Publié : 5 septembre

Comment faire ?

C’ment faire ?

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo août 2019

C’ment faire ?

Poquoi qu i m’seus déchidè, ïn djoué, è graiy’naie ïn nanvé glossére di patois [bïn chur, en l’éc’menç’ment, chus lai baîje di Vatré] $1 È bïn, ç’ ât poch’que brâment d’patoisaints d’Aî-djoûe me dyïnt bïn ch’vent : « I crais qu’è n’y’ é p’de patois mot ; c’ment qu’te trâdus çoli en patois ? » I yôs diôs : è bïn te vois tiaind qu’è n’y’ é p’ de patois mot, è fât qu t’en troveuches yun ! Ès m’réponjïnt le pus ch’vent qu’ès n’saivïnt p’ faire çoli. È bïn, vôs voites, hèyrouj’ment qu’è y’ é bïn grand, nôs ainchétres n’aint p’ fait dïnche. Che nian, nôs patois ne s’rïnt p’ che rétches qu’ès l’sont adjd’heû ; musêtes-vôs en lai diejainne de faiçons qu’ès nôs aint léchie po tradure le mot « jardin » en patois ! È y’ é cïnquante ans, lai pupaît d’ces di Vâ n’se f’sïnt dj’pus d’sôci po l’patois ; po yôs c’était ènne véy’rie qu’dâs grant, n’ai-vait pus d’ïntèrêt. Les Taignons, yôs, s’intèrrèchïnt â patois, mains ès m’dyïnt ch’vent « Tchie nôs, an n’dit p’dïnche ! » Dâli tiaind qu’i yôs d’maindôs c’ment qu’è dyïnt, ès m’réponjïnt, lai pupaît di temps, qu’ès n saivïnt p’ ! Tot çoci po vôs faire è compâre l’échtat dains l’qué nôs bés patois étïnt en ci temps-li. I dais vôs dire âchi qu’i aî t’aivu des encoéraidg’ments qu’m’aint édie è aigongie ci traivaiye. I vôs en veus chitaie quéqu’yuns. Ci Jean Vienat de Tchev’néz était che aîje que les patois mots qu’èl aivait graiy’nè dains les mairdges di « Pays », ne v’lïnt p’ étre rébiè è dj’mais. Ç’t’Andréas Kristol, raicodjaire en l’Eunivèrchitè d’Nûetchété m’é fait è compâre que des laindyes qu’an craiyait predju, r’trovïnt ïn bé djoué, ïn nanvé roiyïn d’aictuâyitè ! I aî t’aivu âchi ïn bé piaîji tiaind qu i aî r’ci lai lattre d’ïn djûene Frainçais que d’moére és confïns des Voûedges, d’lai sen d’Bé-foûe, qu’me r’mèchiait d’aiyimentaie l’patois d’gnie è mots (glossaire). Po étre hannête, è fât dire âchi qu’è y’ é t’aivu ènne chrechtitçhe. Yun des yéjous di patois d’gnie è mot [i n’veus p’ bïn chur bèyie son nom ; saitchietes empie qu’è traivaiye brâment po l’patois, pe qu’i le r’mèchie di fond di tiûere] é trovè qu’ïn mot était ïmprononchâbye. C’ât l’patois mot « véyâfoidgiescienchou », traduchion di frainçais mot « paléontologique : relatif à la science des êtres vivants ayant peuplé la terre aux époques géologiques, fondée sur l’étude des fossiles ». I échpére qu’è veut yére ci biat, pe qu’è compâré qu’en décompôjaint nôte mot, an r’trove : véyâ [ancien], foidgie [fossile] pe scienchou [relatif à l’étude scientifique]. De tote faiçon, è fât aitieudre !

J.-M. Moine

Comment faire ?

Pourquoi me suis-je décidé, un jour, il y a maintenant un peu plus de cinquante ans, à écrire un nouveau dictionnaire du patois [bien sûr, au début, sur la base du Vatré] ? Eh bien, c’est parce que beaucoup de patoisants d’Ajoie me disaient très souvent : « Je crois qu’il n’y a pas de mot patois ; comment traduis-tu cela en patois ? » Je leur disais : eh bien tu vois, quand il n’y a pas de mot patois, il faut que tu en trouves un ! Ils me répondaient le plus souvent qu’ils ne savaient pas faire cela. Eh bien, vous voyez, heureusement qu’il y a bien longtemps, nos ancêtres n’ont pas fait ainsi. Sinon nos patois ne seraient pas aussi riches qu’ils le sont aujour-d’hui ; pensez à la dizaine de façons qu’ils nous ont laissées pour traduire le mot « jardin » en patois ! Il y a cinquante ans, la plupart des Vadais ne se faisaient plus aucun souci pour le patois ; pour eux, c’était une vieillerie qui, depuis longtemps, n’avait plus d’intérêt. Les Taignons, eux, s’intéressaient au patois, mais ils me disaient souvent « Chez nous, on ne dit pas ainsi ! » Alors, quand je leur demandais comment ils disaient,… ils me répondaient, la plupart du temps, qu’ils ne savaient pas ! Tout ceci pour vous faire comprendre l’état dans lequel étaient nos beaux patois il y a une cinquantaine d’années. Je dois vous dire aussi que j’ai eu des encouragements qui m’ont aidé à poursuivre ce travail. Je vous en citerai quelques uns. Jean Vienat, de Chevenez, était si content que les mots patois qu’il avait écrits dans les marges du « Pays » ne seraient pas oubliés à jamais. Andréas Kristol, professeur à l’Université de Neuchâtel, m’a fait comprendre que des langues qu’on croyait perdues, retrouvaient un jour, un regain d’actualité ! J’ai eu aussi un beau plaisir quand j’ai reçu la lettre d’un jeune Français, qui habite aux confins des Vosges, du côté de Belfort, qui me remerciait d’alimenter le grenier à mots patois (le glossaire). Pour être honnête, il faut dire aussi que j’ai eu une critique. L’un des lecteurs du glossaire [je ne donnerai bien sûr, pas son nom ; sachez seulement qu’il travaille beaucoup pour le patois, et que je le remercie du fond du coeur] a trouvé qu’un mot était imprononçable. C’est le mot patois « véyâfoidgiescien-chou », traduction du mot français « paléontologique » : relatif à la science des êtres vivants ayant peuplé la terre aux époques géologiques fondée sur l’étude des fossiles. J’espère qu’il lira cet article et qu’il comprendra qu’en décomposant ce mot, on trouve : véyâ [ancien], foidgie [fossile] et scienchou [relatif à l’étude scientifique]. De toute façon, il faut avancer.

J.-M. Moine