Par : Fleury LJ
Publié : 1er mars 2011

Eribert Affolter, RFJ, 27 février 2011

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 27 février 2011

Auteur : Eribert Affolter

Eribert Affolter, RFJ, 110227 -  MP3 - 4 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 110227

Le chien de mon voisin et le chaton abandonné


27 d’feuvrie 2011

Aimis di patois bondjoué,

È fât qu’i vôs raiconteuche c’t’hichtoire. Che i ne l’aivait’p vu i ne l’airôs’p djemais craiyu.

Mon véjïn é ïn tchïn (mon voisin a un chien). Dje qu’li ran de bïn étraindge. Oh ! Nian’p ïn tchïn qu’é des paipis èt que pésse dains les concoués. Ïn tchïn que n’vait’p tchie le bairbie (coiffeur) èt que n’frè’p de mâ en ènne mouêtche. C’n’ât’p non pu c’te béte que veut faire paivou aux varans.
Ç’ât de si tchïn li qu’i veut vôs djâsaie.

In djoué mon véjïn trove ïn p’tét tchait d’dôs sai dolaige. È v’niait de tchoire â monde. Èl aivaît dous trâs djoués. È grulaie, èl était çhaile c’ment ènne chême d’ènne tchaindelle (comme la flamme d’une chandelle). Sai fanne, qu’é le tiure tchu lai main, ne poyait’p léchie c’te poûere béte sains ran faire. Èl le prend dains ses brais èt vait le r’miije dains le tchairi, laivoù le tchïn pésse ses neûts.
Èl épreuve de lu bèyie è boère. Dains ènne étçhéyatte, èl bote di laicé, èt fait tot po que ci tchait i boteuche le moère. È n’y é ran è faire. Èl vait tchrie l’tasserat (le biberon) de ces dries l’afaints d’aivô ïn tcheulou. Ci tchait ne veut’p tcheulaie. Aipré aivoi épreuvè tot c’qu’an peut faire è déchidant de l’léchie, â long di tchïn, dains ïn p’nie. Ès musant bïn que le djoué qu’vïnt èl airè clapsè. Lé ne peut’p dremi. Lu ç’n’ât’p çoli que veut y pâre le sanne.

L’maitïn qu’vïnt, èl aivaît dje lai pâle en lai main po allaie creûyie ïn peurtus â fond di tieurti, èl airrive dains le tchairi èt : « vôs n’v’lait’p me craire » ci p’tét tchait tcheulaie ci tchïn. Èt oh ! Dains la neût ci tchïn c’était botaie è bèyie di laicé. Dadon i é compris c’que v’lait dire : « pu i cognâs les dgens pu i ainme mon tchïn ».

Que yeson de tchairitè. C’ât des scêines dinche qu’an dairèz motraie dains c’te boite è imaidge. Nian ! An n’voit que des afaints que clapsant de faim. Dous m’nutes aiprés des dgens que ne saint c’ment faire po piedre de lai graiche. C’ât ènne voirgoingne (une honte). Les dgens v’niant fo ! Les imaidges qu’ès nôs motrant ne sont pu que des sceînes de dgens d’aivô des fie fue (fusils) obïn des coutés. È craire que nôs sons tchu c’te tiere po maindgie l’âtre o bïn l’écâçhaie.

Craibïn qu’i sondge (je rêve) mains i vorôs que c’t’hichtoire bèye é dgens le sné de voyait édie son véjïn. Faire c’ment ci tchïn : paitaidgie le pain que le Bon Due nôs bèye. Chûtot que nôs an ains lai tchaince d’en aivoi è r’bousse meuté (à satiété).

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


27 février 2011
Amis du patois bonjour,

Il faut que je vous raconte celle-ci. Si je ne l’avais vu, je ne l’aurais jamais cru !

Mon voisin a un chien. Jusque là rien de particulier. Oh ! Ce n’est pas un chien de race qui passe dans les concours. Un chien qui ne va pas chez le coiffeur et qui ne ferait pas de mal à une mouche. Ce n’est pas non plus cette bête qui ferait peur aux voleurs. C’est de ce chien là que je veux vous parler.

Un jour, mon voisin trouve un petit chat, sous sa barrière. Il venait de naître. Il avait deux ou trois jours. Il tremblait, il était faible comme la flamme d’une bougie. La femme de mon voisin, qui a le cœur sur la main, ne pouvait laisser cette pauvre bête sans rien faire. Elle le prend dans ses bras et va le mettre dans la remise, là où le chien passe ses nuits.

Elle essaie de lui donner à boire. Dans une écuelle, elle vide du lait, et fait tout pour que ce chat y trempe le museau. Il n’y a rien à faire. Elle va chercher le biberon de ses derniers enfants avec une tétine. Ce chat ne veut pas téter. Après avoir essayé tout ce qu’il est possible de faire, ils décident de le laisser, à côté du chien, dans un panier. Ils pensent bien que le lendemain il aura crevé. Elle ne peut dormir. Lui ce n’est pas cela qui va lui troubler le sommeil.

Le lendemain matin, il avait déjà la pelle à la main pour aller creuser un trou au fond du jardin, lorsqu’il arrive dans la remise et : « vous n’allez pas me croire », ce petit chat tétait le chien. Et oui ! Dans la nuit, ce chien avait donné du lait. Alors j’ai compris ce que voulait dire : « plus je connais les gens, plus j’aime mon chien ».

Quelle leçon de charité ! C’est de telles scènes qu’ils devraient montrer à la télévision. Non ! On ne voit que des enfants qui meurent de faim. Deux, trois minutes après, des personnes qui ne savent pas comment faire pour perdre du poids. C’est une honte ! Les gens deviennent fous ! Les images qu’on nous montre ne sont plus que des scènes de gens portant des fusils ou des couteaux. A croire que nous sommes sur cette terre pour manger l’autre ou l’écraser.

Peut-être que je rêve mais je voudrais que cette histoire donne aux gens le bon sens de vouloir aider son prochain. Faire comme ce chien : partager le pain que le Bon Dieu nous donne. Surtout lorsque nous avons la chance d’en avoir à satiété.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter