Par : Fleury LJ
Publié : 7 février 2011

Eribert Affolter, RFJ, 6 février 2011

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 6 février 2011

Auteur : Eribert Affolter

Quand on parle patois, le monde est plein d’amis !

Eribert Affolter, RFJ. 110206 -  MP3 - 3.8 Mo
Eribert Affolter, RFJ. 110206

6 d’feuvrie 2011

Aimis di patois bondjoué,

Tiaint, lai neût, le sanne ne vïnt’p (le sommeil ne vient pas), i muse en si patois. I épreuve de me demaindaie c’ment è fât faire po que les dgens comprenieuche poquoi i l’ainme èt poquoi i vorôs que tot le monde l’aipprenieuche.

Le patois, c’ât bïn pus qu’ïn langaidge, ç’ât ènne mainîere de vétçhie. I me s’vïnt encoé, tiaint i étôs bouebe, niun ne djâsaie le frainçais. Dempi (seulement) les dgens de lai velle djâsïnt frainçais. È péssïns po des pignoufs, des fignolous.

Poétchaint, tiaint vos révisèz atoué de vôs, è y en é encoé bïn que le comprengnant, que le djâsant, que l’ainmant. Mains è fât y tchoire d’tchu. I é t’aivu la tchaince ces dries temps de rencontraie quéque dgens que le djâsïnt. Ôyi-t putôt.

Lai s’nainne péssè, i seus t’allaie voûere ïn malaite en l’hôpitâ. Dains le yet de côte, èl y aivaît ïn hanne. Oh ! Ran que son nom m’é dit qu’è v’niait de Lai Courtine, meinme che des côps çoli ne veut ran dire. I y tchvâ le bondjoué en frainçais èt peus i y demainde che çoli vait meus en patois. Le voili qu’ècmence de me djâsaie di v’laidge de mon afaince, des rotes, des hichtoires. Po fini nôs étïns quasi des tiusïns (des cousins). Qué piaijî i é t’aivu.

Dyère de djoués aipré, i seus t’allaie reugnaie dains les airtchives ès Porreintruy. I vais s’vent schneûquaie po trovaie des grèynaidges en patois. D’vaint de rentraie en l’hôtâ i seus t’allaies fifraie ïn varre dains ïn cabairet. I étôs d’aivô quéqu’un. Nôs nôs sietant ès ènne tâle de côte ïn coupye ni trâs djuene, ni trâs véye. Ès djâsïns tot en patois. I m’seus dit : « voili des dgens bïns ». Ès fât qu’i me mâçhieuse d’aivô yos (que je me mêle à eux). Èt bïns vôs ne v’lait’p me craire. I é péssaie lai lovrèe !

In âtre djoué, i seus t’allaie baccalaie (promener) dains note bé câre de tiere. Nôs aivïns pris ènne grosse dyiambarde (un car). Vôs saites c’ment ç’ât. Po ècmencie, niun ne dit ran. Èt peus, l’houre de l’aipéro v’niant an djâse, an eûffre des schlekeries (des gourmandises). Voili pé que mes véjïns de drie me diant mèchie en patois. I en seus tchoit tchu le tiu. Vôs voites lai djounèe que nôs ains péssè. Tos les aidjolats, les vadais, les taignons aint aivu les arayes qu’aint soènnè.

Tot çoci po vôs dire que è y é encoé bïn des dgens que djâsant patois. I vorôs bïn les cognâtre po poyaie djâsaie d’aivô yos. Che vôs v’lait me grèynaie, obïn me laincie ïn côp de flé, i sraî le pu hèyrou des hannes. È ne fât’p vôs djainaie.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


6 février 2011
Amis du patois bonjour,

Quand, la nuit, le sommeil ne vient pas, je pense à ce patois. J’essaie de me demander comment faut-il faire pour que les gens comprennent pourquoi je l’aime et pourquoi je voudrais que tout le monde l’apprenne.

Le patois, c’est bien plus qu’une langue, c’est une façon de vivre. Je me souviens encore, quand j’étais enfant, personne ne parlait le français. Seulement les gens de la ville parlaient français. Ils passaient pour des pignoufs, des pédants.

Pourtant, lorsque vous regardez autour de vous, il y en a encore beaucoup qui le comprennent, qui le parlent, qui l’aiment. Mais il faut les rencontrer. J’ai eu la chance ces derniers temps de rencontrer des gens qui le parlaient. Ecoutez plutôt !

La semaine passée, je suis allé rendre visite à un malade à l’hôpital. Dans le lit d’à côté, il y avait un homme. Oh ! Rien que son nom m’indiquait qu’il venait de La Courtine, même si parfois cela ne veut rien dire. Je lui souhaitai le bonjour en français et lui demandai si cela allait mieux en patois. Le voilà qui se mit à me parler du village de mon enfance, des familles, des histoires. Pour finir, nous étions presque cousins. Quel plaisir ai-je eu.

Peu de jours après, je suis allé consulter les archives à Porrentruy. Je vais souvent à la recherche des écrits en patois. Avant de rentrer à la maison, je suis allé boire un verre dans un café. J’étais accompagné. Nous nous assoyions à une table à côté d’un couple ni trop jeune, ni trop vieux. Ils parlaient tout en patois. Je me suis dit : « voilà des gens biens ». Il fallait que je me mêle à eux. Eh bien vous ne voulez pas me croire. J’y suis resté toute la soirée !

Un autre jour, je suis allé promener dans notre beau coin de pays. Nous avions pris un car. Vous savez comment cela se passe. Pour commencer, personne n’a rien dit. Et puis, l’heure de l’apéro aidant les langues se délient, on s’offre des gourmandises. C’est alors que mes voisins de derrière me remercient en patois. J’en suis tombé sur le cul. Vous imaginez la journée que nous avons passée. Toutes les personnes de l’Ajoie, de la Vallée, des Franches-Montagnes ont eu les oreilles qui leur ont sonné.

Tout ceci pour dire qu’il y encore bien des gens qui parlent patois. Je voudrais les connaître pour pouvoir le partager avec eux. Si vous voulez m’écrire, ou bien me donner un coup de téléphone, je serais le plus heureux des hommes. Ne vous gênez pas !

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter