Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Chansons > Lai déjoue d’ainmaie, la joie d’aimer
Par : Fleury LJ
Publié : 2 septembre 2010

La joie d’aimer

Lai déjoue d’ainmaie, la joie d’aimer

Lai djoûe d’ainmaie

Tiaind nos étïns afaints, Nos allïns es boquats

En s’ teniaint pai lai main De lai sans de Chamsat

Nos aivïns di piaîji D’en tieudre des braissies

Pô allaie bïn çieûri L’âtèe de Sainte Mairie


Dgens de tchie nos, ainmèz-vôs bïn

E fat rébiaie les croûyes maitïns

Djoyeusement l’aiv’ni sôrit ;

En sai poûetche è fat saivoi fri !

Se vos airrâtïns de s’ainmaîe,

Djemaîs pus vos n’porïns tchaintaie (Bis)


Nos sons v’nis aimoireus En s’teniaint pai lai taiye

Nos allïns bïn djoyeux De lai sans de Piertaye

Pô y tieudre des fraises Bïn sevent mâ maivures

Mains nos dous mai Thérèze Oh ! nos étïns chi pures !


Nos vies se sont layies, Lo dûemoine lai vâprêe

De lai sans d’lai Vaitcherie, Nos allïns promenaie

En tieuaint des neûjéyes Pô le soi d’lai Tossaint,

Di temps que chus ènne béye S’aimusïnt nos afaints !


Mïntenaint qu’nôs sons véyes Nos vains dedôs les tyas

Ecoutaie les baboéyes, Ou bïn drie note fonat

Lo pus s’vent nos musans En nos bés djos qu’aint fut

Mains aidé nôs s’ainmans Ç’ât dïnche qu’ nos ains vétiu !


Chanté lors de l’atelier du 160402

info document -  MP3 - 3.9 Mo

Document pour impression, s’ouvre en PDF et en OpenOffice

Lai djoûe d'ainmaie PDF & ODT -  PDF - 120.6 ko
Lai djoûe d’ainmaie PDF & ODT

La joie d’aimer, lai djoûe d’ainmaie

1.

Quand nous étions enfants

Nous allions aux fleurs

En se tenant par la main

Du côté de Chamsat

Nous avions du plaisir

D’en cueillir des brassées

Pour aller bien fleurir

L’autel de Sainte Marie


Refrain :

Gens de chez nous, aimez-vous bien

Il faut oublier les mauvais matins

Joyeusement l’avenir sourit

A sa porte il faut savoir taper

Si vous arrêtiez de vous aimer bis

Jamais plus vous ne pourriez chanter


2.

Nous sommes tombés amoureux

En se tenant par la taille

Nous allions bien joyeux

Du côté de Pîertaiye

Pour y cueillir des fraises

Bien souvent pas mûres

Mais nous deux ma Thérèse

Oh nous étions si purs


3.

Nos vies se sont liées

Le dimanche après-midi

Du côté de la Vacherie

Nous allions promener

En cueillant des noisettes

Pour le soir de la Toussaint

Pendant que sur une bille

S’amusaient nos enfants


4.

Maintenant que nous sommes vieux

Nous allons sous les tilleuls

Écouter les bavardages

Oui bien derrière notre fourneau

Le plus souvent nous pensons

A nos beaux jours qui ont fui

Mais nous nous aimons toujours

C’est ainsi qu’on a vécu.

info document -  PDF - 473.7 ko