Articles

  • Le tirou és ch’crèts - Janvier 2013

    Paru dans LQJ du 4 janvier 2013.
    Le p’tèt Xavie chneuque dains le tirou laivou sa grand-mére voidge des photos di véye temps. Èl en sort ènne qu’è montre en lai fanne. Xavie ât courieû c’ment tos les afaints. È veut saivoi :
    Tiu ç’ât, çtu-li ?
    – Ç’ât l’Airthur. In grôs paiysain. È s’ât tyuè en traicteur en cïnquante-trâs.
    – Èt peu çtu-li ?
    – Ç’ât l’Benoît. Ïn sacré piainteusse. Sai femme le raim’nait di cabairèt en boyevatte.
    – Èt peus çtu-li ?
    È môtre ïn bél officie de 14-18, d’aivô des moch’taitches. Drie lai (...)

  • Ènne prayiere - Janvier 2013

    Paru dans LQJ du 11 janvier 2013.
    Léa était bédyïnne. Maitïn èt soi, èlle allait s’aidg’nonyie po praiyie son tchaiplat â pie di cruchfi aiccreutchi â murat drie son yét.
    Son boûebe chcultait l’bôs dains ses moments d’yéji. Èl aivait brâment d’épièt. È vôs f’sait des treupèts de roudges bétes, des taiyons, des airmeries, des bés câdres. Po les nonante ans d’sai mére, è chculté ïn cruchfi. Le véye cruchfi, c’était ïn seuvni d’faimille. È daivait d’moéraie en piaice. Le nové cruchfi, que fsait taint paiji en sai mére, (...)

  • D’lai truerie - Janvier 2013

    Paru dans LQJ du 18 janvier 2013.
    An l’aipp’lait Boigotte èt peus è poétchait bïn son nom. È s’était reûnè lai saintè en boyant d’lai gotte. Tot y était bon, d’lai bloûeche, d’lai pomme, d’lai damè, èt peus meinme d’lai dichtillèe d’pommattes, pourvu qu’ce feuche d’lai foûetche. È chlappait di maitïn â soi, è tot môment d’lai djoénaie.
    Ci côp-li, è fend di bôs tchie lai Tourine d’lai Côte, lai fanne de ci Djosèt, poidé, le dyèdge.
    Fendre di bôs, çoli bèye tchâd. Boigotte é l’gosie sat. È rentre dains lai tieujènne. Lai (...)

  • Lai tcheusse â dairi - Janvier 2013

    Paru dans LQJ du 25 janvier 2013.
    Ces gros m’aint moinnè en lai tcheusse, En lai tcheusse â dairi.
    Dairi, dairi, vïns voûere poi chi ! Te t’sâves de ci, te t’sâves de li. Vïns qu’i t’boteuche dains mon saitchat !
    I muse dains les époulats. Mon Dûe, quélle hoûere ât-ce qu’èl é fri ? I n’aî ran pris, piepe ènne graibeusse.
    Qu’i étôs bïn dains l’poiye â tchâd, D’aivô lai mére, d’aivô not’ beusse. È fait che cru dains ci coénat ! I s’rôs bïn meu chu mon foénat.
    I aî le poi tot édgealè, I m’en veus r’toénaie en l’hôtâ. (...)

  • Ènne malichiouse réponche - Février 2013

    Paru dans LQJ du 1er février 2013.
    Ci Djean-Corré, c’était ïn poûere afaint, ïn coûerétte, ïn ainonceint, ïn joclé, ïn sainnûbïn. È saivait è poine graiynaie son nom. Mains mon Djean-Corré n’était p’chi fô que çoli. È poéyait bïn des côps s’fotre d’lai gueule de cés que v’lïnt l’airguess’naie. Ïn dûemoène, an djuait ès gréyes â Tchvâ Bianc. C’était lu que r’bolait. Çte crevure d’Étiene yi dit po l’emmerdaie : – T’és quél aidge, Djean-Corré ?
    – Éh bïn, mai mère ât moûe è quaitre-vingt-cïntçhe ans èt peus i seus du traze (...)

  • Lai fôle di s’rayie èt d’lai yeune - Février 2013

    Paru dans LQJ du 8 février 2013
    Le s’raye èt la yeune, mairiès d’â lai nêut des temps, bïn s’vent se gremoénïnt. Ç’ât dïnche dains les véyes coupyes.
    I en aî prou de ton commerce, que reprotchait le s’raye. È fât qu’çoli râteuche ! Te rôles tote lai neût. D’aivô tiu, i n’en sais ran. Tiaind qu’i m’yeuve, te t’coutches, èt peus tiaind qu’i vais â yét, te t’yeuves. Le pé, ç’ât qu’t’és pieinne tos les mois, qu’les dgens diant qu’t’és l’peut. Te dairôs aivoi grosse mille hontes.
    Èt peus toi, qu’yi réponjait lai yeune. Te (...)

  • De sacrées snieules - Février 2013

    Paru dans LQJ du 15 février 2013
    De sacrées snieules
    È Nâ, Roland, le boûebe de çt’Alfred, é r’ci ïn p’tèt l’harmonica po ses étenes. Ses poirants ne v’lant p’ yi euffri des coés po l’môment, ç’ât trop tchie èt peus l’raicodgeaire d’harmonica d’moère trop loin. Ci Roland s’débrouye tot d’pai lu. Lai régente y é môtrè c’ment faire lai gaimme. Â bout d’ïn mois, è peut djûere « Not’ Djôset n’é pus d’tchaipé », « Les pies de not’ poue sont pendus â piaifond « èt peus « Lai vaitche é fait vé, ç’ât ïn ptèt toéré ». Dains (...)

  • Troubye beûye - Février 2013

    Paru dans LQJ du 22 février 2013
    Po les Bniessons, not’ tiurie é invitè son évêtçhe. Èl é envie d’se faire bïn voûere. Voili qu’ès sont è tâle tos les dous. Lai servante de tiure yôs é aiyûe ènne boénne moirrande. Ch’lai tâle, èlle é enfûe ènne roudge tchaindèlle.
    Les dous prétres maindgeant d’ïn bon peûtou. Ç’ât quèls aint aivu ènne rude vâprèe, pratchie, conféssaie. Aiprés l’sâmon, voili ïn bé reûti d’aivô des floutes.Èls avaint dj’chlappè ènne botaye de bianc en l’aipéritif. Mit’naint, le chire di yûe déboétche ènne (...)

  • Ïn raîch’tçhu è quaitre paittes - Mars 2013

    Paru dans LQJ du 1er mars 2013
    Â paitchi-feûe, è fayait nenttayie les tyaus di foénat. Èls étïnt pieins de cheûdge poch’qu’an aivait fait di fûe tot l’huvie. E y en aivait ènne èpâche coutche. Po çoli, an péssait ènne tchaînne d’ènne échtrémitè en l’âtre, on freguenait, on chcouait.
    Ç’ât ce que f’sait le Célestin. Lai cheûdge tchoéyait chus l’hierbe di crât c’ment di noi poussat.
    –Te t’baiyes bïn trop d’ mâ, Taitin, qu’yi dit lai Mére Michèle que l’raivijait. Moi, te sais c’ment qu’i fais ? I enfile mon bianc tchait (...)

  • Eur’voiréjon - Mars 2013

    Paru dans LQJ du 8er mars 2013
    È y en é que font le chcrèt. Po ènne entoéche, po ènne beûçhure, pâ râtaie l’saing. È y en é que v’lant voûere le malaite, d’âtres que faint chcrèt poi laividjâse.
    Ïn tchairlaitan f’sait le chcrèt poi lai radio, le dûemoène maitïn. C’était « Lai boéte que djâse vôs r’voirit. » Le Djôsèt èt peus lai Fidélia aint v’lu épreuvaie.
    « Mes aimis, que diait ci meige, vôs tus que suffrèz, i seus li po vôs. Ç’n’ât p’moi, c’ât les Foûeches di Hât qu’âdgéchant. Voili c’ment qu’è vôs fât faire. Vôs (...)

  • Aiyeutche - Mars 2013

    Paru dans LQJ du 15 mars 2013
    Aiyeutche
    Education
    En l’école, les tchâtoits èt peus les révoûes, c’était quasi tos les djoés. Èt peus, è n’ faiyait p’allait se piaindre en l’hôtâ. T’en r’cevais ataint : « T’aivais qu’è te t’ni d’aidroit ! » Les poirents étaient d’lai sen des régents. Ci bon véye temps ! È y aivait ïn régent que diait : En l’école, è n’y é qu’ènne méthôde, lai trique. Èt peus, è n’ s’en privait pe.
    Lai régente nôs botait à dgenonyon chus ïn bôs, ou bïn èlle nôs botait ch’lai téte lai caipe d’aîne.
     (...)

  • Lai mâsse en lai vimaidge - Mars 2013

    Paru dans LQJ du 22 mars 2013
    Lai Louije èt peus son hanne s’sont aitchtè ènne vimaidge. Mitnaint qu’ès sont véyes, le dûemoène, ès v’lant poéyai dmoéraie en l’hôtâ èt cheudre lai mâsse en lai vimaidge.
    Èl é fri les dieche. Èls aint ailumè yot’ pochte. Ès faint tot cment â môtie. E s’yevant, ès s’sietant, ès s’botant è dg’nonyon, ès s’eur’yevant, ès faint le signe de lai croux, ès s’bèyant meinme le béjie d’lai paix. Le sermon, ès n’yi comprenant ran di tot, mains tiaind l’prâtchou é fini, lai Louije dit en son hanne : – (...)

  • Ïn bé l’évoédgi - Avril 2013

    Paru dans LQJ du 5 avril 2013
    Ci Riquèt était coégnu po étre dains lai yune. Le djoé de ses naces, èl était d’vaint l’até d’aivô la Dgermainne, èlle dains sai biantche véture, lu tot en noi.
    – Acceptez-vousdeprendrepour épouse Mademoiselle Germaine ici présente ?
    Le Riquètn’réponjépe.Le tiurie se dié : « È n’m’é p’ouyi. » È yi r’demainde
    – Acceptez-vousdeprendre...
    Muat, mon Riquèt, ran, piepe ïn mot.
    Le tiurie se diaît : « È fât qu’è feuche bïn émaîyi. C’ment qu’è s’ coidgeaît, sai Dgermainne yi fot ïn bon côp dains (...)

  • Le djoé d’lai bûe - Avril 2013

    Paru dans LQJ du 12 avril 2013
    Èt tchic ! èt tchac ! èt peus l’on s’étyisse Atoé di grôs sayat. Èt vlic ! èt vlac ! les brais dains lai djoume Èt d’l’âve djuqu’ai mé-tchaimbe. Lai brunne s’en r’bèye, Lai bionde saivoènne. Ç’ât le djoé d’lai bûe.
    Le fûe d’bôs étieupe èt peus teûche Èt peus pûere dichcrèt’ment. È y é dains l’brussou des bés p’tèts vèsaidges. An ôt des cacayaidges. Lai biaintche groncènne, Lai roudge bretéye. Ç’ât le djoé d’lai bûe.
    Se le sraye ât li, An yi en fôt ïn côp. Èt fât ambruaie, èt peus fât s’boudgi, (...)

  • Dains lai boéte és mentes - Avril 2013

    Paru dans LQJ du 19 avril 2013
    – Te taîtcherés de faire tes Paîtçhes. Èt peus de n’ pe rbotaie en lai Trinitè, po fini poi n’pus y allaie. Çoli n’veut p’te pâre brament di temps, ès sont dous po conféssaie, le tieurie èt peus ïn caipucïn d’Mont-Croix.
    Dvaint les moéridgines de sai fanne, le Zèpe aiccèpte d’allaie vudaie son sait, è s’eurtchainge èt peus è monte â môtie. Èl ât pressie. Aiprès, è dait encoé condure ènne vaitche â toéré èt peus détchairdgie ïn tchairrat d’bôs.
    Le voili à dg’nonyes dains l’premie (...)

  • Sâvaie les moubyes - Avril 2013

    Paru dans LQJ du 26 avril 2013
    È breûle tchie l’Fraincès. Lai graindge èt les étâles sont dj’quasi détruts. An ont ran qu’pu sâvaie les bétes. Le fûe s’aittaique mit’naint en l’hôtâ que richque de paitchi en femèe. E n’y é pus grant échpoir. Les hannes di yûe aint aipp’lè les pompies d’lai vèlle en renfoûe. Tos ces soudaîts di fûe se démoénant c’ment des diâiles. An ont évacuè lai fanne et les afaints tchieles véjïns.
    Le Fraincès raivoéte le déjeûdge. Èvoérraitè totprix rentraie dains sai mâjon en fûe.
    – Impossibye, (...)

  • Mai premiere tieulatte - Mai 2013

    Paru dans LQJ du 3 mai 2013
    Mai premiere tieulatte
    Mon premier pantalon
    Ci p’tèt l’Hubert fait sai premiere comm’nion. Dains sai biantche véture, è r’sanne tot pitye en ïn ange. Èl é d’lai tchaince, ci p’tèt, èl é encoé son grôs-papon d’lai sens d’sai mére. Le Pére Lucas, qu’an yi dit. Ès v’niant véyes, dains çte faimille.
    Dis, Pépé Lucas, t’aivôs âchi ènne aube en tai premiere comm’nion ?
    Gnan, mon p’tèt ! Des aubes, è n’y aivait qu’les tiuries qu’en botïnt po dire lai mâsse. Nôs, les menichtraints, nôs (...)

  • Ïn sri ou bïn ènne raitte ? - Mai 2013

    Paru dans LQJ du 10 mai 2013
    Ïn bé soi â bontemps, le Piera èt peus lai Djulia étïnt sietès â dvaint l’heus chu l’bainc. La neût tchoéyait. Ènne petète grije béte pésse droit dvaint yos soulaîes èt peus s’enfue dains ïn p’tchu. – Ïn sri, que faît la fanne.
    – Dé gnan, que répond l’hanne, ç’ât ènne raitte. – Moi, ï t’dis que ç’ât ïn sri.
    – Te n’y coégnâs ran. Te prends des raittes po des sris, mit’naint ?
    – Eurdis-le voûere qu’y n’y coégnâs ran. Ès s’étchâdant, ès s’tchaibaiyant taint èt che bïn quès finéchant poi se (...)

  • Ïn meinme Bon Dûe - Mai 2013

    Paru dans LQJ du 17 mai 2013
    Çte Berthe des Tyas aittend di nové. Ç’ât po lai fïn mai, qu’é dit lai boénne fanne. È fât musaie â baptême, tçheri ïn poirrain èt peus ènne moirainne. Èls ont pensè en l’Alfred èt peus sai fanne. Èls en aint djâsaie â tiurie.
    Po l’Alfred, ç’ât en oûedre, que dit l’chire, mains po lai Frieda ...
    Qu’ât-ce que n’ vai pe ? Ç’ât ènne boénne gent, èt peus çoli yi f’rait taint piaiji. Ç’ât poche que ç’ât ènne Alboche que vôs n’lai v’lèz p’ c’ment moirainne ?
    L’Alfred é mairiè ènne (...)

  • Lai moyoue fanne - Mai 2013

    Paru dans LQJ du 24 mai 2013
    Èls étïnt trâs djûenes stoeckous qu’étïnt sôles de djûere és câtches. Ès djâsïnt d’fannes atoé d’ènne boènne botaye.
    – Moi, dit l’premie, i voérrôs ènne fanne que m’aippoétcheuche tchétçhe maitïn le café â yét.
    – Moi, dit l’doujieme, i voérrôs ènne fanne que m’aippoétcheuche tchétçhe soi le yét â café.
    – Moi, dit l’trâjieme, è m’en farait dous, ènne â yét èt peus ènne â foénat. Le quaitrieme n’avait encoé ran dit.
    – Et peus toi, qu’yi diant ses caim’rades. Dis voûere ton aivis !
    – Oh bïn, moi, (...)

  • C’ment qu’an vïnt â monde - Juin 2013

    Paru dans LQJ du 31 mai 2013
    –Mére, c’ment qu’i seus tchoè â monde ?
    – Coidge-te èt peus maindge tai sope ! – Pére, c’ment qu’i seus tchoè â monde ?Èt peus mon frérat ? Èt peus tus les âtres ?
    – T’és ouyi, nitiou, ç’que t’é dit tai mére ? T’és l’temps d’aippâre. Te n’és p’encoé sat drie les aroiyes.
    Ç’ât dïnche qu’an réponjait és courieûs afaints dains l’temps. Ç’n’était p’des sudjèts po yôs. Â djoué d’âdj’d’heu, an n’yôs coitche ran, an yôs dit lai voirtè. È y é meinme ènne fanne que pésse dains les écôles po échpyiquaie. (...)

  • Les sous, ç’n’ât pe le tot - Juin 2013

    Paru dans LQJ du 7 juin 2013
    Lai Djulia fait le toué di v’laidge d’aivô son tchairrat po vendre ses celiedges.An yi en d’mainde ènne livre poi chi, ènne étçhéye poi li, che bïn qu’â bout di v’laidge è n’yi d’moère quasi pus ran, dous trâs celiejes â fond d’ènne cratte, qu’èlle baiye és afaints.
    Lai Djulia s’en r’vïnt en l’hôtâ tote hèyerouse. Èlle é dyaingnè sai djouènnèe, èt chutot, èlle é djâsè, èlle é pris di bon temps.
    Ïn djoué, d’vaint d’aicmencie sai touénèe, le blantchie lai récrie :
    Râte-te, Djulia ! T’n’és (...)

  • Lai vedètte - Juin 2013

    Paru dans LQJ du 14 juin 2013
    Lai scéne se pésse è Rome, tot prés di Vatican. Trâs bradyouse bédyines boyant ènne étçhéyatte de thé en lai terrasse d’ïn cabairèt.
    – Moi, dit la premiere, mon pus djûene fils ât tiurie è Poérreintru. Èl ât bïn coégnu, poidé. Tiaind qu’èl entre quéqu’ paît, tot l’monde yi bèye lai main. « Bondjoué, Chire, çoli vai ? En lai r’voyure, Chire. »
    – I n’aî qu’ïn boûebe, dit la douejieme, mains èl ât montè : èl ât évêtçhe. Tiaind qu’èl entre quéqu’ paît, tchétçhiun s’aippreutche, yi béje l’ainné (...)

  • Ènne de Bonfô - Juin 2013

    Paru dans LQJ du 21 juin 2013
    Ç’ât lai foire de djuïn. Çt’Achille ât graingne. Èl é daivu béchi l’ prix d’ses létans. Èl entre â Guillaume Tell po lai nonne. Èl é bïn d’lai poinne è trovaie d’lai piaice.
    Â baintchat, è y en é yun que dit des fôles de Bonfô. Èt peus tus riant. Çoli l’engrainge encoé pus, mon Achille, vu qu’èl ât d’Bonfô.
    Èt peus çté di boirdgie d’poues, vôs lai coignâtes ?
    Èt trétus riant. :
    Ènne âtre, ènne âtre !
    Èt peus çté di toéré d’lai tyeûmeune qu’an ont montè chu l’toit di môtie ?
    Èt (...)

  • Neût de nace - Juin 2013

    Paru dans LQJ du 28 juin 2013
    Dains l’temps, cés que lôvrïnt n’aivïnt p’le droit d’coutchie ensoènne dvaint l’mairiaidge. Lai baichatte daivait étre vierdge, èt peus le djûene fiaincie daivait lai réchpèctaie. Po yos dous, lai neût d’nace, c’était tot ènne affére.
    Ïn djûene hanne qu’allait s’mairiaie se f’sait di tieusain po çte premiere neût. È s’en feut tchie l’tiurie po yi d’maindaie consèye. « È n’sie ran d’te faire taind d’aimèe, yi dié l’tiurie. Ne vai p’ tot droit chle sudjèt. Prends tai djûene fanne poi lai (...)

  • Ènne croûeye dyimbarde - Juillet 2013

    Paru dans LQJ du 5 juillet 2013
    Tchéque tchâtemps, John, ïn rétche Aimiritçhain, pésse ses vaicances és Fraintches-Montaignes, ch’lai tiere des ses anchétres. Èl ainme faire des grands toés è pie, s’râtaie po aidmirie lai biâtè d’lai vue, djâsaie d’avô les dgens. En péssaint poi les Cufattes, è voit ci Roland qu’aippoyait ses tchvâs.
    – Dites, l’hanne, qu’è yi fait, vôs èz grant ? – Vôs peutes me craire, qu’yi répond ci Roland. I seus ïn dés pus grants paiyisains d’ci coénat. – Vôs èz cobïn grant ?
    – Poi chi, an (...)

  • Aiyeutchie - Juillet 2013

    Paru dans LQJ du 12 juillet 2013
    « Èn’fâtdjemais triquaie les afaints », diait çt’Albert. Son boûebeétaitc’ment tos les âtres. Des côps, vôs yi airïns bèyiel’Bon Dûe sains confessaie. D’âtres côps, vôs yi airïnsfotuènneboènnetoûertche, en diaint :
    « Te sais poquoi. »Mainsçt’Albertn’était p’po ces pratiques. Ïn djoué qu’èlétaitfïngraingne contre son boûebe, è yi dié : « Vais dains tai tchaimbre ! Te v’rés tiaind qu’i t’appel’raî. » Le pére se bote à musaie c’ment qu’è poérrait corridgie ci nitiou sains pâre le martinet.
     (...)

  • L’aivion di président - Juillet 2013

    Paru dans LQJ du 19 juillet 2013
    Entre Bure èt peus V’lais-l’Sat, bïn mailïn çtu qu’peut cheudre lai frontiere. Çt’Ulysse djâse bïn s’vent d’aivô son véjïn frainçais, ès sont aimis, yôs péres l’étïnt dje èt peus yos papons. Ïn djoué, èls étïnt tos les dous en train de retendre ènne çhôsure, voili que pésse ïn oûejé d’fie dains le cie.
    Ç’ât l’aivion d’not’ nové président, dit l’hanne de Vl’aisl’Sat.
    Qu’ât-ce que te fait dire çoli ?
    Èls l’aint ainnoncè és novèlles è médi. È dait péssaie poi chi po allaie en Aifrique ou (...)

  • Novâtè - Juillet 2013

    Paru dans LQJ du 26 juillet 2013
    En lai foire de djuillèt, è Poérreintru, è y aivait aidé ïn hanne que présentai tdes novâtès èt peus que f’sait des démonstrâchions : détcheyou po les pomattes, caque-nouches, mirou qu’aigrantât çtu qu’le ravoéte, aiftchéchou que çhiotetiaind qu’le laisséât tchâd èt peus qu’è fât eurtirie lai tiaisse.
    Ci côp, è preposait les tot premies thermos. Ènne fanne s’appreutche :
    Qu’ât-ce que ç’ât que ces potats ?
    Ç’n’ât p’des potats, ç’ât des thermos.
    Po quoi faire ?
    Ïn thermos, Daime, (...)

  • Ïn patriote - Août 2013

    Paru dans LQJ du 2 août 2013
    Ci Djustinn’é djemains manquè lai féte nationale. Èl ât allè âmôtie tchaintaie le Te Deum d’aivô lai Sainte-Cécile. Aiprés lai prayiere en saint Nicolas de Flue, èl ât allè atoé di béné voù que le mére, ïn socialiste, é prononcè ïn tot bé dichcoué. Djustin, ïn gros Noi, é applaudi cment tus les âtres. Le régenté fait tchantaie les afaints. Peus, èls aint aillumè l’ fûe. Des çhérainnes dgierbes montïnt dains le cie.
    Djustin n’aivait p’envie de rentraie poi çte bèlle neût d’ôt. Èl entre en lai (...)

  • Ç’n’ât p’ lai boènne aidrâsse - Août 2013

    Paru dans LQJ du 9 août 2013
    – Bondjoué, Dotteur.
    – Bondjoué, l’Hanne. Qu’ât-ce qu’è n’vai pe ?
    – Ç’ât mai fanne qu’é pris ïn rendez-vous po moi. I n’srôs p’veni. Èlle dit qu’i aî tchaindgie, qu’i seus â fond di p’tchus, èt peus, se çoli continue, i veus fini dains ènne mâjon d’fôs, ou bïn pé, dô l’train. Èlle é catchie mon fie-feu. Vôs voites, Dotteur, èlle é pavou.
    – È y é longtemps d’çoli ?
    – È y é pus d’ïn an.
    – Vot’fanne é craibïn réjon. Qu’ât-ce qu’èlle é eurmairtçhè ?
    – Poiraivant, i tchaintôs di matin â soi (...)

  • Le tchvâ â laividjâse - Août 2013

    Paru dans LQJ du 16 août 2013
    Bâtiche yét bïn paîj’ment lai feuille ch’le balcon tiaind qu’sai fanne vïnt poi drie èt peus yi fot ïn côp ch’lai téte d’aivô lai péle è cheni.
    – Qu’ât-ce qu’è t’prend ? T’és dôbe ou bïn quoi ?
    – Ç’ât po l’paipie qu’i aî trovè dains tai tiulatte, d’aivô ïn ptèt nom, Marie-Loup, èt peus ïn num’rô.
    – Mains, Bichatte, t’és mâ compris. I n’t’aivôs p’dit qu’i djue â tiercé ? Marie-Loup, ç’ât l’nom d’ïn tchvâ. Èt peus ci num’rô, ç’ât laivou qu’ès baiyant les réjultats.
    Le djoué d’aiprés, cment (...)

  • Ïn djuge que n’ trïnne pe - Août 2013

    Paru dans LQJ du 23 août 2013
    Ci René n’ât p’ènne raînne d’abnètie. Le môtie n’veut p’yi tchoère dechus. È n’ritte pe les entèrr’ments cment bïn d’âtres qu’i n’veus citaie mains qu’y v’niant chutot po qu’on les voyeuche. Poétchaint, èl é bïn faiyu qu’èl alleuche en çtu d’sai fanne è y é tot djeute ïn an. Dâdon, è n’é pus rebotè les pies â môtie.
    Le tiurie yi fait des eur’preudges :
    – Voili ïn an qu’tai fanne ât moûe. Te n’és p’ fait dire ne de mâsse de septieme ne de trentieme. Te dairais â moins faire dire ènne (...)

  • Ménaidge è trâs - Août 2013

    Paru dans LQJ du 30 août 2013
    L’Oscar traivaiye è Choindez. Tos les maitïns, è s’yeuve és quaitre, nenttaye l’étâle, traît ses dous vaitches d’vaint que d’paitchi po l’ujine. Ç’ât ïn oeûvrie qu’ât bïn notè, chcrupulou, touedge en l’houre. Mains dâ dous-trâs djoués, èl airrive en r’taîd, vannè cment s’èl aivait péssè lai neût sains dremi. Le paitron le convotçhe en son cab’nèt :
    – Qu’ât-ce qu’è s’pésse, Oscar, vôs èz des probyèmes ? Ç’ât ïn bon hanne, ci paitron. È comprend lai vie.
    – I seus en fâte, ç’ât è câse de mai (...)

  • Les mouchirons - Septembre 2013

    Paru dans LQJ du 6 septembre 2013
    Çt’Adèle drie l’ceim’tére s’ât mairièe trâs côps. Les trâs côps d’aivô ïn véye qu’aivait des sous. Vave les trâs côps, mon Adèle.
    Son premie l’hanne s’ât endremi ïn bé soi èt peus n’s’ât pus révoiyi.
    Le douejieme ât tchoé dains les égraies.
    – Èt peus l’trâjieme, Adèle ?
    – Éh bïn, te vois. I aivôs fait des mouchirons, ç’ât lai séjon. Moi qui seus çhaile di magon, i n’en n’aî p’maindgie. I m’seus fait ïn ûe en lai coque. Lu – que Dûe ait son aime ! – en é pris dous aissietèes. Èl ainme taint (...)

  • Le laîre de pommattes - Septembre 2013

    Paru dans LQJ du 13 septembre 2013
    Dans Le Trésor de l’Ecolier , livre de lecture du début du siècle passé, on peut lire une fable intitulée La conscience et signée du mystérieux pseudonyme de Stop .
    En voici le début adapté en patois :
    È soénnait méneût â cieutchie di v’laidge.
    Tot dremait, safe ïn hanne
    Que s’en allait dains le tchaimp di véjïn
    Po déreubaie des pommates.
    È boussait sai boy’vatte en montaint lai gasse.
    Lai rûe, è tçhétçhe toé, breûyait en son djâsaidge :
    « Nôs s’rons pris, nôs s’rons (...)

  • Lai tch’nèye - Septembre 2013

    Paru dans LQJ du 20 septembre 2013
    Une fable de Florian (1755 – 1794) adaptée en patois :
    Ïn djoué, totes soûetches d’ainimâs djasïnt entre yos,
    Èt lônïnt brament le vare è choûe.
    « Qué don, dyïnt-ès, môtre ci frondon
    En compojaint cés flès che douçats, che fïns, che bés,
    Que faint lai rétchaince de l’hanne ! »
    Tus braguïnt son oeûvraidge èt tchaintïnt son aidrâsse.
    È n’y aivait qu’ènne tch’nèye po trovaie des défâts
    Èt po bâtchie dvaint les âtres ébâbis.
    Èlle dyait « vôs craîtes » èt peus « poétchaint ».
    Ïn (...)

  • Le progrès - Septembre 2013

    Paru dans LQJ du 27 septembre 2013
    Lai rue di Progès rôle tot l’temps :
    Taintôt ball’ment, taintôt èlle file,
    Mains ç’ât chutot ces deries temps
    Qu’èlle s’évadènne c’ment ènne pôfile.
    Les vélos renvoichant les dgens
    Èt les afaints dechus les vies.
    Les autos les écrèmouétchant,
    Les motos faint ïn brut d’enfie.
    Les chires s’en v’niant en autocar,
    Les aimouérous en side-car.
    Âjd’heu, tot l’monde é son radio.
    An oûe ç’que s’pésse atoé di monde.
    Le soi an fait rontchie l’phono,
    An peut dainsie d’aivô sai (...)

  • Tiaind nôs allïns à bôs - Octobre 2013

    Paru dans LQJ du 4 octobre 2013
    Not’ pére était de ces qu’aivïnt lai tchaince d’aivoi ènne cope tos les herbâs. (..)
    È faillait aipparayie les utils, remolaie les haitchattes, les charpes, les pieumous, limaie les raisses, botaie ïn neu maintche à mèrlïn, rempiaicie les bôs des tieugnats, tirie feu les virbôs, enfïn botaie en ouedre tot ce qu’è faillait po se poyait émeudre.
    È y aivait tot piein de bôs bïn sat po refaire di neu. Po les maintches, an preniait di frêne ou bïn de l’âlue, po les tieugnats (...)

  • Des oûedg’ries - Octobre 2013

    Paru dans LQJ du 10 octobre 2013
    – Çoli fait ïn bon bout d’temps qu’te graiyenes dains lai Feuille, que m’dit ci Camille. Dis voûere, laivou qu’te troves tes sujets ?
    – Tot poitchot, qu’i yi réponds. È seuffât d’révijaie âtoé d’soi. Tïns, voili lai driere. Lai snainne péssèe, i étôs tchie çte Simone d’lai Côte. Nôs étïns traze en lai tâle. Èlle tieujènne bïn, çte Simone, mains ç’qu’èlle peut faire des mainieres. Èt peus èlle s’engraingne po ran.
    En lai fïn d’lai moirande, l’Eustache s’ât botè è tchaintaie peus è (...)

  • È s’fât inchtrure - Octobre 2013

    Paru dans LQJ du 18 octobre 2013
    « An peut aippare tote sai vie », diait l’Arthur.
    « Tenis, moi, i chêus tras coés en l’Université populaire. I seus quasi feu tos les sois. Le maidgi, ç’ât di schwyzerdütsch. Å tchâtemps, i veus rcidre des p’téts l’Alboches que vniant dremi chu l’étrain. È fât qu’i poéyeuche djâsaie d’aivo yos.
    Le métçhedgi, i fais de l’archéologie. Vôs saîtes qu’èls ont r’trovè ïn cèm’tiere en lai Combe Varu ?
    Le djuedi, i aî lai Sïnte-Cécile. Le vârdi, nôs ains des conf’rences chus l’hichtoire des (...)

  • Quèchtion de cope-couaint - Octobre 2013

    Paru dans LQJ du 25 octobre 2013
    C’était és tot premies temps de l’électricitè. Le tiurie, le régent et le dgendarme djuïnt és câtches tchie lai Louije. Â d’vaint l’heu, è toénait èt peus è y aivait des éyeûjes. Tot poi ïn bé côp, pus d’ lumiere. Nos djuâs d’câtches s’eurtrovant dains lai neût.
    – È fât faire âtçhe, dit lai Louije.
    – Mon Dûe, dit l’tiurie, que lai lumiere feuche.
    Mains ran n’ se pésse.
    – Mon Dûe, dit le régent qu’ât âchi oûerdjainnou, nôs Vôs ains touedge provè not’ aittaichment. Eurbèyites-nôs lai (...)

  • Le r’toué â paiyis - Novembre 2013

    Paru dans LQJ du 8 novembre 2013
    Ïn hanne qu’é longtemps vétiu en Aimérique eur’vïnt â pays. È râte sai limousine â moitan di v’laidge èt peus s’aidrasse en ènne fanne qu’écouve d’vaint sai poûetche. Èlle peut aivoi dains les septante ans, mains èlle ât encoé bïn fotue.
    Bondjoué, Daime. Vôs étes di v’laidge ?
    Yè poidé aîye.
    I aî coégnu dains l’temps ïn m’nugie ...
    Ci Taitin ? Èl ât moue, è y é di temps. Ç’ât son boûebe qu’é r’pris.
    Èt peus, i aî âchi coégnu ènne djôlie baîchatte, Mariètte qu’èlle s’aippelait. (...)

  • Lai Sïnt-Maitchïn - Novembre 2013

    Paru dans LQJ du 15 novembre 2013
    Tchie l’Aigathe, ès boétchaiyant po lai Sïnt-Maitchïn. D’ïn côp d’maiyat, le saingnou é nuquè le poûe, ènne sacrée bèlle béte, bïn neurrie. Sains piedre de temps, è traintche lai grôsse voéne di cô. Le saing djaîyât dains ïn sayat qu’ât bïntôt piein. Lai fèrmiere eurmue sains râtaie d’aivô ènne poutratte de bôs. Èlle fait des heûtes èt peus des trâs. Ç’ât qu’è n’fât p’léchie l’saing gremèyie.
    Ch’lai tâle de lai tieujènne, dains ïn faitout, lai Biantche é préparè tot ç’qu’è fât po faire (...)

  • Lai fôle di p’tèt poûe - Novembre 2013

    Paru dans LQJ du 22 novembre 2013
    Daime Emma, ç’ât ènne boènne régente. Èlle ainme son métie, èlle ainme ses p’tèts éyeuves et ses éyeuves l’ainmant bïn.
    C’ment ç’ât lo lend’main di revirat d’lai Saint-Maitchïn èt peus qu’èls aint bïn travaiyie, èlle leur yét ènne hichtoire, Lai fôle di p’tèt poûe :
    « È y aivait ènne fois, dains l’temps, ïn p’tèt poûe que se v’lait conchtrure ènne mâjon. È s’en feut tchie le m’nugie.
    – Bïn l’bondjoué, m’nugie, qu’è yi dit. Ât-ce que te poérrôs m’bèyie dous trâs lavons po conchtrure mai (...)

  • Çoli ne côte ran d’épreuvaie - Novembre 2013

    Paru dans LQJ du 29 novembre 2013
    Dains l’temps, tiaind ïn coupye ne poyait p’aivoi d’afaints, ès prayïnt, ès botïnt ènne tchaindèlle en la tchaipèlle, èls allïnt è pie â Vorbourg ou bïn en Lai Piere. Des côps, çoli bèyait âtçhe.
    Ci coupye sains afaint était bïn malhèyrou. Èls aivïnt tot fait ço qu’les véyes dgens f’sïnt, sains réjultat. Dâli, èls aint botè ïn aippeul dains lai Feuille, des côps qu’les yeujous porïnt yôs v’ni â ch’coé. « Coupye sains afaint demainde aivijoûere ».
    Èls aint aivu quéques réponches. Yun (...)

  • Lai fôle de Sïnt Nicolas - Décembre 2013

    Paru dans LQJ du 6 décembre 2013
    Nicolas, évêque de Myre, était connu pour sa générosité envers les pauvres et son amour des enfants.
    Èls étïnt trâs petèts l’afaints
    Que s’en allïnt yainnaie és tchaimps.
    Taint sont allès, tant sont venis
    Que le soi les aivait cheurpris.
    S’en sont allès tchèz le boutchie.
    « Boutchie, te voérrais nos lodgie ? »
    « Entrèz, entrèz, petèts l’afaints,
    Vôs airèz ïn yét èt di pain. »
    Ès n’étïnt pe chitot entrès
    Que le boutchie les é tyuès.
    On connaît la suite, l’intervention du (...)

  • Péniteince - Décembre 2013

    Paru dans LQJ du 13 décembre 2013
    C’était di temps qu’les dgens allïnt encoé s’conféssaie. Dains ci temps-li, an djâsait encoé di petché d’lai tchèe, yun des sept pus grants. An en djâse pus taint mit’naint. Åt-ce qu’èl ât encoé dains lai lichte ? È fât qu’i contrôleuche se ç’ât touedge ènne grante fâte.
    Bon.
    Eurvenians en nos motons. Ïn chcrupulou djuene hanne vai s’conféssaie.
    È s’bote è dgenonyon dains lai dgeôle és mentes. È n’ât p’en l’aîge, çoli se sent bïn, è béche les eûyes, è bretene :
    « Pére, i aî (...)

  • Enfïn vave - Décembre 2013

    Paru dans LQJ du 20 décembre 2013
    L’hanne de çte Rosa, c’était ïn bon l’ôvrie, è n’y aivait ran è dire. Ç’n’était p’ïn croûye mairi non pus. È n’aivait qu’ïn défât, èl ainmait trop lai botoiye. Èt peus, tiaind qu’èl aivait ïn voirre dains l’nèz, è poéyait dev’ni métchaint. Lai Rosa, que d’vait suppoétchaie son aigrun, en aivait grant dépét.
    S’è crevait pie, ci pianteusse, qu’èlle diait tiaind qu’son Djules f’sait lai nace èt peus qu’les âtres boyous daivïnt l’raimoénaie en l’hôtâ.
    È y é t’aivu ïn côp que n’eursannait p’és (...)

  • Tchaint de Nâ - Décembre 2013

    Paru dans LQJ du 27 décembre 2013
    Célestin Hornstein, dans « Fêtes légendaires du Jura bernois » reprend plusieurs complaintes consacrées à la Nativité, dont celle qui suit, en patois franc-comtois dont nous respectons l’orthographe :
    Écoute, Djeanne, mai mie,
    Novelle tchaincenatte :
    Ç’ât les aindges di cie
    Que tchaintant yos bellâtes.
    Ès tchaintant tus : Gloria !
    Per ensouène : Alleluia !
    Gloire en l’Éternel
    Et paix detchu lai tiere !
    Où allê-vos, bés bouerdgies,
    Detchu ces yües sombres ?
    Nos vains (...)