Par : Fleury LJ
Publié : 4 juin 2012

Bon tiûere

Ïn coénat grâjou

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 25.05.2012 www.lqj.ch

Çte Babette que poétchaît sai rlaivure és poûes voit ïn hanne è crepéchon que maindgeaît l’hierbe chu lai beûye. Èlle en é pidie.

« Ç’poûere bogre. Se ç’n’ât p’ malhéyrou. È dait aivoi bïn faim èt peus ran dans sai boéchatte qu’è feuche borgi d’péturie. »

Èlle le prend poi dos l’épâle :

« Reyevêtes-vôs, mon brave hanne, èt peus cheuyeutes-me ! »

Dâli èlle le moène dains l’voirdgie drie l’hôtâ.

« Péturèz ci, l’hierbe ât pus hâte. »

Babette, qui portait à boire aux cochons, voit un homme accroupi en train de brouter l’herbe du talus. Elle en a pitié. « Pauvre bougre, si c’est pas malheureux ! Il doit être affamé et complètement démuni pour en être réduit à brouter l’herbe. » Elle le conduit au verger : « Broutez là, mon brave, l’herbe est plus haute. »

info document -  MP3 - 935.1 ko

info document -  PDF - 93.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">