Publié : 31 mars 2017

Perdu, un ivrogne

Predju, ïn pieinteusse

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 31 mars 2017

Predju, ïn pieinteusse

Tiaind qu’ l’Isabèlle fréquentait l’Eusèbe, sai mére l’é aivtchi :

—  Te n’ dairôpes le mariaie. Te s’rés malhèyerouse d’aivô lu. 

L’Isabèlle réponjait : 

—  I l’ainme. I veus l’ tchaingie. 

—  An n’ tchaindge pe ïn pieinteusse. Révije ton pére. I l’ai mairiè mâgrè sai croûye pâchion po lai botoille. Ç’ât lai pus grosse crevèe qu’i ai fait. Tyite ton amoérou, èl ât encoé temps.

Lai baîchatte n’é ran v’lu oûyi. Ès s’ sont mairiès. Les premies temps, le djûene hanne f’sait ïn éffoûe, è se t’nyait d’aidroit. Èls aint aivu ïn premie l’afaint, ïn doûejieme. Aiprés l’trâjieme, èl é déléchie l’hôtâ po l’cabarèt laivou qu’èl eurtrovait des âtres pieinteusses. Èl é eurcommencie à boire de pus bèlle. È rentrait â moitan d’lai neût ou bïn en lai pitçhatte di djoué. Djuqu’à ci saicrè soi qu’èl é dichpairu.

En f’saint son p’tèt touè, l’Isabèlle é vu ènne aiffitchatte piaiquèe contre ïn aibre : « Predju, ïn ptèt tchait gris. Mèchi d’ le raippoétchaie ou bïn d’aipp’laie â ci num’ro. Boénne récompense. » Cheuyait ènne aidrasse. È y aivait âchi lai photo di minèt. Lai meinme aivijaiye, an lai r’trovait tchie l’boutchie, tchie l’blantchie, en lai pochte, ïn pô tot poitchot.

Çoli yi é bèyie ènne musatte, en çt’ Isabèlle. Le lend’main, an poéyait voûere ènne âtre aiffitchatte tchie l’boutchie, tchie l’blantchie, en lai pochte, ïn pô tot poitchot : « Predju, ïn pieinteusse. Chutot, ne pe le raippoétchaie. » È y aivait lai photo d’ l’Eusèbe.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.9 Mo

Perdu, un ivrogne

Quand Isabelle fréquentait Eusèbe, sa mère l’avertissait : « Tu ne devrais pas l’épouser. Il te rendra malheureuse. » Isabelle répondait :

—  Je l’aime. Je le changerai.

—  On ne change pas un buveur. Regarde ton père. Je l’ai épousé malgré son funeste penchant pour la boisson. C’est la plus grosse bêtise que j’ai faite. Quitte ton galant pendant qu’il est temps.

La fille n’a rien voulu entendre. Ils se sont mariés. Les premiers temps, le jeune mari faisait un effort, il se comportait correctement. Ils ont eu un premier enfant, un deuxième. Après le troisième, il a délaissé le foyer pour l’auberge où il retrouvait d’autres poivrots. Il s’est remis à boire de plus belle. Il rentrait au milieu de la nuit ou pis aux aurores. Jusqu’à ce fameux soir où il a disparu pour de bon.

En faisant sa promenade, Isabelle aperçut une affichette fixée contre un arbre : « Perdu, un petit chat gris. Merci de le rapporter ou d’appeler ce numéro. Bonne récompense. » Suivait une adresse. Il y avait également la photo du minet. On put voir la même annonce à la boucherie, à la boulangerie, à la poste, un peu partout.

Cela donna une idée à Isabelle. Le lendemain, on vit une autre affichette à la boucherie, à la boulangerie, à la poste, un peu partout : « Perdu, un ivrogne. Surtout, ne le ramenez pas. » Il y avait aussi la photo d’Eusèbe.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">