Par : Fleury LJ
Publié : 17 août 2013

Le cheval au téléphone

Le tchvâ â laividjâse

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 16 août 2013

Bâtiche yét bïn paîj’ment lai feuille ch’le balcon tiaind qu’sai fanne vïnt poi drie èt peus yi fot ïn côp ch’lai téte d’aivô lai péle è cheni.

– Qu’ât-ce qu’è t’prend ? T’és dôbe ou bïn quoi ?

– Ç’ât po l’paipie qu’i aî trovè dains tai tiulatte, d’aivô ïn ptèt nom, Marie-Loup, èt peus ïn num’rô.

– Mains, Bichatte, t’és mâ compris. I n’t’aivôs p’dit qu’i djue â tiercé ? Marie-Loup, ç’ât l’nom d’ïn tchvâ. Èt peus ci num’rô, ç’ât laivou qu’ès baiyant les réjultats.

Le djoué d’aiprés, cment d’aivége, Bâtiche yét bïn paîj’ment sai feuille ch’le balcon tiaind qu’sai fanne revïnt poi drie èt peus yi r’fot ïn bon côp ch’lai téte d’aivô lai péle è cheni..

– Mains, ci côp, te r’bôles, Bichatte. Po chur qu’te r’bôles compyèt’ment.

Lai bichatte enraidgie yi tend le portâbye :

– Tïns, Bâtiche ! Ç’ât ton tchvâ que t’aippele.

Le mari infidèle pris à son propre piège.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.1 Mo

info document -  PDF - 126.6 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">