Par : Fleury LJ
Publié : 1er mai 2011

Le petit sapin de Noël

Le petét saipïn de Nâ.

La Babouératte, la Coccinelle

Le petét saipïn de Nâ.

Narrateur 1

Ïn petét saipïn avait crât dains le crâtant de lai Vouivre. È se pyaisait bïn en lailombre des gros bôs.

Narrateur 2

Tchaind le soroiye friyait su lai boquatte des grôs saipïns, lu, èl était bïn à frâs.

Narrateur 3

C’était aito lai mainme tchose tchaind l’oûere sossyait, lu è ne sentait quâsi ren. Tot compte faît, èl était haiyuroux.

Narrateur 1

Le pie coitchie dains lai mosse, quéquecôp des freumis y faisaïnt les gatouéyes en péssaint su ses raicènes.

Narrateur 2

È y aivait mainme ïn djoué ïn boussereu qu’aivait aivu le toupet de vni creûyie ïn ptchu, çoli aivait fait ène moûenire. En sai faiçon, bïn chûr, le petét saipïn aivait sôri.

Narrateur 3

Mains, ïn bé djoué, nos étaïnt en déchembre, èl aivait noidgi. Le petét saipïn ôyi des afaints que djâsaïnt de Nâ, de saipïns de Nâ.

Le pus preutche de lu se boté è breûyie en ïn hanne que le seuyait :

Le p’tét Djin :

- Révise oncia Tony, çtu-li cmen èl ât bé !

Çtu que pailait était ïn afaint de dîe ans. Son petét ïndéxe pontè de mai san, èl aivait révè sai mtaine. Aivo l’âtre main è se réssuait lai meuque dôs son nâ. Les afaints aivaïnt de lai noi djünque a tchu. Ès s’étaïnt tus râtè devaint lu.

Nanard :

- Oh syé ! Oncia Tony, è fât le pare. Èl é djeûte lai bouènne hâtou po le botè â poiye.

Oncia Tony :

- Vos étes bïn dgenti les afaints, mains y crais que ç’ât dannaidge de le raîssie. Їn djoué, tchaind qu’èl airé crâs, aivô sai béye ont airait poyu faire des lavons po faibriquaie des moubyes.

Ginette :

- T’és réson oncia Tony. Mains y muse tôt d’ïn côp, se, putôt que de le raîssie nos creûyerïnt âtoué po pare le saipïn aivo ses raicènes, le botè aivô lai térre dains in soiyat di temps de Nâ, pe, aiprés les fétes, le rebotè, quoi, le repyaintaie laì voùé nos l’ains pris. Qu’âsse que t’en muse oncia Tony ?

Oncia Tony :

- T’és ène sacœurdie d’aivisâle, baîchenatte. Ç’ât ço que nos vlent faire. È fât creûyie sains entchaipyaie les raicènes, pouécheque, sains raicènes, le saipïn vai soitchi, pe meri.

Les afaints, è djrônye dains lai noi, aivô loûes petétes mains creûyant po dégaidgie les raicènnes. En ren de temps le petét saipïn ât tirie feûs. Les raicènes empaiquetèes dains ïn sai.

Ginette :

- Aittention Nanard, n’y brise pon les raicènes, è fât les pièyie tot bâlement.
Oncia Tony : Djin, raimésse ïn pô d’terre, bote-lai dains le sai.

Èl ât empouétchè pai 1’oncia Tony en l’hôtâ. Tot étchâdè les afaints se botant â traivaiye po pyaintaie le saipïn dains in petét bossat. Tot l’monde se tire feûs pai ène sens, pe rentre pai l’âtre.

Le p’tét Djin :

- Eh ! tïns-le daidroit Nanard !
Nanard : ç’ât aîsie de commaindaie, les poingnats, çoli pitçhe, vïns le t’ni toi, grôs djâsous !

Ginette :

- I vais tchri d’lâve ?

Louise s’aimouènne aivô ïn grôs coitchon.

Louise :

- Voilì tot ço qu’è fât po gaini vote saipïn.

 bout de ses braintches ès aiccreutchant des bôles de Nâ totes yeusaintes, des paiyattes que cyérants cmen des éluzes, pe des tchaindoiles.

Nanard :

- Ène roudge !

Le p’tét Djin :

- Ène djâne !

Louise :

- Moi i ainme les byeûves !

Oncia Tony :

- Piaiquèz aivô vôs bôles, i veus botaie mai ponte chu lai bocatte. (è lai bote). Voili, èl ât prât vote saipïn !

Ginette airrive d’aivô ïn potat d’âve.

Ginette :

- È y en è prou ? È n’fât pon qu’è meurésse de soi !

Le p’tét Louis s’aimoènne d’lai p’téte écôle, tot emmitouflè, révise le saipïn tot ébâbi, pe breûye.

Le p’tét Louis :

- È pe les chocolats, voué sont-és ? Sains chocolats, ç’n’ât pon ïn saipïn d’Nâ !

L’oncia Tony aivô ène grôsse écâclèe, tire feûs d’sai baigatte ïn lô.

Oncia Tony :

- Les voilì les chocolats. I sais bïn qu’i aî è faire ès des longs mouéres, ç’ât po çoli qui n’aî ran dit. Vôs peutes les aiccreutchie mitnaint.

Nanard :

- Mains è mainque lai roitche de Nâ !

Louise tchri dains l’coitchon

Louise :

- Lai voili !

Nanard :

- Po ècmencie, è fât botaie Mairie èt pe Djosèt.

Le p’tét Djin :

- I veut botaie l’aîne !

Le p’tét Louis :

- Moi i bote le bûe !

Ginette :

- Pe moi, les motons voùé ât-ce qu’i les bote ? È y en é trôs !

Oncia Tony aipoètchant les boirdgies.

Oncia Tony :

- Èt pe les boirdgies vôs n’en v’lèz pon botaie ?

Louise beûye dains l’coitchon.

Louise :

- È y é encoé l’afaint Djésus !

Oncia Tony :

- Mains les afaints, vôs ne saites pus vote catétchisse ? L’afaint Dûe â vni â monde è méneût.

Les afaints tot hèyurous se preniant pai lai main po dainsie èt pe tchaintaie â toué di saipïn.

Chants Noël

Ridé. Le djoué de Nâ.

Narrateur 1

Le soi de Nâ, pon de freumis su son pie, mains ène petéte étâle voùé les afaints int botè l’afaint Djésus coutchi su de l’étrain.

Narrateur 2

Les dgens tchaintant aivô les afaints. Les tchaindoiles enfûelèes fint cmen des étoiles dains les eûyes des petéts l’afaints. Ço que ç’ât bé !

Narrateur 3

Le petét saipïn se tïnt bïn drait, èl en rébie son crâtant. Tote lai neût rétouéne de tchaints, de cyeutches que gréynants. Les dgens fétant lai néchaince di Sâveur di monde. Çte neût é péssèe cmen ïn sondge.

Le ridé s’euvre.

Les afaints révant les bôles di saipïn èt pe se tchaipitrant po les dèries chololats.

Oncia Tony :

- Boudgites-vôs les afaints se nôs vlans raimouénaie dains les bôs ci p’tét saipïn d’vaint lai neût !

Le saipïn ât r’botè dains son sai pe empoétchè pai l’oncia, seuyi pai les afaints.
Tote lai rote tchittant lai scéne po pare le tchmïn di bôs.

Oncia Tony :

- Nanard, te te s’vïns voùé nôs l’aivïns pris ?

Nanard :

- ç’ât su l’crâtant li d’vaint !

En airrivaint su piaice Nanard breûye.

Le p’tét Djin :

- Ène tchaince, le ptchu n’ât pon r’botchi.

En lai lèste ès r’pyaintant le saipïn.

En tchaintaint ès rentrant en l’hôtâ ! Une chanson

Narrateur 1

Les raicènes è nové dains lai térre, le petét sapïn, dains son djâsaie bïn chûr, ne pyaque de raicontaie és ôsés, en totes les petétes bétes des bôs, le bé Nâ qu’èl aî péssè dains ène mâson pyeine d’afaints pe de dgens haiyuroux.

Narrateur 2

È Nâ de l’année è vni, èl airé crât de vïnt cïntimétres. È ne poré pus rentraie dains le poiye, ç’ât dannaidge ! Povu que les afaints en l’écôle aiyaïnt raicontè en loûes caimerâdes cment ès int fait aivô loûe saipïn de Nâ, qu’ès 1’int repyaintè lì, voùé le Bon Dûe 1’aivait voûegnie.

Narrateur 3

Dïnche-lai, craibïn que lai premîere snainne de djainvrie, les devaints d’hôtâs ne vint pus ressannaie en des cemtîres de petéts saipïns.

Lai Babouératte.


Le petit sapin de Noël.

Narrateur 1

Un petit sapin avait poussé dans le crêt de la combe à la Vouivre. Il se plaisait bien à l’ombre des grands bois.

Narrateur 2

Lorsque le soleil tapait sur la cime des grands sapins, lui, il était bien au frais.

Narrateur 3

C’était la même chose quand le vent soufflait, lui ne sentait presque rien. Tout compte fait, il était heureux.

Narrateur 1

Le pied caché dans la mousse, quelquefois des fourmis lui faisaient les chatouilles en passant sur ses racines.

Narrateur 2

Il y avait même un jour, une taupe qui avait eu le toupet de venir creuser un trou, cela avait fait une taupinière. A sa façon, bien sûr, le petit sapin avait souri.

Narrateur 3

Mais un beau jour, nous étions en décembre, il avait neigé. Le petit sapin entendit des enfants qui parlaient de Noël, de sapins de Noël.

Le plus proche de lui se mit à crier à l’homme qui le suivait :

Le petit Jean :

- Regarde oncle Antoine, celui-là comme il est beau !

Celui qui parlait était un enfant de dix ans. Son petit index pointé dans ma direction, il avait enlevé sa mitaine. Avec l’autre main il s’essuyait la nique sous son nez. Les enfants avaient de la neige jusqu’au derrière. Ils s’étaient tous arrêtés devant lui.

Nanard :

- Oh oui ! Oncle Antoine, il faut le prendre. Il a juste la bonne hauteur pour le mettre à la chambre de ménage.

Oncle Antoine :

- Vous êtes bien gentils les enfants, mais je crois que c’est dommage de le scier. Un jour, quand il aura grandi, avec sa bille on aurait pu faire des planches pour fabriquer des meubles.

Ginette :

- Tu as raison oncle Antoine. Mais je pense tout a coup, si, plutôt que de le scier nous creusions autour pour prendre le sapin avec les racines, le mettre avec la terre dans une seille du temps de Noël, puis, après les fêtes le remettre, quoi, le replanter là où nous l’avons pris. Qu’est-ce que tu en penses oncle Antoine ?

Oncle Antoine :

- Tu as une sacrée bonne idée, petite fille. C’est ce que nous allons faire. Il faut creuser sans entailler les racines, parce que, sans racines, le sapin va sécher, puis mourir.

Les enfants, à genoux dans la neige, avec leurs petites mains creusent pour dégager les racines. En rien de temps, le petit sapin est tiré dehors. Les racines empaquetées dans un sac.

Ginette :

- Attention Bernard, n’y brise pas les racines, il faut les plier tout doucement.

Oncle Antoine :

- Jean, ramasse un peu de terre, mets-la dans le sac.

Il est emporté par l’oncle Antoine à la maison. Tout échauffés, les enfants se mettent au travail pour planter le sapin dans un petit tonneau.

Tout le monde sort de la scène par un côté et rentre par l’autre.

Le petit Jean :

- Eh ! Tiens-le droit Bernard !

Bernard :

- C’est facile de commander, les aiguilles, ça pique, viens le tenir toi, grand blagueur !

Ginette :

- Je vais chercher de l’eau ?

Louise arrive avec un grand carton.

Louise :

- Voilà tout ce qu’il faut pour garnir votre sapin.

Au bout des branches on accroche des boules de Noël toutes brillantes, des paillettes qui scintillent comme des éclairs et des chandelles.

Bernard :

- Une rouge !

Le petit Jean :

- Une jaune !

Louise :

- Moi j’aime les bleues !

Oncle Antoine :

- Cessez avec vos boules, je veux mettre ma pointe sur la cime. (Il la pose). Voilà, il est prêt votre sapin !

Ginette arrive avec un pot d’eau.

Ginette :

- Il y en a assez ? Il ne faut pas qu’il meure de soif !

Le petit Victor rentre de la petite école, tout emmitouflé, regarde le sapin tout ébahi et crie :

Le petit Victor :

- Et les chocolats, où sont-ils ? Sans chocolat, ce n’est pas un sapin de Noël !

L’oncle Antoine avec une grande éclatée de rire sort un cornet de sa poche.

Oncle Antoine :

- Les voilà les chocolats. Je sais bien que j’ai à faire à des grands gourmands, c’est pour ça que je n’ai rien dit. Vous pouvez les accrocher maintenant.

Bernard :

- Mais, il manque la crèche de Noël.

Louise cherche dans le carton.

Louise :

- La voilà !

Bernard :

- Pour commencer, il faut mettre Marie et Joseph.

Le petit Jean :

- Je veux mettre l’âne !

Le petit Victor :

- Moi, je mets le bœuf !

Ginette :

- Et moi, les moutons, où est-ce que je les mets ? Il y en a trois !

Oncle Antoine apportant les bergers :

Oncle Antoine :

- Et puis les bergers, vous ne voulez pas en mettre ?

Louise regarde dans le carton.

Louise :

- Il y a encore l’enfant Jésus !

Oncle Antoine :

- Mais les enfants, vous ne savez plus votre catéchisme ? L’enfant Dieu est venu au monde à minuit.

Les enfants tout heureux se prennent par la main pour danser et chanter autour du sapin.

Chant de Noël

Rideau. Le jour de Noël.

Narrateur 1

Le soir de Noël pas de fourmis sur son pied, mais une petite étable où les enfants ont mis l’enfant Jésus couché sur de la paille.

Narrateur 2

Les gens chantent avec les enfants. Les chandelles allumées font comme des étoiles dans les yeux des enfants. Ce que c’est beau !

Narrateur 3

Le petit sapin se tient bien droit, il en oublie son crêt. Toute la nuit résonne de chants, de cloches qui carillonnent. Les gens fêtent la naissance du Sauveur du monde. Cette nuit a passée comme un rêve.

Le rideau s’ouvre.

Les enfants enlèvent les boules du sapin et se chamaillent pour les derniers chocolats.

Oncle Antoine :

- Dépêchez-vous les enfants si nous voulons ramener dans les bois ce petit sapin avant la nuit !

Le sapin est remis dans son sac puis emporté par l’oncle, suivi par les enfants. Toute la bande quitte la scène pour prendre le chemin de la forêt.

Oncle Antoine :

- Bernard, tu te souviens où nous l’avions pris ?

Bernard :

- C’est sur le crêt là-bas !

En arrivant sur place, Nanard crie :

Le petit Jean :

- Une chance, le trou n’est pas rebouché.

Lestement ils replantent le sapin.
Ils chantent en rentrant à la maison ! Une chanson

Narrateur 1

Les racines à nouveau dans la terre, le petit sapin, dans son langage bien sûr, ne cesse de raconter aux oiseaux, à toutes les petites bêtes de la forêt, le beau Noël qu’il a passé dans une maison pleine d’enfants et de gens heureux.

Narrateur 2

Au prochain Noël, il aura poussé de vingt centimètres. Il ne pourra plus rentrer dans la chambre de ménage. C’est dommage ! Pourvu que les enfants à 1’école, aient raconté à leurs camarades comment ils ont fait avec leur sapin de Noël, qu’il ont replanté là, où le Bon Dieu l’avait semé.

Narrateur 3

Ainsi, peut-être bien que la première semaine de janvier, les devants de maisons ne ressembleront plus à des cimetières de petits sapins.

La Coccinelle.


Texte à imprimer

Babouératte, Saipin de Nâ 110430 -  PDF - 134.5 ko
Babouératte, Saipin de Nâ 110430