Par : Fleury LJ
Publié : 13 mai 2013

Eribert Affolter, RFJ, 12 mai 2013

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 12 mai 2013

Auteur : Eribert Affolter

Thème : Fête des Mères

info document -  MP3 - 3.9 Mo

Aimis di patois bondjoué, Rfj. 12.05.2013

Boènne féte maman, boènne féte grand maman. Eh oh ! Adjeud’heû ç’ât lai féte des méres.

I vorôs tchvâtre ènne tote bélle féte ès totes les fannes. E y é taint d’aimoué li drie.

L’aimoé d’ènne mére ç’ât c’ment l’oure : ç’ât tiaint en an aint pus qu’an le remaitche.

Ç’ât d’aivo ces mots qui vorôs r’bèyie ïn hommaidge è totes les mamans. Lai maman, ç’ât lai raiceine de lai vétçhtiance, lai foueche de lai rotte. Ïn hôtâ sains maman sans c’ment ènne sope sains sâ.

Ç’ât lé que voidge l’hôtâ, que muse è tot, que pése tot son temps ès raivoétie que tchiétun é tot ç’que fât.

D’aivo lai vétçhaince de fô que nôs moinnans adjeud’heû, les afaints aint bïn fâte d’aivoi ènne maman :

-  po condure c’tu ci à football,
-  c’té li en lai dainse,
-  le tchiani en ènne yeson de piano.

Qu’ât-ce qu’ès f’raint ses poûeres afaints sains le tieusain de lai maman ?

Lai neût, tiaint c’tu li fait ïn eur’veniaint (un cauchemar), lai p’téte de lai fievre, tiu ât-ce que voidge â chevet di ye, lai maman bïn chur.

Tiaint le pére ât ès traivaiye, en assembiai, o bïn feû po totes les réjons, ç’ât encoé lai maman que suppotche tot le tieusain de l’hôtâ.

Dâ le bré èt meinme tiaint ès sont feû de l’hôtâ ç’ât lai maman qu’é le tieusains de ces afaints.

Es fât achi musaie ès grand mére, poche que li achi bïn é y é des foûeche que poyant r’virie c’te bole. Ènne grand mére ç’ât atche. C’ât le pus bé des méties. Ès poyant djouir des p’téts l’afaints sains en aivoi le tieusain.

Brâment de dgens musant que c’ât ènne féte po rempiatre lai boéche des dgens que vendant des çhoés obïn di chocolat. Bïn chur, qu’è n’fât’p que çoli devenieuche ènne féte po rempiâtre les boéches des boutitches, mains â moins ci djoué li ès fât que vote tiuere tot entie feuche virie de lai sans de lai maman. Nôs daivans tos les djoués, musaie, entouéraie, gâtaie, s’ottiupaie de note maman, mains adjeud’heu vôs daîtes faire ïn éfoue encoé pus grand.

En tot cas, l’afaint que n’é pu sai maman ç’ât ïn poûere afaint. I ne le tchvâ è niun poche que ran ne peut rempiaicie ènne maman.

Les hannes aint di mâ de dire les tchoses de l’aimoué, chutot ès sai mére èt peus ès sai grand mére mains, po ïn cop lèchites de feu vote aimoué propre èt peus dites é vote maman et è vote grand maman ; i t’ainme.

Èt bïn voili ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon dûemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


Amis du patois bonjour. 12.05.2013

Bonne fête maman, bonne fête grand-maman. Eh Oui ! Aujourd’hui c’est la fête des mères.

Je voudrais souhaiter une belle fête à toutes les femmes. Il y a tant d’amour là-derrière.

L’amour d’une mère c’est comme l’air : c’est lorsque l’on en a plus qu’on le remarque. C’est par ces paroles que je voudrais rendre hommage à toutes les mamans. La maman, c’est la racine de la vie, la force de la famille. Un foyer sans maman c’est comme une soupe sans sel.

C’est elle qui garde la maison, qui pense à tout, qui passe tout son temps à s’assurer que chacun à tout ce qu’il faut.

Avec la vie de fou que nous menons aujourd’hui, les enfants ont grandement besoin d’avoir une maman :

-  pour conduire celui-ci au football
-  celle–ci à la danse
-  le petit à une leçon de piano.

Que feraient ces pauvres enfants sans le souci d’une maman ?

La nuit, lorsque l’un d’entre eux fait un cauchemar, la petite de la fièvre, qui garde, au chevet du lit, la maman bien sûr.

Lorsque le père est au travail, en assemblée, ou bien hors de la maison, pour n’importe quelle raison, c’est encore la maman qui supporte le souci de la maison.

Depuis le berceau jusqu’au moment de quitter la maison, c’est la maman qui a le souci de ses enfants.

Il faut aussi penser aux grands-mamans, car là aussi il y a des forces qui peuvent retourner la terre. Une grand-maman c’est quelque chose. C’est le plus beau des métiers. Elles peuvent profiter des petits-enfants sans en avoir le souci.

Bien des gens pensent que c’est une fête pour remplir la caisse des commerces de fleurs ou de chocolat. Bien sûr, il ne faut pas que cela devienne une fête commerciale, mais au moins ce jour-là il faut que votre cœur tout entier soit tourné vers la maman. Nous devons, tous les jours, penser, entourer, gâter, s’occuper de notre maman, mais aujourd’hui vous devez faire un effort encore plus grand.

En tous cas, l’enfant qui n’a plus sa maman est un pauvre enfant. Je ne le souhaite à personne parce que rien ne peut remplacer une maman.

Les hommes ont de la peine à dire les choses de l’amour, surtout à leur mère et à leur grand-mère mais, pour une fois laissez de côté votre amour propre et dites à votre maman et à votre grand-maman : je t’aime.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui, bon dimanche et bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter