Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Vie quotidienne > Nos sons a derie temps : lai Félicie vait en velle
Publié : 11 janvier

Félicie va en ville

Nos sons a derie temps : lai Félicie vait en velle

Lou François de Banv’lai, François Busser, Union des Patoisants en Langue Romane

NOS SONS A DERIE TEMPS : LAI FELICIE VAIT EN VELLE

Lai Mèrie : Voichi lai Félicie ! qué temps qu’è veut faire ? I veut tchoère des bôs ? Bondjouè Félicie, çoulai vait-i ?
Lai Félicie : Bondjouè Mèrie, ç’ât vrâ qu’è y é grant qu’i n’seus pouè v’ni, mains vôs saites c’que ç’ât : â dérie temps an n’é pouè enne m’nute taint qu’les vaitches n’sont pouè è lai roitche
Lai Mèrie : Vôs èz brâment bïn fait d’veni, i seus tot po moi, lou Tiennot ât aivu en lai tcheusse.. Las moi, è n’é voûere lou temps d’y allaie
Lai Félicie : An m’é dit qu’èl aivait dje bïn tuaie des lievres
Lai Mèrie : oh ! enne dozaine, pé pus !
Lai Félicie : c’n’ât dje pé ran ! Lou Milo, lu, è n’y vait qu’lou duemoine : èl é tuaie ïn bé r’naid !
Lai Mèrie : Vôs dairïns faire airraindgie lai pé, po vôs faire enne bélle forrure !
Lai Félicie : Aye ! Mains çoulai côte tchie ! Et peus è fât ritaie è Béfoûe !
Lai Mèrie : Bïn chur, mains an n’é ran po ran… I vois qu’vôs èz aippoutchè d’l’ôvraidge.
Lai Félicie : C’ât enne pare de tchâsses è r’pâre. Lou Tatave en yuse aitaint qu’ïn tiurie n’en peut b’nâtre !
Lai Mèrie : Moi i ai botè en train enne tô et peus ïn lessue è brôdaie.
Lai Félicie : eh bïn, vôs étes coraidgeouse !
Lai Mèrie : oh nian ! i fais d’vaint moi, tiaind qu’i ai l’temps. E y é dje bïn ïn mois qu’ç’ât ecmencie ! an n’y rite pouè aipré !
Lai Félicie : Moi, è m’fât r’faire enne tçhevietche : mains ç’n’ât pouè lai poinne d’s’y botaie tiaind qu’an ât todje déraindgie et peus i ai ïn grôs moncé d’lainne è briejaie.
Lai Mèrie : I m’pense qu’vôs èz fini vot’ traivaiye dains les tchaimps ? Lou temps é bïn tchemnè c’dérie temps, c’n’ât poue t’aivu enne croûeye onnaie, è y é t’aivu encouè bïn di butïn ; i ai vu en péssaint d’vaint vos bèdes qu’èlles étïnt bèlles.
Lai Félicie : Aye, mains les poirattes, è y en aivait brâment d’marlieres. poétchaint nôs ains fait quèque bons tchés d’voiyïn.
Lai Mèrie : E y é todje è faire. Adjedeû lou Tiennot ât en lai tcheusse, mains hyié èl ât aivu tieudre di tchievre-djonc : nôs aivïns dempie yünne raimaisse po écouvaie les allaies d’l’étâle… Et peus vot’ Titine èlle vait r’virie en l’écôle ?
Lai Félicie : Ben mitnint qu’èlle é son certificat èlle vait piedre son temps è c’t’écôle. E y é prou è faire è l’hôtâ. Tiaind qu’an é di laicé qu’an n’bèye pouè è laicelie, ç’ât lée que vire lai signeule di baiturôt ; èlle vait tieuri l’bôs po les fouenots, èlle fait tossie les vélots… vôs voites…
Lai Mèrie : ç’ât chur, les féyes aint yot trôssé è faire, èlles sont vit’ment boènnes è mairiaie… En câsaint d’çoulai, vôs cognâtes lai novèlle ?
Lai Félicie : Ma foi nian ! nôs sons r’tiries di v’laidge, nôs n’sains ran !
Lai Mèrie : Eh bïn fidiurites-vôs qu’lai louise di Paul ât oblidgie de s’mairiaie, èlle ât gonçhe !
Lai Félicie : ç’n’ât p’vrâ !
Lai Mèrie : âchi vrâ qu’i vôs l’dis !
Lai Félicie : Câjites-vôs ! Son pére que se r’drasse taint ! E dait faire ïn bé tchoûeré.. et peus daivô tiu ? an l’sait ?
Lai Mèrie : Daivô c’gouilland d’Blaise de Brev’lie, que ât pieu tos les dimoûennes â soi.
Lai Félicie : ç’n’ât pouè pôssibye ! Vôs m’en boûetchites ïn câre ! Mains qu’ât-ce que les baichattes aint dains lai téte è c’t’houre ? C’n’ât pouè des rujes ces qu’aint des féyes è mairiaie !..
Lai Mèrie : Es l’aint ïn pô tieuri : ès l’aint léchie ritaie l’dimoûenne, des côps djunqu’â mineut péssè !
Lai Félicie : ç’n’ât pouè l’tot de s’mairiaie, qu’ât-ce qu’ès v’lant faire aipré ?
Lai Mèrie : An dit qu’lou Blaise vait v’ni dgeindre !
Lai Félicie : Mon Dûe, tchie l’Paul v’lant étre brâment empoiss’nès daivô ci boiyou ! çoulai n’vait pouè durie grant ! Ci Paul qu’ât se bon ôvrie ! que n’pie pouè ïn môment ! Ma foi i les pyains !
Lai Mèrie : An n’é p’fâte de s’brijie lai téte po raimessaie ïn pô d’butin, tiaind qu’an muse qu’ïn dgeindre peut tot ébieûgi ! Ma foi ç’ât bïn trichte, et peus ç’ât tot !
Lai Félicie : Encouè quèques djouès, et peus nôs v’lans poyait allaie ès lôvres, les dgens n’aint pouè fini d’en djasaie !
Lai Mèrie : vôs v’lèz pâre enne étchéyatte de cafè ?
Lai Félicie : Vôs craites ? Et peus se è m’empêtche de dremi ?
Lai Mèrie : lou mïn n’veut pouè vôs empêtchie de dremi, è n’ât pouè se foûe ! vôs voites i aî d’l’âve que tieût, è n’y en é pouè po grant temps !