Par : Fleury LJ
Publié : 17 janvier 2011

Eribert Affolter, RFJ, 16 janvier 2011

Voeux et soirée de St Sylvestre à Lajoux

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 16 janvier 2011

Auteur : Eribert Affolter

Voeux et soirée de St Sylvestre à Lajoux

Eribert Affolter, RFJ, 110116 -  MP3 - 3.8 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 110116

Aimis di patois bondjoué,

En vôs tu, « Boénne èt Hèyrouse annèe ». Ç’ât encoé le moment de vôs lai tchvâtre. Nnôs ains, i crais, djeuqu’è lai fïn de djainvrie. Èt bïn, ç’ât fait ! Ènne annèe de pus, ènne annèe de moins. Lai driere é péssè, i n’y é ran vu. Ç’ât po tos les dgens lai meinme tchôse, nôs n’y poyans ran. È fât tirie le tchairat.
Èt peus, i m’muse que pus an vait de lai sen di ceimtére (cimetière), pus çoli vait vite. Dadon è fât s’rédjôyis de totes les bèlles boussèes que lai vétçhaince nôs aippotche.

Po moi, è y é des moments, dains l’annèe, qu’an ne peut péssè de côte (qu’on ne peut oublier). Lai féte de lai Sïnt-Sylvestre.

Tos les ans, voili mitnaint ènne boénne boussiatte, i pése le drie soi de l’annèe en Laidjoux. I seus li quasi en l’hôtâ. È fât dire que ç’ât dains ci v’laidge qu’i se tchoit â monde. Tos les ans, ç’ât aidé tot pitche (pareil), mains tos les ans ç’ât aidé pu bé. An n’sait djemais çoli poré étre lai driere. Oh ! Nôs f’sans’p des sâts tchu lai dolaige, nian, nôs péssans tot balement ènne boénne lovrèe.

Ïn aipéro, toétché, téte de moine, ïn varre de bianc, le temps de dire bondjoué è aimis. Peus ènne boènne moirande. De lai dgealèe de ménaidge po ècmencie. Oh ! niant’p c’té qu’é péssè dains c’te boéte è imaidges, nian, c’té fait pai lai fanne de lai mâjon. I peus vôs dire que c’té li ne vôs bèye peus mâ è bossat (au ventre). Peus ïn gros tchaimbon qu’é tieût tchu d’lai salcrute d’aivô ènne pomatte. Ènne salaîdge de frut, ïn bon varre de roudge, ïn cafelat d’aivô ïn p’tét tçhissat de beûtchïn. Tot s’qu’è fât po vôs aipprâtaie è djûere é câtches djeuqu’è lai pitçhatte di djoué (jusqu’au petit matin). Mains la Sïnt-Sylvestre, ç’ât le moment laivoù les tchaintous v’niant tchvâtre le bon an. Ènne rote de boûebes que v’niant tchaintaie lai boéne annèe. È n’tchaintant’p en patois, ç’ât bïn dannaidge, mains tos ces djûenes çoli fait tchâd â tiuere. Tos les ans ènne laigre me tchoit des eûyes.

Çoli veut m’manquaie tiaint i n’poraî pu péssaie ïn tâ moment.

Mains è n’fât’p trâs musaie en çoli èt pare les djoués c’ment è v’niant èt les dgens c’ments è sont.

C’ment tos les ans, l’annèe qu’ vïnt veut aippotchaie ses djoûes èt ses èrtieulons. I vôs tchvâ lai foûeche de poyait les chupportaie. Le Bon Dûe ne veut’p vôs envie des poénes pu poisaintes que vôs épâles ne poyechïnt les chupportaie.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


Amis du patois bonjour,

A vous tous, « Bonne et heureuse année ». C’est encore le moment de vous la souhaiter. Nous avons, je crois, jusqu’à la fin janvier. Et bien, c’est fait ! Une année de plus, une année de moins. La dernière a passé, je n’y ai rien vu. C’est pour tout le monde la même chose, nous n’y pouvons rien. Il faut tirer en avant.

Et puis, il me semble que plus on va contre le cimetière, plus cela va vite. Alors il faut se réjouir de tous les bons moments que la vie nous apporte.

Pour moi, il y a des moments, dans l’année, qu’on ne peut oublier. La fête de la Saint-Sylvestre.

Tous les ans, voilà maintenant un certain temps, je passe le dernier soir de l’année à Lajoux. Je suis là comme à la maison. Il faut dire que c’est dans ce village que je suis venu au monde. Tous les ans, c’est la même chose, mains tous les ans c’est plus beau. On ne sait jamais : cela pourrait être la dernière. Oh ! Nous ne sautons pas les barrières, non, nous passons gentiment une bonne soirée.

Un apéro, gâteau à la crème, tête de moine, un verre de blanc, le temps de dire bonjour aux amis. Puis un bon souper. De la gelée de ménage pour commencer. Oh ! pas celle qui a passé à la télévision, non, celle faite par la maîtresse de maison. Je peux vous dire que celle-là ne vous donne pas le mal de ventre. Puis un gros jambon cuit sur la choucroute avec une pomme de terre. Une salade de fruit, un bon verre de rouge, un café avec une giclée de pomme. Tout ce qu’il faut pour vous préparer à jouer aux cartes jusqu’au petit matin. Mais la Saint-Sylvestre, c’est le moment où les chanteurs viennent souhaiter le Bon An. Une bande de garçons qui viennent chanter la bonne année. Ils ne chantent pas en patois, c’est bien dommage, mais tous ces jeunes, cela vous fait chaud au cœur. Toutes les années une larme me tombe des yeux.

Cela va me manquer quand je ne pourrai plus passer ces moments.

Mais il ne faut pas trop y penser et prendre les jours comme ils viennent et les gens comme ils sont.

Comme tous les ans, l’année à venir veut vous apporter ses joies et ses peines. Je vous souhaite la force de pouvoir les supporter. Le Bon Dieu ne va pas vous envoyer des peines que vos épaules ne pourront supporter.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter