Par : Fleury LJ
Publié : 15 février 2013

D’éternelles rengaines

De sacrées snieules

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 15 février 2013

De sacrées snieules

È Nâ, Roland, le boûebe de çt’Alfred, é r’ci ïn p’tèt l’harmonica po ses étenes. Ses poirants ne v’lant p’ yi euffri des coés po l’môment, ç’ât trop tchie èt peus l’raicodgeaire d’harmonica d’moère trop loin. Ci Roland s’débrouye tot d’pai lu. Lai régente y é môtrè c’ment faire lai gaimme. Â bout d’ïn mois, è peut djûere « Not’ Djôset n’é pus d’tchaipé », « Les pies de not’ poue sont pendus â piaifond « èt peus « Lai vaitche é fait vé, ç’ât ïn ptèt toéré ». Dains l’poiye, le soi, è tchainte tot en djuyaint. Ç’n’ât p’chi mâ, mains ç’ât tot son répertoire.

Sai soeuratte voérrait bïn ïn pô d’calme po poéyaie faire ses yeuçons.

– Râte tai snieule ! qu’èlle yi dit. Sai mére ne peut p’se concentraie chu son tricat.

– Râte ïn pô. Te me scies l’dos d’aivô ènne sciatte de bos. Le père voérrait yére lai feuille.

– Dûemoène, ç’ât les Brandons. Vai dains tai tchaimbre, qu’è yi dit, èt peus essaie d’aippâre « Les Faiyes « !

L’apprenti accordéoniste casse les oreilles à son entourage.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">