Publié : 2 mars 2016

Un Abbé de Bellelay

Ïn aibbé d’Bèll’lay

Danielle Miserez à partir d’Arthur Daucourt

Ïn aibbé d’Bèll’lay

Vos èz chûr’ment oyu pailaie d’Bèll’lay. Vos saites tus qu’mitnaint çâ ïn hôpitâ po cés qu’sont déraindgie d’lai téte, Vos saites aichbïn qu’c’tait ïn covent d’vaint qu’lai francaise révoluchion pésésse pair-li.

Aiye, ïn covent d’moines Prémontrés, çâ enne tote londge hichtoire qu’é mairquaie lai contrèe en aipportaint bïn pu d’bïn que d’mâ. çâ craibïn dâ li qu’en dit qu’les dgens d’lai Courtine( vos saites, les v’laidges â dito d’Bèll’lay) sont ïn pô âtrement qu’les âtres. En ô bïn s’vent qu’è n’sont ne taignons, ne vadais. E y é meinme cés d’Sacy, cés poirattes que diant qu’è sont tot pré d’l’hôpitâ des déraindgies d’lai téte. Oh ! ça des métchaines réjons d’copas, des djaloux qu’tot çoli .

Adjd’heû nos v’lans vos r’contaie otçhe que çâ péssaie di temps d’l’aibbé Verner Briselance, Qu’feut en piaice djeûqu’en mil ché cents doze. En mille cïntçhe cents septante-quaitre, nâché ai Monibye, ïn tot p’té v’laidge tot pré d’Bèll’lay, dains lai famille Juillerat, ïn p’té boueba qu’en aippelé David. Ses pairents n’étïnt-pe rétches. Aich’tôt qu’è feut prou gros è I’enviènnent è Bèl’llay po voirdaie les bétes â tchaimpois.Ïn pô pu taid è feut vâla d’botchie. C’était ïn d’uene qu’ainmait brâment aippare. El était courieux de tot, aidé è révisaie, è tçhieuri tot pairtot ça dïnche qu’el aipprenié è yeure è peu è grayenaie.

Ïn bé djo voili t’botchie d’Biene que v’nié â covent po aitch’taie des grais motons. Mairtchie feut fait. En d’maindé en ci p’té David d’allaie condure les bétes d‘jeûqu’â Fuet.

- I veux t’bèyie otçhe mon p’té ! dié l’mairtchaind.

Tiaind è feut airrivaie chu piaice, le p’té David d’maindé son trïnguèlt. L’botchie y dié :

- I l’aid-je bèyie â premie vâla, te r’cidré l’tïn tiaind t’sèré aibbé d’Bellelay !
Çi rancvâye de botchie v’lait s’fotre di p’té boirdgie poqu’el aivait vu que I’boueba aivait ïn yivre en lai main. Ci pore peté David feut tot malheyroux de n’pe r’cidre ço qu’était aiyu promâchu, è r’monté djeuqu’è Bèll’lay en baichaint lai téte.
Les moines di covent ainmïnt bïn ci David, è voiyïns bïn qu’cétait ïn tot malïn. L’aibbé y bèyé di temps po aipare, c’ment en l’écôle è Bèll’lay, è Dillingen tchie le salmoues è peu è Poerreintru.

E dev’nié moine è Grandcourt rev’nié è Bèll’lay voué è feut éyu aibbé. El aivait trente ché l’ans. C’était quéqu’ ün d’bïn, qu’môtrait l’exempye tot en aivisaint bïn aivo les aiffaires d’lai tiere.Ça lu que’boté en ôdre lai môjon, tot c’ment l’échprit des moines po lout’ premie traivaiye, lai praiyiere. Ça aich’bïn lu qu’aivisé po botaie des bouenes, conchtrure des neu t’chmïns, ébouenaie entre ces Dgen’vésais è ces Djoulais qu’en aivïnt bïn fâte poqu’è s’tchïntchônïnt aidé. E fâ vos dire gu’cétait ïn tot coïyat è peu qu’el é aiyu di mâ d’les meugaie !

Trente ans s’péssennent dâ l’môment voué ci David s’était fait fotre de lu pai I’botchie d’Biene que r’veniait ainco aidé aitch’taie des bétes è Bèll’lay. Ïn djo què el était v’ni po des bues, l’aibbé d’maindé qu’en l’aimoinesse en son poiye. Le botchie airrivé, ïn pô empeurtaie, dgeinnè, en se d’maindaint bïn ço qu’l’aibbé v’lait.

- Bondjo botchie ! Vos èz ainco enne dat aivo moi, iv’los djeute vos d’maindaie d’lai paiyie.

- I n’vois-pe ço qu’çoli peut étre, Môssieur l’Aibbé. I paiye a idé ço qu’i aitchétte tot content, è n’y é ran qu’feusse demoraie en drie.

- Çâ enne véye hichtoire, â moins trente ans. Oh, ça enne aiffaire entre nos dous. E vos en s’vïnt craibïn qu’ïn djo ïn p’té boueba vos aivait aimouenaie des motons â Fuet. Vos aivïns promâchu d’y bèyie ïn tringuèlt. Tiaind le p’té vos d’maindé ço qu’y r’veniait Vos è réponju : I veut t’paiyie tiaind t’sairé aibbé d’Bèll’lay. Eh bïn, ci boirdgie c’était moi, è peu è vos fât m’bèyie ço qu’vos m’daites tot content.
L’botchie v’nié tot roudge, quasi brun, s’échtiusé, beurtené qu’è v’lait paiyie, main en tiu è peu c’ment ?

- Çâ bin aigie. Vos l’bèyerais a p’té boerdgie d’mitnaint qu’mé rempiaicie.

Heyrous d’sen tirie è che bon compte, è v’lait droit r’pairtir tiaind I’aibbé y dié :

- E vos fât droit maindgie aivo nos !

Di temps d’lai noune l’aibbé r’conté son hichtoire en tot l’monde, çoli beyé enne grosse ruse dains tot l’covent. Ço qu’le botchie aivait épreuvaie d’ménaidgie en n’bèyaint-pe le tringuèlt è l’peurgé poqu’el aivait cent mille hontes de s’étre dïnche mâ condu.

Çâ dâ ci temps-li qu’è Bèll’lay, tiaind en bèye otche és dgens en ont pris l’aivégie de dire Tïns, voili l’tringuèlt de l’aibbé d’Bèll’lay.

8.11.08/DM conte traduit et adapté par Danielle Miserez à partir de Un abbé de Bellelay, 
Légendes jurassiennes d’Arthur Daucourt/ Ed. transjuranes

info document -  Word - 20 ko