Publié : 23 décembre 2017

C’est bientôt Noël

Ç’ât bïntôt Nâ

Eric Matthey

Ç’ât bïntôt Nâ

Mon Dûe ! Qu’ i ai lai grie des Nâs d’âtrefois … !
Combïn d’ côps ôyans-nôs ces pairôles. Mains qu’ ât-c’ qu’éls aivïnt d’ pus (obïn d’ moins) ces famous Nâs de dains l’ temps po qu’ brâment d’entre nôs en aiyaint aitaint lai grie ? Craibïn… yote sïmpyichitè !

Çoli ècmençait quéqu’s’nainnes dvaint Nâ, tiaind qu’ènne boénne sentou d’ loitch’ries embâmait tote lai mâjon. Bïn chur ! An tieûjait des “milans” des gâves, des pies d’ tchievres des brecêts et des laîb’coûes qu’an randgeait dains des boétes en bianc fie, en aittendaint lai grante lôvrèe.

Décoûeraie l’ saipïn était âchi tote ènne aiffaire : tot dvaint, botaie en piaice les poétches-tchaindèlles, encheûte les tchaindèlles, les bôles, les crains’lés pe, po fini, lai djôli boquatte qu’an soûetchait bïn soingnous’ment d’sai boéte.

Encheûte, bïn des dgens aillïnt â môtie po fétaie Nâ. Laivi aitôt, l’ saipïn, décoûerè poi les confiermaints d’ l’annèe, était drassi è nôs ravoétïns tot émaiyis son enfûaidge. ! Ïn flé d’coton r’loiyait tchétche tchaindèlle é, c’ment des cieultons, les lumieres s’éy’vïnt djunqu’â capiron d’ l’aibre, C’était maîdgique !

Dains l’ temps, tchétche afaint r’cidait ènne véque obïn, quéques annèes pus taid, ïn laib’coûe, ènne oraindge pe ïn p’tét r’tieuy’rat d’aivô d’bélles fôles de Nâ.
V’niait encheûte l’ môment des poémes récitè â long di grant saipïn. Quéqu’ p’téts boûebats étïnt che ébâbis qu’an n’compregnait piep’ïn mot d’yote raiconte !
Bïn des dgens étïnt v’nis è pie, obïn svent d’aivô le tchvâ aippiaiyi en lai yuatte è fmie (sains le fmie, bïn chur) !

En s’eurtiraint tchie yos, dains l’poiye, les afaints trôvïnt dôs l’saipïn nian pe des diejainnes de crômas, mains bïn svent ïn seingne béblat, meinme paifois qu’aivait aippairtni ès poiraints pe qu’an aivait trôvè encoé prou bé po le s’mondre. È n’était p’ raîe qu’des baich’nattes r’cideuchïnt des étch’vâs d’ lainne po qu’èlles poéyeuchïnt s’ tchâss’naie ènne étchairpe. Les pus tchainçous r’cidïnt ènne popenatte, ènne étâle aivô quéqu’ vaitches en bôs, ïn yivre obïn ènne boéte de conchtrucchion.

Lai côtume vlait âchi qu’ les afaints r’cideuchïnt des crômas djudgi utiles é nôs ains encoé tus l’ seuvni des tch’mijes de neût en flanèlle obïn des tiulattes-tchâsses tchâss’nè d’aivô aimoué poi ènne grand-mére aiyûouse d’lai saintè d’ses p’téts l’afaints… mains qu’ léchant âdj’d’heû encoé ïn bïn graittaint seuvni en combïn d’entre nôs !!!
En ci temps-li, nôs r’cidïns des crômas en nôs fétes pe è Nâ. Ç’ât poquoi lai fïn d’ l’annèe était aittendu d’aivô tiutie.

Çoli s’comprend bïn qu’ lai mâdgie d’ Nâ n’aidgécheuche pus d’lai meinme faiçon ch’ les afaints di 21ᵉ siecle qu’sont dyaîtè tot di long d’l’annèe.
Que diraint ces meinmes afaints dains cïnquante ans ? Airaint-és âchi lai grie des Fétes d’âtrefois ?

I vôs tiuâs en tus ïn djoèyou Nâ è pe ènne tote boénne annèe 2010.

Le Pélard pe Les Foulets, djoué d’lai Sïnt-Nicolâs 2009

Tèchte graiy’nè en frainçais poi Janine Bauermeister, trâdut pe airraindgi en patois poi Eric Matthey.