Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pièces de théâtre et sketches > Di temps péssè en nos djoés, de jadis à aujourd’hui
Par : Fleury LJ
Publié : 29 octobre 2009

Di temps péssè en nos djoés, de jadis à aujourd’hui

Texte écrit en français par Martial Laville de Chevenez à l’occasion du 100e anniversaire du Syndicat chevalin d’Ajoie et présenté les 13-14-15 octobre 2006.
Traduction patoise : Christiane Lapaire ( mars 2009 ).

Cet intermède a servi d’introduction à la présentation du projet Réseau patois, Djâsans, aux enseignants, en 2009.

F.Laville, P.Lapaire, Enreg. global 090603
F.Laville, P.Lapaire, Enreg. global 090603 -  MP3 - 12.7 Mo
F.Laville, P.Lapaire, Enreg. global 090603

Enregistrement effectué au Noirmont, le 3 juin 2009. Version globale brute.


Di temps péssè en nos djoés

- Bondjoué grand-pére, c’ment vais ?

- Et bondjoué Patrick, è vait ! Et toi ? T’és dje fini l’écôle ?

- C’ât lo premie djoé èt lo raicodgère nos é léchie paitchi pu vit’.
Dis grand-pére t’és r’çi lai câtche qu’i t’aî envie dâs nos vacances ?

- Bïn chur qu’i l’é r’ci èt i te r’méchie. An dirait qu’è y fait tchâd là-d’vaint ?

- Bïn chur an ont poyu allaie dains l’âve tos lés djoés !
Dis grand-pére, tiaind t’aivôs mon aidge, te y allôs en condgie en l’Ile Maurice ?

- Te peus étre chur qu’an allaie en l’Ile Maurice ! Dains l’temps,an ne paitchait pe, niün ne paitchait di d’vaint l’heûs.

S’te veus saivoi, i me raippeule encoé lo premie côp qu’i aî pris lo train.

- Lo premie côp que te t’és envoulè dains les nûes dains c’t’oûejé d’fie !

- I te le répète, lo premie côp qu’i aî pris lo train. I m’en raippeule c’ment se c’était hie. An d’vait allaie voûere ènne véye tainte è Baichcoét èt mes poirents ne saivïnt se botaie d’aiccoûe. Mon pére velait tot de pai foûeche y allaie ïn dûemoinne pou ne pe piedre de temps èt mai mére ne velait pe di dûemoinne pou n’ pe manquait les Vépres.

- Les quoi ?

- Les Vépres, te ne sais p’ ço que ç’ât ?

- Nian !

- Les Vépres c’était ènne mâsse qu’aivait yûe lo dûemoinne lai vâprèe !

- De quoi ? Vos allïns encoé en lai mâsse lo dûemoinne lai vâprèe ?

- E ô èt peus encoé bïn s’vent en lai prayiere di dûemoinne â soi !

- Eh bïn vos aivïns l’moral !!!!

- An n’aivait p’chûtot lo tchoix ! Tchéz mai tainte nos y sont tot d’ meinme allès ïn dûemoinne. En break dj’ünqu’è Poérreintru, nos aivïns léchie lo break tchéz lo pére Roth, d’vaint que d’allaie en lai gare. Qu’ât-ce qu’i étôs hèyerou, qu’ât- ce qu’i étôs fie de poyait pâre lo train !

- Tot çoli po allaie d’jünqu’è Baichcoét !.......

- Et po toi, c’ment çoli s’pésse en l’écôle ?

- L’écôle, l’écôle ..........Tiaind y vois tot l’traivaiye qu’è y é en l’hôta, çoli me coisse ïn pô.

Mains ç’ât vrai qu’an aipprend piein d’tchôses. C’t’annèe i veus écmencie l’all’moûess èt lo raicodgère nos é dit qu’en lai piaice de lai gym, ïn côp tchu dous nos v’lïnt allaie baignie dains l’âve ou bïn en lai paitinoûere.

- Eh bïn t’en és de lai tchaince !

Moi i veus te dire tot lo sport qu’en f’sait : lo sainmedi lo maitïn és onze ïn côp tchu dous an poétchait lo bôs de l’écôle ou bïn lo bôs de lai tiure, voili lo sport qu’an f’sait !

- Coli veut dire que vos allïns aîjebïn en l’écôle lo sainmedi ?

- Bïn chur qu ’an allait en l’écôle lo sainmedi !

- Aidonc vos ne saivïnt paitchi les fïns de s’nainne ?????

- Paitchi pou allaie laivou ? Te me fais bïn rire, i te l’aî dje dit, les dgens ne paitchïnt pe !

- Pou allaie laivou... pou allaie laivou....... èt bïn mon pére m’é promis que l’hûvie que vïnt nos v’lïnt allaie dous djoés è Wengen voûere les courses di Lauberhorn. An les ravoiéte dje en c’te boiéte è imaidges mains en vrai çoli dait étre brâment pus bé !

- Vos étes tot de meinme diaitès. Pou te dire c’ment çoli é tchaindgie, tiaind qu’i allôs en l’écôle, te sais c’ment an fixait les condgies ?

- Nian !

- Eh bïn dâs qu’èl écmençait è faire bé, ç’ât lai commission d’écôle que demaindait â raicodgère de bèyie condgie és afaints. L’tchâtemps pou les foins, l’herbâ pou les pomattes. Voili c’ment çoli allait !

- Dis grand-pére, en djâsaint des foins , d’vaint les rondes balles, te f’sôs c’ment ?

- C’ment an f’sait les foins dains l’temps ? Ah les foins ! Coli c’était âtçhe ! Coli durait â moins ïn mois. Mon Dûe c’que c’était dû !

An se yeuvaie és quaitre, en bèyait de l’avène és tchvâs, i aipparayôs lai sayouse. Aiprés i emboèrlôs mes tchvâs. I les aippyaiyôs, lai Fauvette è drète l’Aillombratte è gâtche èt peus i paitchôs.

Tot l’monde paitchait è po près en lai meinme houre, èl airait fayu voûere tos ces aippiaiyaidges déchendre lo v’laidge ! An sayaie dj’ünque pai vois les heûtes, aiprés an rentrait, an maindgeait lai sope en lai fairène èt peus an allait étendre les aindâs. Li è y aivait aidé l’Grôs Paul èt peus lo P’tét Pierrat que v’nyïnt aivô.Te n’ l’ és pe cognu l’Gros Paul toi ? Eh bïn nian t’és trop djûene !
Lai vâprèe, an le r’virait encoé ïn côp èt peus vâs lo soi an le raiméssait pou lo botaie en valmons !

- En quoi ? Dés quoi ? il s’amuse avec son MP3

- Des valmons, des moncés, des valmons te n’sais pe c’que ç’ât ?

- Poidé nian !

- Des moncés, des valmons. Poéche que te sairais Patrick que pou que lo foin feuche bon, è fât qu’è feuche botaie en valmons. Èt peus lo djoé d’aiprés an étendait nos valmons èt an le r’virait encoé ïn côp, an le raiméssait èt an le tchairdgeait.

Voili c’ment qu’an foiénait dains l’temps, nos !

- Eh bïn i comprends que vos n’en rentrïnt pe 30 djoénâs pai djoé !

- C’était vraiment dû. È y aivait des moûetches, des taivains.......... Mains c’était dïnche !

Tiaind i les vois adjed’heû, i me dis des côps : « Mon Dûe c’que çoli é tchaindgie »

Situation : le MP3 tombe

- Miedge mon MP3

- Ton quoi ?

- Mon MP3, ç’ât pou écoutaie de lai musique.Te peus lai télétchairdgie tot droit dâs l’ordinateur ! Te peus yi botaie tot c’que t’veus : di Rap, di R&B, di Hard cor, tot c’que t’és envie !

- De totes faiçons, i n’y comprends ran di tot. Internet, des MP i n’sais pe quoi, tiaind qu’i vois tote c’te breuyerie, tiaind qu’i vos oûe djâsaie i ne vos envie pe, èt te peus étre chur qu’i ne voiérôs pe r’aivoi 20 ans !

- Eh bïn s’te veus saivoi, moi non pus i ne vorôs pe r’vivre c’ment dains l’temps pou foénaie en lai main èt peus encoé faire des valmons !

- Te sais, ne crais pe que nos étïns malhèyerous.

- C’ât possibye..........mains i ainme quand meinme meu vivre c’ment mitnaint !
Te vois c’ment lo bôs é tchaindgie, ça c’ment se nos étïns en lai St-Maitchïn !

- Dis grand-père, en djâsaint de lai St-Maitchïn, te f’sos dje lai nace dains les bars ?

- Te peus étre chur ! Dains note temps, premierement an n’aivait pe de sous, doujiem’ment è n’y aivait p’ de bars èt trâjiemement an ne f’sait’pe lai nâce !

Lai St-Maitchïn c’était lai Féte di poûe. En ci temps-li, tot l’monde était paiysain èt tot l’monde tyuait ïn poûe. Lai s’nainne devaint, an les ouyait breûyie dains tot l’velaidge !

Dis voûere, i t’aî dje raicontè d’aivô l’Gros Paul, tiaind qu’èl aivait manquè son poûe en l’aisannaint èt que c’te poûere béte s’était sâvaie d’jainqu’â coiénat ?!

- Mains poidé, te me l’és dje raicontè â moins dieche côps !

- Ah bon ! Coli âchi, çoli é tchaindgie, mains tiaind qu’i y r’muse, dains l’temps lai St-Maichïn, c’était tot d’ meinme ènne bèlle féte !

- C’était c’ment, lai St-Maitchïn dains l’temps grand-pére ?

- Coli mairtçhait lai fïn d’lai bésaigne des tchaimps. An r’mijait ço qu’è y aivait è r’mijie, an nantayait c’qu’è y aivait è nantayie èt peus chutot an tyuait lo poûe. Coli c’était ènne aiffaire !

Tot l’monde béyait ïn côp d’main. Moi tiaind qu’i aivôs ton aidge, i r’muôs l’saing dains les sayats èt peus i me f’sôs gremoiénaie poéche qu’i en temôs tot poitchot.

- Mains dis voûere grand-pére, des côps c’ n’était p’ chi mâ, dains l’temps !

- Mains lo pus bé c’était lo dûemoiènne en médi. An se retrovait en famille pou maindgie lo m’nu de lai St-Maitchïn. Èt peus lo soi tot l’monde allait youcaie dains lés cabarèts, les Roudges allïnt tchéz Paummier èt les Nois tchéz Motta. Èt s’te veus saivoi, ç’ât li qu’i aî youquè l’premie côp aivô tai grand-mére.

- Tiaind te y bèyôs rendez-vous en lai grand-mére, te y enviôs dje des sms ?

- Dains l’temps fréquentaie, c’était bïn pu sérieux que mitnaint èt peus chi aijie que çoli, è fayait t’ni compte de l’aivis des poirents, de lai polititye, sains rébiaie lai dote èt lo pus s’vent an mairiait ènne baichatte di v’laidge, an n’allait p’ tyeuri âtre pait.

- C’ât vrai que c’était bïn compyiquè !

Mains aivaint an djâsait de musique, qu’ât-ce que t’écoutôs toi c’ment musique dains l’temps ?

- Eh bïn an n’aivait p’ grand tchôse ! C’qui m’raipeule, an allait djûere és câtches tchéz l’Diu, èt tiaind qu’an aivait fini, an maindgeait lo p’tét laid èt lo Diu preniait son harmonica èt nos en djuait quéqu’yène.

C’était çoli not’musique ! Mains tot comptant aiprés sont v’nis les premieres boiétes è djâsaie.

- Dis grand-pére po toi, ç’ât quoi qu’é lo pus tchaindgie dâs dains l’temps ?

- E y é tot qu’é tchaindgie, tot !

Mains po moi c’qu’é lo pus tchaindgie ç’ât lai vie dains les familles. Aivaint è y aivait ènne rotte de gosses, et tot l’monde vétiait dains lai meinme mâjon. Les poirents, les grands-poirents, les afaints ... tot l’monde !

Tchie nos, nos étïns doze è tâle tos les djoés !

- Doze po maindgie ?

- Èt ô, doze, poéche que dains tos les ménaidges è y aivait encoé ïn onçhat, ènne tainte que n’étïnt p’ mairiès èt que vétyïnt li. Èt peus ïn vâlat, tchie nos c’était l’Gros Paul, è faisait paitchie des moubyes.

C’qu’é âchi brâment tchaindgie ç’ât lai piaice de lai fanne. Muse voûere : ènne rote de gosses è éyevaie èt peus, pe d’échaippouse, pe de tchaimbre d’âve, pe de foénat électrique. Elles en aivïnt di mâ dains ci temps li !

- Poéche que les fannes n’allïnt pe traivaiyie ?!

- Te crais qu’èlles n’aivïnt pe prou de traivaiye en l’hôta ?

Mai mére tos les tyïnze djoés allait encoé â mairtchi de Poérreintru vendre des ûes, des lédiumes, di pain pou raimoiénnaie quéques sous en l’hôtâ.

Mains c’qu’i n’aî pe encoé compris, vos èz tot po allaie vite : les grantes routes, les dyïmbardes, les ouegés d’fie ... tot ! Et d’aivô çoli vos étes encoé pus preussie que dains l’temps !

- Dis grand-pére, i t’laî dit ; en l’Ile Maurice, an ont maindgie des spécialitès de poûechon, hmmmmmmm c’que c’était bon ! Te l’ainmes toi lo poûechon ?

- Te sais moi, è pai ènne traite quéques côps è Sïnt-Ochanne i n’ en aî djemais brâment maindgie di poûechon.

- C’ât dannaidge, te n’sais pe c’que te loupes !

- Mains t’écmence è m’engrègnie, ç’n’ât pe de mai fâte se vos étes peuris, diaitès, qu’an ne sait pu quoi vos euffie pou vos faire è piaîji.

- C’n’ât pe de mai fâte non pus s’te n’és djemais allè en l’ile Maurice !

- L’île Maurice, l’île Maurice.............

- Dis grand-pére te veus ïn Mars ? I ne les aî pe tus maingdie. E pairât que çoli bèye de lai foûeche. Es diant en c’te boéte è imaidges : 1 coup de barre ? 1 Mars et ça repart !

Mai mére m’aitcheute aijebïn des Snickers mains i ainme moins, è y é des moéchés de neujéyes que demoiérant dains les dents.

- Des moéchés de neûjéyes, des moéchés de neûjéyes entre les dents ! An en aivait nos, dés moéchés de neûjéyes entre les dents !

T’és des yeçons po d’main ?

- Pe brâment, mains aivaint i aî ènne houre de tchvâs !

- Te l’ainme bïn tai djement hein ?

- Ah c’té li ! Te sais qu’i fais dje ïn pô de sât ? Pe bïn hât, mains lo Josy me dit qu’i aipprends bïn soi ! È dit qu’i seus ïn pas-sion-nè !

- Coli me fait brâment piaîji que t’aimeuche les tchvâs. En ton aidge i étôs c’ment toi. Èt peus adjed’heû encoé ...

Mains i me demainde aidé c’que vôs v’laie faire de tos ces tchvâs. Moi i ne vois pe d’aivni li dedains.Les paysains n’en servant pus, l’airmèe quasi pus, è y é bïn chur ïn pô les d’més saings pou faire di sport, mains qu’ât-ce que vos allèz faire des âtres ?

In tchvâ, te peus encoé lo servi pouquoi ?

- Mains grand-pére te t’ trompes, è y é pieins de dgens que faint di tchvâ, an peut faire piens de tchôses aivô ïn tchvâ. De lai monte amazone, de lai traction, de lai randonnaie,
di sât, di gymkhana, de l’hypothérapie, di cirque, di dressaidge, di horseball, les dgendârmes è tchvâs, lai monte western, des aittelaidges, di cinéma, di trecking, di skijoring ...

- Te sais Patrick, y ainme bïn djâsaie d’aivô toi, mains chûtot tiaind qu’an djâse patois !

- Aidonc ci côp te me crais, t’és vu tot c’qu’an peut faire d’aivô lés tchvâs ?

- C’ât vrai qui n’airôs djemais musaie qu’an poyeuche faire aitaint de tchôses d’aivô les tchvâs.

Èt peus tiaind i vois çoli, i me dis qu’è y é encoé piein d’aivni aivô les tchvâs !!!


D’une époque à l’autre, de jadis à aujourd’hui

Situation : un enfant rentre de l’école et rencontre son grand-père qui se balade.

- Salut grand-papa, comment ça va ?

- Eh bien salut, Patrick, ça va ! Et toi ? Tu as déjà fini l’école ?

- C’est le premier jour de la rentrée et le prof nous a lâchés plus vite !

- De quoi ? C’est le premier jour et les profs sont déjà fatigués ?

- Dis grand-papa, tu as reçu notre carte depuis les vacances ?

- Oui, oui je l’ai reçue et je te remercie. On aurait dit qu’il y faisait chaud là-bas.

- Oh oui on a pu se baigner tous les jours !

Dis grand-papa, quand tu avais mon âge, tu y allais toi en vacances à l’île Maurice ?

- Tu peux être sûr qu’on allait à l’île Maurice ! Dans le temps, on ne partait pas, personne ne partait en vacances.

Si tu veux savoir, je me rappelle encore la première fois que j’ai pris le train.

- La première fois que tu as pris l’avion !

- Je t’le répète, la première fois que j’ai pris le train. J’m’en rappelle comme si c’était hier. On devait aller rendre visite à une vieille tante à Bassecourt et mes parents n’arrivaient pas à se mettre d’accord ; mon papa voulait absolument y aller un dimanche pour ne pas perdre de temps et ma maman ne voulait pas du dimanche pour ne pas manquer les Vêpres.

- Les quoi ?

- Les Vêpres, tu ne sais pas ce que c’est ?

- Euh.....non

- Les Vêpres, c’était un office qui avait lieu le dimanche après-midi.

- Parce que vous alliez encore à la messe le dimanche après-midi ?

Et puis bien souvent encore à la prière du dimanche soir !

- Eh ben , vous aviez le moral !

- On n’avait surtout pas l’choix ! Finalement, on y était quand même allé un dimanche.

D’abord jusqu’à Porrentruy avec un break. A Porrentruy on avait laissé le cheval et le break chez le père Roth ; avant d’aller à la gare. Qu’est-ce que j’étais content, qu’est-ce que j’étais fier de pouvoir prendre le train !

- Tout ça pour aller jusqu’à Bassecourt !...

- Et pour toi comment ça se passe à l’école ?

- L’école, l’école ... Quand je vois tout l’boulot qu’il y a à la maison, ça m’embête un peu. Mais c’est vrai qu’on apprend plein de choses. Cette année, j’ veux commencer l’allemand et le prof nous a dit qu’à la place de la gym, 1 fois sur 2 on irait à la piscine ou à la patinoire.

- Eh bien t’en as d’ la chance !

Moi, j’ veux t’dire tout le sport qu’on f’sait : le samedi matin à 11 heures, 1 fois sur 2, on portait le bois de l’école ou le bois de la cure : voilà tout le sport qu’on f’sait !

- Ça veut dire que vous alliez aussi à l’école le samedi ?

- Bien sûr qu’on allait à l’école le samedi !

- Alors vous ne pouviez pas partir en week-end ?!?

- Pour aller où ? Tu me fais bien rire, je te l’ai déjà dit, les gens ne sortaient pas !

- Pour aller où ... Eh bien par exemple mon papa m’a promis l’hiver prochain qu’on irait 2 jours à Wengen, voir les courses du Lauberhorn. Bien sûr on les r’garde déjà à la télé, mais en vrai, ça doit être vachement plus impressionnant !

- Avoue que vous êtes quand même gâtés ! Pour te dire comme ça a changé, quand j’allais à l’école, tu sais comment on fixait les vacances ?

- Ben non !

- Eh bien, dès qu’il commençait à faire beau, c’est la commission d’école qui demandait au régent de donner congé aux gosses. L’été pour les foins, l’automne pour les patates. Voilà comment ça allait !

- Dis grand-papa, en parlant des foins, avant les balles rondes, tu f’sais comment ?

- Comment on f’sait les foins dans l’temps ?!? Ah ! Les foins ! Ça c’était quelque chose ! Ça durait un mois ; presque tout à la main. Oh ! C’était dur !
On se levait à 4 heures, on donnait l’avoine aux chevaux et pendant qu’ils léchaient, je préparais la faucheuse. Après, j’ harnachais mes juments, je les attelais ; la Fauvette à droite, l’ Hirondelle à gauche et puis je partais. Tout le monde partait à peu près en même temps. Il aurait fallu voir tous ces attelages descendre le village !

On fauchait jusqu’à 8 heures, après on rentrait, on mangeait une bonne soupe à la farine et puis on allait étendre les andains. Là il y avait toujours le gros Paul et le p’tit Pierre qui venaient avec. Tu ne l’as pas connu l’gros Paul ? Ah ben non, t’es trop jeune !

L’après-midi on le r’tournait encore une fois et puis vers le soir, on le ramassait pour le mettre en valmons !

- En quoi ? Des quoi ?

- Des valmons, tu ne sais pas ce que c’est ?

- Ben non !

- Des valmons, des tas, des valmons.

Parce que tu sauras Patrick, que pour que le foin soit bon, il faut qu’il ait été mis en valmons.

Et puis le lendemain, on étendait nos valmons, on le retournait encore une fois, on le ramassait et puis on le chargeait.

Voilà comment on faisait les foins, nous !

- Eh bien, je comprends que vous n’en rentriez pas 30 journaux par jour, vous !

- C’était vraiment dur. Il y avait des mouches, des taons... Mais c’était comme ça !

Quand j’les vois aujourd’hui, j’m’le dis des fois : « Mon Dieu ! C’que ça a changé ! »

Situation : le MP3 de l’enfant tombe

- Zut, mon MP3 !

- Ton quoi ?

- Mon MP3, c’est pour écouter de la musique. Tu peux la télécharger directement depuis l’ordinateur ! Tu branches les écouteurs et tu as toute la musique que tu veux : du Rap, du R&B, du Hard, tout ce que tu as envie !

- De toute façon, je n’y comprends rien. Internet, des MP j’sais pas quoi, quand j’ vois toute cette breuillerie, quand je vous entends discuter, je n’vous envie pas et tu peux être sûr que je n’voudrais pas "ravoir" 20 ans !

- Et ben si tu veux savoir, moi non plus je n’voudrais pas r’vivre comme dans l’temps pour tout faire les foins à la main et pis encore faire des valmons !

- Tu sais, ne crois pas que nous étions malheureux.

- C’est possible......mais j’aime quand même mieux vivre comme maintenant !

- Tu vois la forêt comme elle a changé, c’est tout comme si on était à la Saint- Martin !

- Dis, grand-papa, en parlant de la Saint-Martin, tu faisais déjà la noce dans les bars ?

- Tu peux être sûr ! Dans notre temps, premièrement on n’ avait pas de sous, deuxièmement il n’y avait pas de bars et troisièmement on ne faisait pas la noce.

La Saint-Martin, c’était la fête du cochon. En ce temps-là, tout le monde était paysan et tout le monde bouchoyait un cochon. La semaine avant, on les entendait brailler dans tout le village !

Dis, j’t’l’ai déjà raconté avec le gros Paul, quand il avait loupé son coup en l’assommant, et que cette pauvre bête s’était sauvée jusqu’au Coinat ?!

- Tu me l’as déjà raconté au moins 10 fois !

- Ah bon !
Ça aussi ça a changé, mais quand j’y pense, dans le temps, la Saint-Martin c’était quand même une belle fête !

- Et puis c’était comment alors ?

- Ça marquait la fin des travaux. On profitait pour remiser ce qui était encore à remiser, pour ranger, réduire, faire les nettoyages et puis bouchoyer. C’en était une d’affaire !

Tout le monde participait. Moi quand j’avais ton âge, je remuais le sang dans les bidons, et puis j’ me faisais gronder parce que j’en mettais partout !

- Des fois c’était pas si mal dans l’temps !

- Mais le plus important c’était le dimanche à midi. On se retrouvait en famille pour manger le menu de la Saint-Martin. Et puis le soir tout le monde allait danser dans les restaurants. Les Rouges allaient chez Paummier et les Noirs chez Motta. Et si tu veux savoir, c’est là que j’ai dansé pour la première fois avec ta grand-mère.

- Dis grand-papa, quand tu y donnais rendez-vous à la grand-mère, tu y envoyais déjà des SMS ?

- Dans le temps, fréquenter, c’était plus sérieux et plus compliqué que ça, il fallait tenir compte de l’avis des parents, de la politique, sans oublier la dot et en général, on mariait une fille du village, on n’allait pas chercher ailleurs.

- C’est vrai que c’était bien compliqué !
Dis grand-papa, avant on parlait de musique, t’écoutais quoi dans le temps ?

- Eh bien tout au début, on n’avait pas grand-chose !

C’que j’me rappelle, on allait jouer aux cartes chez l’Diu, et quand on avait fini, on mangeait le p’tit lard et là l’Diu sortait son accordéon et il nous en jouait quelques-unes. C’était ça notre musique ! Mais tout de suite après il est venu les premières radios.

- Dis grand-papa, pour toi, c’est quoi c’qui a le plus changé depuis dans le temps ?

- Y a tout qui a changé, vraiment tout !

Mais ce qui a le plus changé, pour moi, c’est la vie dans les familles. Avant il y avait déjà beaucoup plus d’enfants et tout le monde vivait sous le même toit : les parents, les grands-parents, les enfants,....tout le monde ! Chez nous, par exemple, on était toujours 12 à table.

- 12 pour manger ??

- Oui 12, parce que dans tous les ménages il y avait encore un oncle, une tante qui n’étaient pas mariés et qui vivaient là. Et puis un domestique, chez nous c’était l’gros Paul, il faisait partie de la famille.

Ce qui a aussi beaucoup changé, c’est la situation des femmes. Imagine-toi : une bande de gosses à élever et pas de confort. Pas de machine à laver, pas de salle de bains, pas de cuisinière électrique. Elles en avaient du mal en ce temps-là !

- Parce que les femmes n’allaient pas travailler ? !

- Tu crois qu’elles n’avaient pas assez à faire à la maison !?

Ma maman, par exemple, toutes les semaines elle allait encore au marché à Porrentruy vendre des œufs, des légumes, du pain pour ramener 2-3 sous !

Et puis en ce temps-là, les hivers étaient rudes, sans chauffage, sans eau courante au robinet, j’voudrais vous y voir aujourd’hui !

Mais ce que je n’ai encore pas compris ; vous avez tout pour aller vite : les autoroutes, les moyens de transports, les moyens de communication, ...tout ! Et avec tout ça vous êtes encore plus pressés que dans l’temps !

- Dis grand-papa, je t’l’ai dit ; à l’île Maurice on a mangé des spécialités de poissons, c’était super bon ! Tu l’aimes toi l’poisson ?

- Tu sais, moi, à part une truite de temps en temps à Saint-Ursanne, je n’en ai jamais beaucoup mangé des spécialités de poissons.

- C’est bien dommage ! Tu n’sais pas c’que tu loupes !

- Tu commences à m’énerver, c’est pas de ma faute si vous êtes pourris gâtés qu’on ne sait plus quoi vous offrir pour vous faire plaisir !

- C’est pas de ma faute non plus si t’es jamais allé à l’île Maurice !

- A l’île Maurice, à l’île Maurice !

- Dis grand-papa, tu veux un Mars ? Je ne les ai pas tous mangés.
Il paraît que ça donne de l’énergie. D’ailleurs ils le disent à la télé « un coup de barre, Mars et ça repart ! » Ma maman m’achète aussi des Snickers mais j’aime moins ; il y a des morceaux de noisettes qui restent entre les dents.

- Des morceaux de noisettes, des morceaux de noisettes. On en avait nous des morceaux de noisettes entre les dents !

- Tu as des leçons pour demain ?

- Pas beaucoup, mais avant j’vais faire une heure de ch’val.

- Dis, tu l’aimes bien ta jument hein ?

- Ah, celle-là ! Tu sais, je fais déjà un peu de saut, pas bien haut mais le Josy dit que j’apprends vite. Il dit que je suis pas-sion-né !

- Ça me fait vraiment plaisir que tu aimes les ch’vaux ! A ton âge, j’étais comme toi ! Et aujourd’hui encore....

- Mais je suis toujours en train de me d’mander qu’est-ce que vous allez faire de tous ces chevaux. Moi je ne vois pas d’avenir là-dedans. Les paysans n’en utilisent plus, l’armée presque plus non plus, il y a bien sûr les demi-sangs pour faire du sport, mais qu’est-ce que vous allez faire des autres ?

Un cheval tu peux encore le servir pour quoi ?

- Mais grand-papa, tu te trompes, il y a plein de gens qui font du cheval et on peut faire plein de choses avec un cheval. De la monte amazone, de la traction, de la randonnée , du saut, du gymkhana, de l’hypothérapie, du cirque, du dressage, du horseball, la police montée, la monte western, des attelages, du cinéma, du trecking, du skijoring ...

- Tu sais, Patrick, j’aime bien causer avec toi, mais surtout quand on parle patois !

- Alors t’es convaincu cette fois, tu crois toujours que le cheval n’a pas d’avenir ?

- C’est vrai que je n’aurais jamais imaginé qu’on pouvait faire autant de choses avec les chevaux ! Et quand je vois ça, je me dis qu’il y a encore plein d’avenir avec les chevaux !


Texte écrit en français par Martial Laville de Chevenez à l’occasion du 100e anniversaire du Syndicat chevalin d’Ajoie et présenté les 13 – 14 – 15 octobre 2006

Traduction patoise : Christiane Lapaire ( mars 2009 )