Publié : 3 juin 2016

Sonnet

Bernard Chapuis

Paru dans le Quotidien Jurassien du 3 juin 2016

Sonnet

Un poème de Jules Surdez (1878-1964). L’original, écrit phonétiquement, a été retranscrit pour faciliter la compréhension.

Hie â soi, i ôs caquaie en lai poûtche de mai tieujenne,

I sâte de dechus mai selle po défromaie mai poûtche ;

I tchoés quasi â dôs en voyaint, en lai ynune,

Dains çtu quie s’aimoénait, le diaîle o yun d’ sai soûetche.

*

I me r’botés bïn vite, yi bèyé ïn baintchat.

Tiaind èl é bu ïn voirre, è m’ dyé : « Écoute, p’tèt hanne,

Di môment qu’ t’ m’és bïn r’ciè, i n’ te veus p’ faire di mâ ;

Dâ qu’i vïns de l’enféye, i n’ seus ’p’ ce croûye qu’è sanne.

*

I seus en train d’ rôdaie dechus vôt’ poûer’ p’tèt’ bôle,

Me foérraint tot poitchot, po l’ mâ n’étaint dj’mais sôle

Et rempiâchaint l’enféye d’ tos cés que n’ faint p’ le bïn.

Mains, cment te m’és pyiéju, i t’ veus dir’ ç’ qu’è t’ fât faire

Po t sâvaie de l’enféye : prends ènne fanne, ne bois dyère,

Bèye és poûers, n’ dis d’ mâ d’ niun, n’envéye p’ ç’ que n’ât p’ le tïn.

Note

Déformait, ouvrir, littéralement défermer.

Synonyme de çhioûre. A comparer avec démâter, corriger (un texte),

littéralement enlever les fautes.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.5 Mo

Sonnet Jules Surdez

Hier soir, j’entends frapper à la porte de ma cuisine,

Je saute de dessus ma chaise pour ouvrir ma porte ;

Je tombe presque à la renverse en voyant, à la lune,

Dans celui qui s’amenait, le diable ou un de sa sorte.

*

Je me remis bien vite, je lui donnai un petit banc.

Quand il eut bu un verre, il me dit : « Ecoute, petit homme.

Puisque tu m’as bien reçu, je ne veux pas te faire de mal ;

Quoique je vienne de l’enfer, je ne suis pas si mauvais qu’il le semble.

*

Je suis en train de rôder sur votre pauvre petite boule

Me fourrant tout partout, pour le mal n’étant jamais fatigué,

Et remplissant l’enfer de tous ces qui ne font pas le bien.

Mais, comme tu m’as plu, je veus te dire ce qu’il te faut faire

Pour te sauver de l’enfer : prends une femme, ne bois guère,

Donne aux pauvres, ne dis du mal de personne, n’envie pas ce qui. n’est pas le tien.

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">