Par : Fleury LJ
Publié : 12 septembre 2012

Le petit cheval.

Le p’tét tchvâ.

Jean-Marie Moine

Le p’tét tchvâ.

(*)

An crait aidé qu’ les raicontes qu’an ôt obïn qu’an yét en patois s’ sont péssèes è y é des valmons d’annèes. E bïn c’té qu’i aî l’ piaîji d’ vôs graiy’naie adjed’heû n’ ât p’ chi véye.

Dâs quéques annèes, péssait bïn s’vent dains nos v’laidges è dains nos vèlles ïn tchairat que c’ment moi, vos ainmïns chur’ment aipp’laie « le tchairat di patois  ». Dains lai yémoinnure, ïn bianc tchvâ cheuyait son tch’mïn en friaint les pieres d’ ses quaitre sabats. Qu’èl aivait di coéraidge, tot d’ pai lu d’vaint, tus les âtres drie  ! Entraipèes dains yôs aivéjies, les dgens n’le ravoétïnt meinme pus.

In bé djoué, tus les âtres drie, lu, tot d’pai lu d’vaint ât moûe dains ïn bianc l’éyujon.

Drie, d’vaint de s’évadnaie, tus les âtres aint pûerè...  ! Pe an n’ n’ ont pus pailè.

L’âtre djoué, ïn paiyisain é r’trovè le tchairat dains ïn boûetchèt qu’ les épainnes graipoinnïnt és rûes djainqu’és botés.

Son tiûere é fri chi foûe, qu’èl é aipiaiyie son tchvâ en lai yémoinnure. C’ment ïn fô, le p’tét bianc tchvâ s’ât enf’lè dains l’ premie tch’mïn qu’èl é trovè. Voites  ! Le tchairat di patois r’pésse dains nos campaignes.

Qu’èl é di coéraidge le p’tét bianc tchvâ. E vos aittend tus, vos drie, lu, tot d’pai lu d’vaint, djainqu’â bianc l’éyudjon ..., que v’ré !

J-M. Moine

Po graiy’naie ç’t’ hichtoire, i m’ seus musè â bé tchaint  : Le petit cheval.

Pairoles  : Paul Fort

Dyïndye  : Georges Brassens

Le petit cheval.

On croit toujours que les histoires qu’on entend ou qu’on lit en patois se sont passées il y a de nombreuses années. Eh bien, celle que j’ai le plaisir de vous écrire aujourd’hui n’est pas si ancienne.

Depuis quelques années passait bien souvent, dans nos villages et dans nos villes, un chariot que comme moi, vous aimiez appeler « le chariot du patois  ». A la limonière, un cheval blanc suivait son chemin en frappant les pierres de ses quatre sabots. Qu’il avait du courage, seul devant, tous les autres derrière  ! Embarrassés par leurs occupations, les gens ne le regardaient même plus.

Un beau jour, tous les autres derrière, lui, seul devant est mort par un éclair blanc  !

Derrière, avant de s’éparpiller, tous les autres ont pleuré...  ! Puis, on n’en a plus parlé.

L’autre jour, un paysan a retrouvé le chariot dans un buisson dont les épines grimpaient aux roues jusqu’aux moyeux.
Son cœur battant très fort, il a attelé son cheval à la limonière. Comme un fou, le petit cheval blanc s’est engagé dans le premier chemin qu’il a trouvé. Voyez  ! Le chariot du patois repasse dans nos campagnes.

Qu’il a donc du courage, le petit cheval blanc. Il vous attend tous, vous derrière, lui, seul devant, jusqu’au prochain éclair blanc  !

J-M. Moine

Pour écrire cette histoire, je me suis inspiré du beau chant  :

Le petit cheval.

Paroles  : Paul Fort

Musique  : Georges Brassens