Publié : 2 octobre 2015

Un souriceau chez les éléphants

Ïn raitèt tchie lés éléphants

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 2 octobre 2015

Ïn raitèt tchie lés éléphants

Ïn djûene raitèt airait vlu étre éléphant.

Tchétçhyun yi conséyait de se môtraie pus saidge

Èt peus d’creuj’naie son p’tchu sains musaie d’lai soûetche.

Mains èl était boquè, note petèt raitèt
.
« I veus, qu’è diaît aidé, étre éléphant o ran. »

Aiprés bïn dés éffoûes èt peus bïn di commèrce,

En lai fïn not’ gregyou é r’ci son paipie.

È s’boté tot comptant è tçheri ènne piaice.

Le cirque était tot piein. Le zoo n’était p’d’aiccoûe.

« Ïn éléphant pionè ? Gnan mains, quél aiccortchou !

Ch’vantsèz môtraie vot’ piona è nôs en tchât laivou !

Tos les djoués, ci raitèt révijait les ainonches,

Aippelaît, écrivaît, sains djemaîs de réponche.

C’était sains échpéraince.

Po fini, ci raitèt retoéne dôs lai tiere

Èt tçheure tchie lés sïns ènne bésaingne po quéqu’ temps.

An ne veut pus de lu ne de son dotoérat.

« Allèz vôs faire voûere ïn pô pairmé lés raits ! »

È n’yi demoère pus qu’è gregyie ses pionas.

Èt peus, po péssaie l’temps, d’vaidyaie dains lés étoules.

Cment éléphant, è n’était ran,

Èt peus pus niun tchie lés sïns.

Notes

pionè, diplômé ; piona, diplôme

aiccortchou, tenace, qui s’accroche


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.5 Mo

Un souriceau chez les éléphants

Un jeune souriceau rêvait d’être éléphant.

Chacun lui conseillait de se montrer plus sage

Et de creuser son trou sans rêver davantage.

Mais il était têtu, notre lilliputien.

« Je veux, répétait-il, être éléphant ou rien. »

Après bien des efforts et bien des aléas,

Notre petit rongeur eut son certificat.

Il se mit aussitôt à chercher une place.

Le cirque était complet. Le zoo fit la grimace.

« Éléphant diplômé ? Non mais, quel flibustier !

Filez montrer ailleurs votre diplôme ! »

Chaque jour, Souriceau épluchait les annonces,

Appelait, écrivait, sans jamais de réponse.

C’était désespérant.

A la fin, Souriceau s’en retourne sous terre

Et cherche chez les siens un boulot temporaire.

On ne veut plus de lui ni de son doctorat.

« Allez vous faire voir un peu parmi les rats ! »

Il ne lui reste plus qu’à ronger ses diplômes

Et, pour tuer le temps, d’errer parmi les chaumes.

Comme éléphant, il n’était rien,

Et plus personne chez les siens.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">