Articles

  • Ènne fave bïn dure - Janvier 2012

    Paru dans LQJ du 6.01.2012 www.lqj.ch
    C’ment ç’ât les Rois, nôs ains aitch’tè ïn toétché des Rois po lai nonne. Nôs aivïns l’aivége de léchie lai fave po l’pus djûene afaint. L’onçha n’était p’d’aicoûe. « È fât tirie », qu’èl é dit. El é pris sai paît èt peus èl é moérdju d’dains. « Cré poûe ! » qu’èl é heûlè. È s’était briquè ènne deint ch’lai fave El é rtieupè en lai fois sai fave èt peus sai deint.
    L’oncle, que le sort a désigné pour être le roi du jour, a mordu dans la fève et s’est cassé une dent.
    La veille de l’Epiphanie, (...)

  • Cés d’l’âtre sens - Janvier 2012

    Paru dans LQJ du 13.01.2012 www.lqj.ch
    Nos voisins de l’autre côté de la frontière, ce sont les Franc-Comtois.
    A quelques nuances près, leur patois est le même que le nôtre.
    Dans un ouvrage bilingue, Patois de Belfort-Montbéliard et du canton du Jura , Valérie Bron, Delloise nonagénaire, a recueilli des souvenirs et des anecdotes telles que celles que l’on se racontait autrefois aux lôvrées (veillées).
    I étôs ïn boûebat maintçhè, écrit-elle, ïn brije-fie, poéch’qu’i ribôs mes haîyons, mes soulaies (...)

  • Pâre les dgens cment qu’ès sont - Janvier 2012

    Paru dans LQJ du 20.01.2012 www.lqj.ch
    Notre langue est riche en proverbes. Jules Surdez en a recensé plus de six cents. Nous vous en proposons six. Leur équivalent est donné dans le désordre. Exercez votre perspicacité en associant français et patois, puis contrôlez-vous à l’aide de la solution proposée en fin d’article.
    A. Ç’ât d’lai miedge de ptét l’ôjé.
    B. Les neuves écouves écouvant aidé bïn .
    C. Tot ce que yut n’ât pon de l’oue.
    D. Ènne tiainpainne, ïn son.
    E. Prés di môtie, loin di bon Dûe.
    F. È (...)

  • Â bon véye temps - Janvier 2012

    Paru dans LQJ du 27.01.2012 www.lqj.ch
    Lai grie, c’est la nostalgie, l’ennui.
    Tiaind qu’i étôs tchie ces Allmouess, i aivôs lai grie d’l’hôtâ. (Quand j’étais en Suisse allemande, j’avais l’ennui de la maison).
    On envoyait en effet fréquemment MJAH les élèves finir leur scolarité en Suisse allemande, maindgie d’lai vaitche enraidgie, manger de la vache enragée pour se former le caractère. Dans un long poème publié dans les Actes de 1918, Jules Surdez exprime avec nostalgie les charmes des anciennes veillées (...)

  • Laivoù se trove...? - Février 2012

    Paru dans LQJ du 3.02.2012 www.lqj.ch
    Généralement, le nom patois des localités diffère assez peu du nom officiel français. Envlie , Envelier ; Saigneleudgie, Saignelégier ; Pieûdjouse, Pleujouse. Cependant, la relation n’est pas toujours évidente.
    Sauriez-vous situer aux Franches-Montagnes Lés Annebôs, Le Mlïn-d’lai-Moûe , Meuriâ . Il s’agit Des Emibois, du Moulin de la Mort et de Muriaux.
    D’lai sens de D’lémont, laivoù se trove Édrechweur, Lai Hâte-Boûene, Lambèt, Ondrevlie ? Nos amis patoisants auront (...)

  • Mont’gnez, quoûes d’aignés - Février 2012

    Paru dans LQJ du 10.02.2012 www.lqj.ch
    « Dains l’temps, les dgens n’étïnt coégnus qu’poi yote sobritçhèt .
    Jadis, les gens n’étaient connus que par leur sobriquet. » Ainsi s’exprime Jean-Marie Moine, enfant de Montignez. Notre sous-titre Mont’gnez, quoûes d’aignés joue sur le rythme et la sonorité. (Montignez, queues d’agneaux). Les sobriquets des habitants de nos villages nous plongent dans la poésie populaire.
    C’est bien connu, les habitants de Alle sont Les Cras , ceux de Porrentruy Les Poûes-sèyès , (...)

  • Le grais maîdgi - Février 2012

    Paru dans LQJ du 17.02.2012 www.lqj.ch
    Carimentran, carnaval, marque l’entrée en carême, carême entrant.
    Cette folle journée commence par un charivari nocturne, le raitiaitiai en Ajoie, le baitchèt aux Franches-Montagnes.
    Dans la chanson de Carimentran recueillie par C. Hornstein ( Fêtes légendaires du Jura bernois ),
    Carimentran ât drie tchie nôs
    que pûere.
    Lai bèlle deine y é dmaindè
    ço qu’èl aivaît.
    Bïn vlantie i adrôs tchie vôs,
    Mains i n’oge.
    Vïns pie, Carimentran,
    bïn hardiment. (...)

  • Vire mai faiye - Février 2012

    Paru dans LQJ du 24.02.2012 www.lqj.ch
    C’est le premier dimanche de carême qu’a lieu la manifestation des Brandons (de l’allemand Brand ). Le feu allumé à cette occasion est censé célébrer le mariage du Soleil avec la Terre, la mort de l’hiver et le retour des beaux jours. Les faiyes (torches de résineux) scintillent dans la nuit.
    Emile Sanglard (musique) et Lucien Lièvre (paroles) ont écrit un chant de circonstance devenu très populaire : Vire, vire, vire mai faiye, Aitaint de begnats Qu’è y é de (...)

  • L’évêtche en toénèe - Mars 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 2 mars 2012.
    En visite pastorale, l’évêque aime à tromper la vigilance du curé pour aller à la rencontre de ses ouailles.
    L’évêque voyé tchu lai poëtche d’enne belle mâgeon in gamin que se drassait taint qu’ai poïait tchu le bout de ses pies po acreutchie le cordgeon de lai sieutchatte ; main ai ne poïait pe l’aipondre.
    Le bon évêque, qu’ainmait bin les afaints, allé iy tirie cte sieutchatte.
    Main tiain le gamin oïé que quéqu’un veniait euvri lai poëtche , ai dié en (...)

  • Ènne hèrtaince - Mars 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 2 mars 2012.
    Nôs l’aipplïns l’onçha Dio. Ci poètche-guenipe ne pochédaît ran qu’ènne tchievre qu’è menaît tchaimpoyaie le long des tchmïns â bout d’ènne coûedge.
    È vétiyaît dains ènne caboénatte â feu di vlaidge. I l’vois encoé d’aivô sai cape è vis èt peut son creûyat.
    Lai commune l’é botè è Saint-Ochanne, tchie ces véyes. I allôs l’voûere bïn svent èt peus i yi paiyôs ïn voirre. Po me rméçhiaie, è me diaît :
    « I t’veus botaie chu mon tèchtament. »
    Tiaind qu’èl ât moûe, i ai hèrtè (...)

  • Que se pésse-t-é ? - Mars 2012

    Paru dans LQJ du 16.03.2012 www.lqj.ch
    Dans les Actes de la Société jurassienne d’Emulation, année 1924, Jules Surdez, notre éminent folkloriste, raconte l’arrivée du premier vélo au village.
    Tot le monde était chu lai pouetche, Mïnme mes afenats qu’en crouetche. Des véyes fannes se soingnïnt. Colons, dgerinnes s’évoulïnt...
    Que se pésse-t-é chu lai vie ? Tiu ravoéte-t-on de traivie ?
    Ïn hanne ou le diaile en tchairat Que vire ai grôs côps de djairrat, Filaint, filaint cment ïnne éyuje ?
    Quel étonnant (...)

  • Le bontemps - Mars 2012

    Paru dans LQJ du 23.03.2012 www.lqj.ch
    Voici les quatre saisons en patois : Le bontemps, le tchâtemps, l’hèrbâ, l’huvie . Le printemps se dit aussi le paitchi-feû (sorti dehors) en raison du réveil de la nature. La sève monte, les bourgeons éclateront, les prés reverdiront.
    Autrefois, nous apprend Célestin Hornstein, les jeunes bergers confectionnaient des sifflets dans des écorces de tilleul ou de saule et chantaient : Çhote, Çhote, mon çhotrat Pou tcheussi le loup di vâ.
    Siffle, siffle, mon sifflet, (...)

  • Les ûes - Mars 2012

    Paru dans LQJ du 30.03.2012 www.lqj.ch
    Nous relevons, dans les Actes de 1927, les paroles d’une chanson humoristique signée C. Courbat. Un seul regret : l’absence de partition.
    Les fannes vudînt, dains l’bon véy’ temps,
    Tos ios djeurnies tiaint veniê l’bon temps.
    Botïnt dains sens, tot piaint des crattes,
    Des ues pou Païjes ...
    Le Saimdi saint ès les tieugins,
    Dains des tièssais ès les môlins.
    Dans son cinquième couplet, l’auteur dénonce les entorses à la tradition :
    Mitnaint en faît des ues (...)

  • Yeuvaie l’coutre - Avril 2012

    Paru dans LQJ du 13.04.2012 www.lqj.ch
    Fifraie, tchâv’naie, chlapaie, autant de variantes.
    La jeunesse d’autrefois était tout aussi turbulente que celle d’aujourd’hui. Les jeunes gens buvaient tout autant, sinon plus, comme en témoigne cette chanson :
    Les dgens diant que nôs sons fôs,
    Boyans, boûebes,
    Boyans, boûebes,
    Les dgens diant que nôs sons fôs,
    Boyans, boûebes et dmoérans fôs.
    Quant à la dive bouteille, dit le refrain,
    i ainme meus lai boire que de lai paiyie.
    Un autre couplet fait (...)

  • Ènne boènne déchijion - Avril 2012

    Paru dans LQJ du 20.04.2012 www.lqj.ch
    - Te n’dairôs p’taint femaie, Djulat. Ç’n’ât p’bon po lai saintè. T’és vu ç’qu’ât graiynè ch’lés paquèts ?
    I l’sais bïn. Le méd’cïn m’l’é dj’dit pus d’ïn côp. I ai dj’velu râtaie. Mains i n’tïns p’pus d’ïn djoèLe soi, â cabarèt : - Mes aimis, i ai pris ènne grôsse déchijion. È m’é faiyu brament d’coéraidge. D’â ci soi, i râte lai cigarette. Vôs voites, çté-ci, ç’ât lai driere. Vôs n’me verréz pus lai cigarette â moère.
    Le lend’main, mon Djulat s’en ât allè à kiosque d’lai dyaire po (...)

  • T’en és prou, des sous - Avril 2012

    Paru dans LQJ du 27.04.2012 www.lqj.ch
    L’Hansouri des çhiôs ne voit pus çhai. Çoli faît mitnaint dieche annèes qu’èl é predju lai vue. Tchétçhe médi, Riquèt, son ptètfieu, yi yét lai feuille.
    – Tiu ât-ce qu’ât moûe, d’mainde ? le grand-pére.
    Ïn djoué, L’Hansouri dmainde en ci ptèt Riquèt de l’condûere â cèmetèrre. Le véye seintaît le bord des tombes d’aivô sai biantche cainne.
    – Tiu ç’ât, çtu-ci, Riquèt ?
    Et peus l’ Riquèt yi yégeaît ç’qu’è y aivaît d’graiynè ch’lai piere.
    – Et peus çtu-li, Riquèt ?
    – Djeain-Piere (...)

  • Ç’ât le premie djoué de mai - Mai 2012

    Paru dans LQJ du 04.05.2012 www.lqj.ch
    C. Hornstein (Fêtes légendaires) évoque une charmante coutume aujourd’hui disparue. Les fillettes, vêtues de leurs atours printaniers, chantaient le premier mai de maison en maison :
    Nôs sons t’aivu poi les prés
    Voûere vos aivoènes et vos biés.
    Nôs les ains bïn soie trovès.
    Ès sont bés et bïn dgermès.
    Dûe les voidge de dgealèe
    Èt de pieres encaiyolèes.
    Les petites chanteuses sollicitaient quelque menu présent :
    Baiyites-nôs ïn pot de beurre
    Pou rvirie nos (...)

  • Le bé djâsaidge - Mai 2012

    Paru dans LQJ du 11.05.2012 www.lqj.ch
    Ces chires aivïnt botè yote féye â covent po l’inchtrure, l’aiyeutchie èt peus y aipâre les belles mainieres. Èlle était rvenie en l’hôtâ po Pent’côte. C’était ènne tote bèlle baîchatte, vôs peutes me craire. Les poirants en étïnt fies. Les boûebes yi ritïnt aiprés. Èlle vlaît trovaie ïn fiaincie bïn soîe. È soénnaît les ailumairias d’médi. Les envèllies s’botïnt en lai tâle.
    Lai baîchatte qu’n’aivaît ran faît po chcoéri s’appreutche :
    Où me mets-je, Maman ?
    Lai mére qu’aivaît (...)

  • Lai fei et les afféres - Mai 2012

    Paru dans LQJ du 18.05.2012 www.lqj.ch
    És rogâchions, an praye le tchaip’lat. Les fannes aicmençant : « Je vous salue, Marie... » Les hannes réponjant : « Sainte Marie, Mère de Dieu. »
    Ci ptèt Laon tchie l’Grôs mairtchaît en lai quoûe d’lai prochèchion â long d’ci Bianc tchie l’Noi. Taint qu’les fannes prayïnt, èls avïnt di temps po réglaie yos aifféres. Ci Bianc s’intéressaît â femie di Ptèt Laon. Çoli baiyaît çoci : – Dis voûere, Laon, te n’m’le vendrôs p’ ton femie ? Sainte Marie, Mère de Dieu...
    – Poquoi nian. I (...)

  • Ïn coénat grâjou - Juin 2012

    Paru dans LQJ du 25.05.2012 www.lqj.ch
    Çte Babette que poétchaît sai rlaivure és poûes voit ïn hanne è crepéchon que maindgeaît l’hierbe chu lai beûye. Èlle en é pidie.
    « Ç’poûere bogre. Se ç’n’ât p’ malhéyrou. È dait aivoi bïn faim èt peus ran dans sai boéchatte qu’è feuche borgi d’péturie. »
    Èlle le prend poi dos l’épâle :
    « Reyevêtes-vôs, mon brave hanne, èt peus cheuyeutes-me ! »
    Dâli èlle le moène dains l’voirdgie drie l’hôtâ.
    « Péturèz ci, l’hierbe ât pus hâte. »
    Babette, qui portait à boire aux cochons, voit (...)

  • Le tchïn di véjïn - Juin 2012

    Paru dans LQJ du 1.06.2012 www.lqj.ch
    È y é des dgens d’lai vèlle que s’ïnchtallant tchie nôs èt que n’chuppoétchant ne les cieutches, ne le tchaint di pou, ne les tracteurs, ne les afaints, ne les tchaits èt ne les tchïns. Se ç’ât dïnche, ès n’aint qu’è dmoéraie tchie yos.
    Lai Frieda, Ç’ât la fanne d’ïn banquie. Â long d’lai r’viere, èlle s’ât aitchtè ènne bèlle mâj’natte qu’èlle é faît eur’taipaie. Ènne vâprèe qu’èlle yéjaît dains l’çhiô, èlle ô ïn tchïn djaippaie.
    Ni ènne ni dous, èlle téléphone â Caqué, son pus (...)

  • Lai côtandge d’ènne croûeye raîjon - Juin 2012

    Paru dans LQJ du 8.06.2012 www.lqj.ch
    Catherinette est traduite en justice pour avoir injurié sa voisine.
    Lai scéne se pésse â tribunâ de Poérreintru. Le djuge en lai Tiaitrinatte : – Vôs étes aitiujèe d’aivoi traitè vot’ véjine de véye vaitche. Les témoins sont li, dains lai salle. Ât-ce que vôs r’cognâtes les faits ?
    – Mains ô, Môssieur l’Djuge. Et peus, i n’le regrette pe. Ç’ât tot ç’qu’èlle méritait.
    – Eh bïn, vôs en étes po vingt francs. En ci temps-li, an poéyaît encoè s’cordaie ènne audience â tribunâ. (...)

  • Une petite bénédiction - Juin 2012

    Paru dans LQJ du 15.06.2012 www.lqj.ch
    Tiaind que çt’Ugéne ât aivu nanmè évêtçhe, èl ât r’veni â vlaidge. El ât aivu â ceim’tére, chus ses poirents. El ât péssè en lai tiure, bèyie l’bondjoé en son tiurie. Aiprés, èl ât aivu encoé saluaie ci Dio, son véye DR caimrade.
    Le Dio, sai cape tirie ch’lés aroiyes, était en train de traîre ses vaitches. Monseigneur entre sains faiçon dains l’étâle :
    – Çoli me faît bïn piaiji d’te voûre, l’Ugéne. Ç’n’ât p’tos les djoés qu’i r’cis ïn évêtçhe. Di temps qu’t’és li, bèye-me voûere (...)

  • Lai Rauracienne - Juin 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 22 juin 2012.
    Des bords du Tage à ceux de la Baltique, clame fièrement l’hymne rauracien. Sa version patoise, plus modeste s’en tient aux limites cantonales.
    Dâ Beun’véjin â long de lai frontiere,
    È Saign’leudgie â paiyis des Loitchous.
    Dâ Montfâcon â dous pas des Roudg’s-Tieres,
    È Rossmâjon tot prés de ces Trissous,
    Nos véyes dgens tiaind qu’èls étïnt ensoène,
    Ç’ât en patois qu’ès s’botïnt è tchaintaie.
    Èls aint tchaintè lai fanne et lai botaye,
    Carimantran, lai (...)

  • Lo banvaid en tonnêe - Juin 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 29 juin 2012.
    Des maraudeurs sévissent. Le garde champêtre à leur poursuite occasionne tout autant de dégâts. Le sacristain propose de nommer quatre hommes pour le porter.
    Cés que vangnïnt èt piaintïnt ne cognéchïnt pu dière lo goût de yôs tchôs, de yôs faivattes, raives, guelleriebes, poires èt panmes, que pai les raiveujons èt tchaîfeyons que yos léchïnt les marôdous.
    Nos autoritès convoqueinnent lai tyeumenâtêe en assembiêe.
    Lo shiaivie dit :
    « Y recognas aigebïn que, (...)

  • Lai bèlle Aîdjoûe, notre coénat - Juillet 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 6 juillet 2012.
    Bien que l’on soit en droit d’attendre, de la part du défenseur des patois, objectivité, neutralité et absence de tout parti pris, on ne saurait lui reprocher de manifester une affection particulière pour sa terre natale, la riante Ajoie.
    Ce feut aidé ïn bé paiyis que l’Aîdjoûe. An y voit le paitchifeû â bontemps, le tchâtemps â tchâtemps, l’hèrbâ â drie temps èt peus bïn s’vent pe d’huvie en huvie. An y tieuye des cramias, des airâs d’maireules dains les (...)

  • Le croûye exempyie - Juillet 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 13 juillet 2012.
    La chronique patoise du QJ en direct :
    <iframe
    src=« http://lqj.ch/patois » style="display:block ;
    width:98% ; height:1000px ; margin:auto  marginwidth= »1« marginheight= »1">

  • Djasaie di temps - Juillet 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 20 juillet 2012.
    È fât pare le biè cment qu’è crât et peus le temps cment qu’è vïnt.
    Il faut prendre le blé comme il pousse et le temps comme il vient.
    S’è pieut en lai Sïnte-Aigathe, le biè crât dains les prates.
    S’il pleut à la Sainte-Agathe, le blé croît dans les pierres.
    Lai pieudge de lai Sïnt-Djeain pœûrrât nœûjéyes et yainds.
    La pluie de la Saint-Jean pourrit les noisettes et les glands.
    Les pieudges di maitïn et les dainses de véyes fannes ne durant pon longtemps. (...)

  • L’aimoé, lai pachion - Juillet 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 27 juillet 2012.
    Ç’ât ci Jules, tiaind qu’è fréquentaît lai Lucie. I t’ainme, i t’ainme, i t’ainme, qu’è yi diyaît. T’és lai pée chi douçatte, tot cment l’poûechon. T’és les œûyes cment des daivaises, T’és l’embreuye cment ïn minon de noire sâce. Po toi, i f’rôs n’impoétche quoi. I m’fotrôs dains l’fûe. I travoicherôs lo yai en lai naidge ...
    – Bon, bon. Te r’vïns, dûemoène ?
    – O, s’è n’pieut pe.
    Jules fréquentait Lucie. « Je t’aime « , répétait-il à sa fiancée. Tu as la peau douce (...)

  • Encoé èt peus toûedge l’aimoé - Août 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 3 août 2012.
    Vôs s’raipplèz ci véye boûebe que vniaît à lôvre tchie lai Djeainne-Mairie. Çté-ci était lai pus peute de ci coénat. È n’yi v’niaît p’ po ses sous, o Dé nani. Èlle n’aivait de foûetchune. Le tiurie aivait dj’ ainoncie les aiccodgeaiyes.
    T’airôs poéyu en pare ènne pus belle, qu’yi diyïnt ses aimis.
    Prentes mes œûyes, èt peus raivoétes-lai d’aivo mes œûyes, qu’è réponjaît.
    Vous vous souvenez de ce vieux garçon qui venait à la veillée chez la JeanneMarie. Celle-ci (...)

  • Mairiaidge en lai tiute - Août 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 10 août 2012.
    Çtu que se mairie en lai tiute é le temps de s’en repentre.
    – Tiaind qu’i fréquentôs, lai Clara, i l’ainmôs tell’ment qu’i l’airôs bïn maindgie.
    – Èt peus mit’naint ?
    – Yè bïn mit’naint, te vois, è m’en encrât qu’i n’l’é p’faît.
    Celui qui se marie à la hâte a le temps de s’en repentir.
    – Quand je fréquentais Clara, je l’aimais tellement que je l’aurais bien mangée.
    – Et maintenant ?
    – Maintenaint, je regrette de ne pas l’avoir fait.
    La chronique patoise du QJ en (...)

  • En ci temps d’l’Aissompchion - Août 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 17 août 2012.
    Dans les Actes de 1931, on peut lire une Petete piece en l’honneur d’lè Sainte Vierdje , poème attribué à Eugène Lachat, né en 1819 et devenu évêque de Bâle.
    La graphie ne manquera pas de surprendre les patoisants d’aujourd’hui, comme elle a surpris les traducteurs, Fridelance et Amweg.
    C’était deins le tietschi, le pus bé, le moyoux, Que vétiin nos véy dgens contents et binheyroux.
    C’était dans le jardin, le plus beau, le meilleur, Que vivaient nos (...)

  • L’aimoé ât aiveuye ... - Août 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 24 août 2012.
    I veus vôs djâsaie d’ci Maitchïn èt peus de ç’t’Adline. Tiaind cés dous-li fréquentïnt, an n’airait p’poyu péssaie ènne aidieuye entre yos, taint qu’ès se r’sarrïnt. Mint’naint ès s’endieulant ou bïn ès s’boquant. Tiaind qu’ès sont chu l’banc le soi â d’vaint l’heus, an péss’rait entre les dous d’aivô ènne malbroue.
    An diait dains l’temps : Lai premiere annèe d’mairiaidge, ç’ât baijïn baija, lai segonde annèe, ç’ât brecïn breça, lai trâjieme annèe, ç’ât battïn baitta. Ès (...)

  • Ïn bél l’hommaidge - Août 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 31 août 2012.
    Çt’Ulysse f’saît des féchïns. Et pan, et vlan, po bèyie des foûes côps d’chârpe, è preniaît son élan djuque drie ses épales. Et pan, et vlan, et ... miedge ! È s’fot ïn métchaint côp ch’lai tempe èt peus è s’ cope ènne aroiye. L’aroiye, an n’l’é pe r’trovèe.
    – Ne vôs en faîtes pe, que dié le chirurgien. I en é aidé d’ènne sens. I veus vôs en eurcoudre yènne qu’an n’y veut ran voûere.
    L’Ulysse ât aivu bïn r’chiquè. Quéques djoès après, è pésse ènne visite.
    – Dâli, qu’yi (...)

  • Mentou cment ïn airraichou de dents - Septembre 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 7 septembre 2012
    Dains le temps, à vlaidge, tiaind qu’an avaît mâ és dents, an n’allaît p’chie le dentiste. An suppoétchaît ou bïn an allaît trovaie l’mairtchâ.
    Le ptèt Laon, traze ans, seuffraît d’ïn maitché d’â ènne boènne s’naine. È s’révoiyaît quaitre cïntçche côps lai neût. Sai mére é aipplè l’mairtchâ.
    – Qu’ât-ce que t’és, mon gros ? Môtre-voûere ! Ah, ç’ât çté-li, èlle ât dj’ tote noie. Étends-te ch’le yét. I veus t’lai rôtaie que te ne veus ren senti.
    Èt peus en lai mére :
    – (...)

  • Le médecïn ainmaît les neugèlles - Septembre 2012

    Paru dans Le Quotidien jurassien du 21 septembre 2012
    Ai nonantechés ans, lai Rosalie ne se yevaît pus. Ci bon dotoé Nicolèt v’nia’it lai voûere dous trâs côps lai snainne. Èl aivaît di piaiji de djâsaie d’aivô lé qu’aivaît toûedge tote sai téte. Ch’lai tâle de neût, è y aivaît ènne aissiete d’aivô des neugèlles. Tot en ésâm’naint lai véye fanne, è pitchnaît dans çt’aissiete èt peus greûjyaît neugèlle chus neugèlle.
    – Oh, mai boènne daime, qu’è dit, vôs m’estiudgerèz, voili qu’i vôs ai maindgie totes vos neugèlles.
    – (...)

  • Di bio - Septembre 2012

    – Mon dgendre m’é dit que, po d’moéraie en boènne saintè, è fât maindgie des produits bio. Vôs saîtes ç’que ç’ât, vôs, des produts bio ?
    – Ç’ât des fruts èt peus des légumes naturels. Lés paysains qu’lés prodûjant ne botant djemains d’engrais chus yôs tieres, djemains d’cés trûeries chimiques po les faire ai crâtre pus gros èt peus pus vite.
    – Yé bïn, dains mon tieutchi, è n’y é ran qu’di bio.
    – Vôs n’botèz pe d’femie ?
    – I n’en n’é p’.
    – Et peus d’lai mieule ?
    – Non pus. Mains, tiétye maitïn, d’â mai f’nétre, i veûde (...)

  • Ènne visite en çte Mélie - Septembre 2012

    Paru dans LQJ du 5 octobre 2012.
    I seus t’aivu voûere çte Mélie. Vôs saîtes, çté qu’son hanne était tchoé de ci çlégie qu’an crayaît qu’èl était fotu. Èlle tricotaît des tchâsses, i n’sais p’diaile po tiu.
    – Bïn l’bondjoué, Mélie. È vait ?
    – È vait, è vait. Siete-te ènne boussiatte. I veus t’voichaie ïn p’tèt tyissat.
    – Èt peus ces tchaimpes ?
    – Çoli vait. Oh, te saîs, ç’n’ât pus po ritaie és mouchirons. Ç’ât di véye bôs.
    Nôs ains djâsè di vlèdge, di véye temps, èt peus de cés que sont paitchis. È m’sannaît qu’èlle (...)

  • Ïn sacré gaig’loi - Septembre 2012

    Paru dans LQJ du 12 octobre 2012.
    Le dgén’râ Guisan était d’péssaidge dains lai Courtine. È dit en son chauffeur :
    Aipppointè, vôs m’conduirèz djuqu’â Bèll’lay. Di temps qu’i seus ci, i m’en v’allaie faire ènne petète visite en ces malaites, èt peus bèyie l’bondjoué en çt’Alphonse Dubail qu’é faît l’écôle de recrue d’aivô moi. Ci poûere hanne, è n’é p’aivu d’tchaince. Èl é t’aivu des grôs dépés èt peus èl ât v’ni malaite d’lai téte. È y é faiyu l’botaie dains ç’te mâjon.
    A l’hopitâ, le cherïndiou vait tçhri çt’Alphonse. (...)

  • Trop preussie - Octobre 2012

    Paru dans LQJ du 19 octobre 2012.
    Cés paiysains qu’i vôs djâse, èls aint léchie yôte bïn en yôte boûebe. Èls aivïnt prou trimè, èls aivïnt bïn droit de pâre di rpét.
    – Te sais ço que m’ferait piaiji ? dit lai fanne. Çoli s’rait de r’toénaie dains ci p’tèt hôtel â long di Lac des Quaitre-Caintons, laivou qu’nôs ains péssè not’neût d’naces.
    Les voili paitchis po Lucerne. Èls aint r’trovè yôte hôtel que n’aivaît quasiment pe tchaindgie, aidé tni poi les meinmes dgens. Èls aint bïn mairandè èt peus ès sont allès â yét.
    – Eh (...)

  • Le taboèrnou - Octobre 2012

    Paru dans LQJ du 26 octobre 2012.
    Les vaitches aivïnt lai churlaindye. An ons daivu les botaie en quairantainne. Oûedre di préfèt. Pus quèchtion d’les moénaie en pétûre.
    Le mére é tchairdgi le taboèrnou d’ainnonçaie lai novèlle.
    – Voili ton paipie, taboérnou. Bote tes breliçhes èt peus yé !
    – I n’é p’fâte de ton paipie.
    Le taboérnou s’râte ch’lai piaice di môtie.
    – Aivis : Èl ât défendu de moénaie les roudges bétes en pétûre.
    Le mairtchâ, ïn coûey’nou, heûle le criya :
    – Ç’n’ât p’dïnche qu’te dais dire. (...)

  • Dains lai neût des Trépéssès - Novembre 2012

    Paru dans LQJ du 2 novembre 2012.
    Les ponts sur le Doubs étaient peu nombreux. Là où il n’y en avait pas, il fallait recourir au passeur, comme de nos jours à Tariche. C’était le cas à La Boège où Julien, paysan et pêcheur, faisait office de passeur.
    È y aivait lourette qu’è deurmaît tiaind qu’è feut révayie en chursât. An doyaît chus les lâdes. De sai fenêtre, èl é trévu quéqu’un sains vésaidge èt peus tot véti de noi.
    Délaye tai baîrtçhe èt peus pésse-me d’l’âtre sens.
    Le pâtchou bousse sai baîrtçhe chus (...)

  • Le Baitaiyon 24 - Novembre 2012

    Paru dans LQJ du 9 novembre 2012.
    Dans un charmant recueil intitulé « Dans nos pénates », Lucien Lièvre réunit ses « rimes et chansons en patois de l’Ajoie ».
    Parmi ces airs toujours très populaires, on trouve notamment Atoé di bené (Autour de la fontaine) ; Le melïn (Le moulin) ; Lais petète tchaipelle (La petite chapelle) ; Çioérattes (Fleurettes) et l’incontournable Saint-Martin Lais Saint-Maitchïn , dont nous donnerons un extrait dans la prochaine chronique. En bon citoyen-soldat, l’auteur évoque le célèbre (...)

  • Vive lai Saint-Maitchïn - Novembre 2012

    Paru dans LQJ du 16 novembre 2012.
    Nôs ains dains note étâle Ïn bé poue qu’ât fïn grais.
    Tiaind qu’è sré chu lai tâle, I crais qu’vôs en maindg’rèz.
    Èl é lai tchie pus rose Que les tieuch’s d’lai Lison.
    (...)
    Nôs en frains âtçhe’ de bon, Di poértchat, d’lai dgeallaie,
    De l’andoéye, di tchaimbon Et des fioses de laîd.
    Ma foi, nôs aiyûerains Ci gros véti-de-soûe
    Et nôs le croquerains Djunqu’â bout de lai coûe.
    Lucien Lièvre
    Nous avons dans notre étable
    Un gros porc qui est fin gras.
    Quand il sera sur la table (...)

  • En l’écôle - Novembre 2012

    Paru dans LQJ du 23 novembre 2012.
    Le boûebe de çt’Arseinne r’veniait de l’écôle en pûeraint.
    – Qu’ât-ce que t’és, mon grôs ? demainde le pére. – Le régent m’ât aidé d’chus. È m’demainde aidé âtçhe de malaîgie. I n’serôs yi répondre, ou bïn i m’fos d’dains, les âtres riant èt peus l’régent me gremoine.
    Aiprés l’dénaie, mon Arseinne é pris son boûebe èt peus ès sont paitchis è l’écôle.
    – Qu’ât-ce que ç’ât qu’ci commerce ? que dit l’ Arseinne â régent.
    – Mains, mon poûere hanne, vot’boûebe, è n’sait ran di tot, que çoli fait (...)

  • Ïn véye boûebe - Novembre 2012

    Paru dans LQJ du 30 novembre 2012.
    Yade raivoéte les coupyes d’aimoérous que valsant â son d’ïn harmonica. Tiaind lai musique se coidge, tus se botant è tchaintaie les tchainsons di coénat :
    À long de mai bionde, Tiaind nôs allïns tos les dous
    Aillondgi chus ïn yét de mouche...
    Poûere Yade, è voérait bïn s’mairiaie d’vaint que d’meuri. Son traivail ât rédu, sai boéchatte ât gonçhèe. Ïn djoué è yi farait tot tyitie, ses vaitches, son bïn, ses étius.
    Ci matïn, èl é vu son tchait que teniaît ïn oûjlat dains (...)

  • Prayiere â Bon sïnt Colas - Décembre 2012

    Paru dans LQJ du 7 décembre 2012.
    Bon sïnt Colas, di hât di cie, vôs voites tot ce que s’pésse ch’lai tiere. Vôs me cognéchèz : i m’aippeule Colas cment vôs, cment mon pére èt peus cment mon papon. An m’dit le p’tèt Colas tchie l’Grôs. Vôs saites tot, an ne peut ran vôs coitchie. Tot ât grayenè dains vot’ feuyat. I n’seus p’aivu aidé saidge. I é tyirie lai tchoupe en mai soeuratte, I é caillolè çte crevûere de tchïn. I é dit bïn svent des mentes, i é meinme boussè des saicres, yè, tot cment mon pére tiaind qu’èl ât (...)

  • Les bons s’en vïnt - Décembre 2012

    Paru dans LQJ du 14 décembre 2012.
    Le Zidore n’était p ‘content d’aivô son vâlat, ïn saineubïn que n’poyait p’demoéraie en ènne piaice. En lai Saint-Maitchïn, è y é paiyi ses gaidges èt peus èl l’é tcheussie.
    « Fos l’camp d’ci ! Èt peus qu’i n’te r’troveuche pus ch’mon tch’mïn ! »
    Ci freluquèt é faît son baluchon. A moment d’paitchi, è voit chus ènne sellatte les tot neûs soulaies di paitron. Èl eurmonte dains sai tchaimbratte po grayenaie ïn biat. Èl eurdéchend, rôte ses véyes tchairquèts tot fotus, enfile les bés soulaies (...)

  • Nâ è Meuriâ - Décembre 2012

    Paru dans LQJ du 21 décembre 2012.
    Ès nôs aint aippris â catéchitçhe que Djésus ât nè è y é dous mille ans dains ènne bâme de Palèchtine. I l’é craiyu brâment longtemps, mains mitnaint, i n’en seus pus se chûr. Ç’ât qu’i vïns d’heurtaie ïn cadre saingnè Coghuf, vôs saîtes, ç’t’airtiste qu’é léchi Baîle po vivre tchie les Taignons. « Nâ è Meuriâ « , qu’él é graiyenè â fond. Ç’n’ât p’ènne bâme, mains ènne poûere leudge.
    E y é des sapïns tot atoé. An d’vine Mairie à crepéchons d’aivô Djôsèt aippoyè chus sai cainne. L’afaint (...)

  • I vôs lai soite - Décembre 2012

    Paru dans LQJ du 28 décembre 2012.
    An dyaît dains l’temps : « I vôs lai soite / Le tiu dains lai ouate. » Vôs étes d’aiccoûe que çoli n’était poli. Moi, po l’an que vïnt, i n’vôs soite que di bïn. Bon an en tus cés que m’yéjant, è y en é tçhétiuns. Bon an en tus cés que n’me yéjant pe. E poérrait y en aivoi brâment. Ç’n’ât p’yote fâte s’è n’saint p’le patois. Ès poéyant v’ni tchie nôs po l’aipare.
    I soite en trétus lai saintè, lai djoûe, di sraye, d’lai pieudge, èl en fât, èt peus d’lai noi en huvie. Di biè, des pomates, (...)