Publié : 2 novembre 2021

Le chêne et le roseau, L’Tchéne èt l’Djonc

Michel Choffat, l’Ugène, RFJ 31 octobre 2021

Radio Fréquence Jura RFJ 31 octobre 2021Retour ligne automatique
Rubrique en patois

Auteur : Michel Choffat, l’Ugène

Thème : Le chêne et le roseau, La Fontaine

L’Tchéne èt l’Djonc

L’Tchéne ïn djoué dié â Djonc :
« Vos èz bïn réjon d’rentiusaie lai naiture ;
Ïn roitlat po vos ât ènne poijainne tchairdge ;
Lai mâlriere ouere, que d’aivéje
Faît reintri lo d’tchu d’l’âve,
Vos foéche è béchie lai téte,
Di temps que mon cevré, tot pitçhe â Caucase,
En pus d’airrâtaie lés rés di s’raye,
Aiffronte l’effoue di grôs temps.
Tot vos sanne poijaint, tot me sanne ladgie.
Encoé ch’vos v’nyïns â monde en l’aissôte de mai feuy’rie
Aivô laiquélle i tieuvre lo véjnaidge,
Vos n’airïns pe taint è seuffie :
I vos défendrôs de l’oueraidge ;
Mains vos v’nites â monde lo pus svent
Tchu lés ennavèes rives dés tieres de l’ouere.
Lai naiture, po vos, me sanne bïn mâdjeute.
• Vôt’ pidie, yi réponjé l’aîbra,
Paît d’ènne boinne seintou ; mains tyities ci tieusain :
L’ouere ât moins terribye po moi qu’po vos.
I pyaiye, èt ne câsse pe. Vos èz djainqu’ci
Conte yôs épaivuraints côps
Tni bon sains coérbaie l’dôs ;
Mains aittendans lai fïn. 
C’ment qu’è diait cés mots,
Di bout d’lai fïn airrive aivô raidge
Lo pus terribye dés afaints
Qu’lai Sen-di-fraid euche poétchè djainqu’li dains sés éçhâs.
L’Aîbre tïnt bon ; l’Djonc pyaiye.
L’ouere eurdoubye sés éffoues,
Èt faît chi bïn qu’è déraicene
Çtu de tiu lai téte â cie était véjènne,
Èt peus qu’aivait lés pies que toutchïnt en l’ïmp’riere dés moues.

LE CHÊNE ET LE ROSEAU

Le Chêne un jour dit au roseau :
Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau ;
 Le moindre vent qui d’aventure
 Fait rider la face de l’eau,
 Vous oblige à baisser la tête,
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d’arrêter les rayons du soleil,
 Brave l’effort de la tempête.
Tout vous est aquilon ; tout me semble zéphir.
Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage
 Dont je couvre le voisinage,
 Vous n’auriez pas tant à souffrir :
 Je vous défendrais de l’orage ;
 Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent. 
La Nature envers vous me semble bien injuste.
 Votre compassion, lui répondit l’arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce souci :
 Les vents me sont moins qu’à vous redoutables. 
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
 Contre leurs coups épouvantables
 Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec furie
 Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût porté jusque-là dans ses flancs.
 L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.
 Le vent redouble ses efforts,
 Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts.