Publié : 2 avril 2015

Patoisant jurassien, debout !

Jurassien patoisaint, vyèdreit !

Paru dans Arc Hebdo, avril 2015

Jurassien patoisaint, vyèdreit !

Dains lai doûejieme s’nainne de feuvrie, tot jurassien patoisaint é r’ci, nian p’ ran qu’ ènne tiele ch’ lai téte, mains ènne pajainne copûe (tuile faîtière). Côp chus côp, an aippregnait
qu’ les doûes maîtrâsses qu’ ensoingnïnt encoé l’ patois dains les écôles (lai fanne di Dodlé pe ç’t’ Agnès des cramias), pregnïnt yôte eur’tréte ! I en portchaiye po les r’mèchiaie pe po yôs entçhvâtre, en tchétçhènne de yôs, ènne tote boinne eurtréte. Poi lai radio, l’préjideint d’ lai F.P.C.J. ci Moûeri Jobin nôs aippregnait qu’ les Aidjolâts patoisaints ne f’rïnt p’ yôte théâtre, â paitchi-feû, c’ment qu’ les préchédeinnes l’ annèes. M’ enfïn, ci Moûeri n’ aivait p’ l’ air
d’ étre trop en tieûsain ! Taint meu. Poétchaint, i peus vôs dire qu’ ces novèlles… m’ aint toutchi, m’ aint fenju l’ tiûere… Biassi, mains déchidè è me t’ni vyèdreit, i aî r’péssè raibein-n’ment dains mai téte, l’ hichtoire d’ nôte patois : ses yôrioujes paidges, mains âchi ses mâlai-gieres pe d’lououses boussèes. È câse de l’ordyeu, brâment d’ Jurassiens l’aint aibaind’nè ; poi paivou di « qu’ ât-ç’ qu’ an veut dire » pe craibïn poi djaloujie, d’ âtres l’ aint vadgè po yôs, l’ aint coitchi. Poi paivou d’ mâ faire, è y’ n’ é que r’fujant d’ yi édie è évoindgie, è jippaie. Chutôt, brâment d’ patoisaints n’ le v’lant p’ djâsaie, aint pavou d’ le faire è vétçhie tot poitchot dains lai vie (dans la rue), en vèlle c’ment qu’ dains nôs caimpaignes. Jurassiens, patoisaints obïn nian, lai graivitè d’ ci môment, nôs d’mainde en nôs tus, d’ se r’drassie, d’ se t’ni vyèdreit. Tchétçhun d’ nôs é le d’voit d’ faire tot son pôchibye, mit’naint, po rémeûdre le patois. Jurassiens, vôs qu’ èz di pouvoi, vôs qu’ n’en èz p’, vôs qu’ étes rétches, vôs qu’ étes poûeres, dites-vôs bïn qu’ léchie décrâtre vôte patois, ç’ ât piedre ïn pô d’ l’ aîme d’ vote coénat. D’ li-d’tchus, vôs anchétres aittendant vôte chursât d’ fiertè.

Pe po vôs encoéraidgie, ch’ vôs n’ èz fâte, prayie L’ Pater des Patoisaints :

Pére di patois, d’ lai laindye qu’ nôs ainmans, / Qu’ ton nom feuche hannanrè.
Qu’ lai biâtè d’ ton ôvre ryujeuche /Dains les tiûeres de ses aimoéreus c’ment qu’ dains ces
d’ ses fot-aivâlous. / Bèye-nôs âdjd’heû lai djouén’louje v’lantè / D’ émondure aidé pe encoé È faire è prégie l’ patois poi tus les Jurassiens, / Pe aiyibre-nôs tus de tot prédjudgie !
Qu’ èl en feuche dïnche !

J-M. Moine

Patoisant jurassien, debout !

Dans la deuxième semaine de février, tout patoisant jurassien a reçu non seulement une tuile sur la tête, mais une lourde tuile faîtière. Coup sur coup, on apprenait que les deux maîtresses qui enseignaient encore le patois dans les écoles (la femme du Dodlé [Joseph] et cette Anne-Marie des cramias), prenaient leur retraite. Par la radio, le président de la FPCJ, Maurice Jobin, nous apprenait que les patoisants ajoulots ne feraient pas leur théâtre, au printemps, comme les autres années précédentes. Mais enfin, Maurice n’avait pas l’air d’être trop inquiet ! Tant mieux. Cependant, je peux vous dire que ces nouvelles m’ont touché, m’ont fendu le cœur… ! Blessé, mais décidé à me tenir debout, j’ai repassé rapidement dans ma tête, l’histoire de notre patois : ses pages glorieuses mais aussi ses moments difficiles et douloureux. A cause de l’orgueil, de nombreux Jurassiens l’ont abandonné ; par peur du « qu’en dira-t-on » et peut-être par jalousie, d’autres l’ont gardé pour eux, l’ont caché. Par crainte de mal faire, il y en a qui refusent de l’aider à progresser, à évoluer. Surtout, beaucoup de patoisants ne veulent pas le parler, ont peur de le faire vivre tout partout dans la rue, en ville comme à la campagne.Jurassiens, patoisants ou non, la gravité de ce moment nous demande à nous tous, de nous redresser, de nous tenir debout. Chacun de nous a le devoir de faire tout son possible, maintenant, pour relancer le patois. Jurassiens, vous qui avez du pouvoir, vous qui n’en avez pas, vous qui êtes riches, vous qui êtes pauvres, dites-vous bien que laisser décliner votre patois, c’est perdre un peu de l’âme de votre petit coin de terre. De là-haut, vos ancêtres attendent votre sursaut de fierté.

Et pour vous encourager, si vous en avez besoin, priez le Pater des Patoisants :

Père du patois, de la langue que nous aimons,
Que ton nom soit honoré.
Que la beauté de ton œuvre reluise
Dans les cœurs de ses amoureux comme dans ceux de ses détracteurs.
Donne-nous aujourd’hui la volonté quotidienne
De continuer sans cesse, toujours et encore
A faire apprécier le patois par tous les Jurassiens,
Et délivre-nous de tout préjugé !
Ainsi soit-il !

J-M. Moine