Publié : 22 juin 2015

Chien méchant

Tchïn métchaint

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 19 juin 2015

Tchïn métchaint

Lai vave Mairia vit tot d’pai lai dains sai maijenatte d’lai Vie de Bonfô. Çoli fait dj’ vïngt ans qu’ son hanne ât moûe. Ses afaints s’ faint di tieusain po lée, les véjïns aich’bïn.

- Qu’ât-ce qu’i richque ?

- D’avô tot ço qu’an voit !

- Niun ne m’veut pâre. Çtu que m’ pârait, è m’raippoétch’rait tot comptant. Qu’ât-ce qu’è f’rait d’aivô ènne véye cment moi ?

- Èt peus vos sous ?

- Oh bïn, po ç’qu’i aî.

- Vôs èz vu dains lai Feuille d’adj’d’heu, lai bainque de Boncoét qu’ât aivu caimbriolèe.

- Dïnche des novèlles, i les sâte. I yés les moûes.

- Ran qu’les moûes ?

- I raivoéte les véyes photos de dains l’temps. Çoli m’ raippele des bés seuv’nis.

- Ç’ât tot ?

- Nian. I ainme bïn le biyat di vardi, graiy’nè en patois poi ci Tchaipus d’ Poérreintru. I n’ comprends p’ tot. Ç’n’ât p’ le meinme patois qu’ le mïnne. I seus de Montsev’lie.

- Enfïn, Mairia, vôs voili aiptchie. Çhioutes vot’ pouetche èt peus sietes prudeinte. À moindre brut, aipp’lèz les véjïns ou bïn lai police.

An y en é taint dit en çte poûere Mairia qu’èlle é pris pavou. Èlle s’ât aitch’tè ïn tchïn.Ïn loulou tot bianc, ènne vraie bôle de laînne, chi p’tèt qu’èlle poéyait l’ botaie dains son cabas. Èt peus èlle é fixè ènne pyaque ch’lai baîrre di tieutchi : Tchïn métchaint.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.5 Mo

Chien méchant

La « veuve Maria » vit seule dans sa maisonnette de la Rue de Bonfol. Cela fait déjà vingt ans que son mari est mort. Ses enfants se font du souci pour elle, les voisins aussi.

—  Qu’est-ce que je risque ?

—  Avec tout ce qu’on voit !

—  Personne va me prendre. Celui qui me prendrait me rapporterait aussitôt. Qu’est-ce qu’il ferait d’une vieille comme moi ?

—  Et vos sous ?

—  Oh bien, pour ce que j’ai.

—  Vous avez vu dans le journal d’aujourd’hui, la banque de Boncourt a été cambriolée.

—  Des nouvelles de ce genre, je les saute. Je lis les morts.

—  Rien que les morts ?

—  Je regarde les vieilles photos de la rubrique “Dans le temps”. Cela me rappelle de beaux souvenirs.

—  C’est tout ?

—  Non. J’aime bien le billet du vendredi, écrit en patois par un certain Chapuis de Porrentruy. Je ne comprends pas tout. Ce n’est pas le même patois que le mien. Je suis de Montsevelier.

—  Enfin, Maria, vous voilà avertie. Fermez votre porte et soyez prudente. Au moindre bruit, appelez les voisins ou la police.

On lui en a tant dit à cette pauvre Maria qu’elle a pris peur. Elle s’est acheté un chien. Un loulou tout bianc, une vraie boule de laine, si petit qu’elle pouvait le mettre dans son cabas. Et puis elle a fixé un écriteau à la barrière du jardin : CHIEN MECHANT.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">