lu, ècmence è y tchaimpaie des grosses tieuyies de riz en y diaint :

- Tïns, maindge !

Encheûte, è r’déchend les égraies po raippoétchaie lai mairmite en lai tieujainne. De r’toué dains sai tchaimbre - çti côp lai bouènne - è vait â yét, hèyurou d’aivoi maindgie è r’bousse-meûté.

- Te m’és rébiè, i vois que y dit l’onçhat. Poquoi te n’m’és ran aippoétchè ?

- Coije-te ! que le djûene y fait. I t’en aî fotu piein l’meûté et meinme piein lai mouchtaitche !

Cmen ès étïnt bïn sôles tos les dous, lai dichcussion n’é p’durie et les euyes se sont çhos bïn soîe.

Le lendemain l’maitïn, les baîchattes étïnt totes écamies de voûere ço qu’elles n’aivïnt pus fait dâs bïn des annèes ... : elles aivïnt tch... â yét !!!

- Mon Due, ât-ce possibye ? Tot ci riz dains nos yéts ! Nos sont oûedges cmen des poûes ! E fât tot content allaie tchrie des soiyats pe d’l’âve po nentayie tote çte miedge ! E fât nos dépâdgie et chutôt ne ran dire és âtres ...

Dïnche, niun n’é ran aippris de ço qu’ç’ât péssè çte neût-li.

Les dous hannes aint voidgè ïn tot bé seuv’ni de çte lôvrèe. Cmen c’était bïntôt lai Saint-Djean, ès sondgïnt dje qu’ès porrïnt bïn r’veni és Roudges-Tieres !

Entre nos, tiaind an n’fait p’ lai diffreince entre ïn tiu de baîchatte è pe lai téte d’ïn véye onçhat, ât-ce qu’è n’varait p’meu d’moéraie véye boûebe ?


Histoire de Céline Hemeler du Noirmont, traduite par Pierrette Godat.