Par : Fleury LJ
Publié : 1er février 2013

Une réponse malicieuse

Ènne malichiouse réponche

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 1er février 2013.

Ci Djean-Corré, c’était ïn poûere afaint, ïn coûerétte, ïn ainonceint, ïn joclé, ïn sainnûbïn. È saivait è poine graiynaie son nom. Mains mon Djean-Corré n’était p’chi fô que çoli. È poéyait bïn des côps s’fotre d’lai gueule de cés que v’lïnt l’airguess’naie. Ïn dûemoène, an djuait ès gréyes â Tchvâ Bianc. C’était lu que r’bolait. Çte crevure d’Étiene yi dit po l’emmerdaie : – T’és quél aidge, Djean-Corré ?

– Éh bïn, mai mère ât moûe è quaitre-vingt-cïntçhe ans èt peus i seus du traze djanvie. T’n’és qu’è faire le calcul. – Te t’fôs d’moi, qu’yi fait l’Étiene. Réponds-me, quél aidge que t’és ?

– I seus de quaitre, compte s’te sais. L’Étiene que s’craiyait malïn, è s’ât fait è r’vodre.

Celui qu’on surnommait Djean-Corré passait pour un simple d’esprit, en proie aux moqueries et aux vexations. Mais à malin, malin et demi.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 81 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">