Par : Fleury LJ
Publié : 24 juin 2013

Eribert Affolter, RFJ, 23 juin 2013

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 23 juin 2013

Auteur : Eribert Affolter

Thème : les vacances d’été

info document -  MP3 - 4.8 Mo

Rfj 23 d’juin 2013

Aimis di patois bondjoué,

Ouf ! Nôs sons â tchâtemps.

Ç’ât l’ècmencement des condgies (des vacances). Brâment d’oeuvrie v’lan allaie voûere âtre-paid, c’ment les djens vétçhant, c’qu’è maindgeant, c’ment sont yos haîyons. Vôs peutes bïnsoîe allaie djeuqu’è bout de c’te bolle. Vôs peutes quasi allaie tchu lai yune. Mains i veus vôs bèyie ènne aivisaîye : ne fait peus des tchudes (des extravagances). Faites s’lon vôs moiyïns et s’lon vos foûeches. C’tu que veut mairtchie è n’é’p fât de péssaie outre ïn continent, c’tu que veut qrimpait tchu ïn crâtat è n’é’p fât d’allaie montaie tchu l’Evrest, c’tu que veut nadgie, è n’e’p fât de traivoichie lai Méditerrannée, c’tu que veut faire di vélo ne dait’p allaie faire le toué de lai Fraince. Faites tot pien d’aiprés vôs envies.

Bïn chur, ce ç’ât po épataie lai galerie tiant vôs rentrèz en l’hôtâ, vôs prentes des hésaids (des risques) que v’lant vôs cotaie tchie. Poche que d’vaint d’allaie en lai vâguéye (à l’aventure) è fât vôs demaindaie che vôs allaie suppoétchaie le temps, lai neûrture, les djens.

È fât achi vôs demaindaie c’ment è fât rentraie en l’hôtâ tiaint lai mailaidie vôs tchoit tchu, tiaint è y airrive des èrtieulons dains vôte rotte, tiaint, paid n’impoétche qué raisons, vôs daites rentrès en lai mâjon.

I vôs dit tot çoli ç’n’ât’p po vôs faire paivou ç’ât po que vôs euchïns brâment de piaîji, vôs saites les tieusains tiaint vôs n’éte peux en l’hôtâ ès pregnant des grosses grantous.

Vôs peutes péssè des condgies hèyerous en l’hôtâ. Allaie voûere note p’tét care de tiere c’ment èl ât bé. Nos ains de lai tchaince de vétchie dains le pus bés paiys que le Bon Dûe é fait, ès fât dadon en profitè.

Ènne djouénèe è Fraintches-Montaignes, ènne vaprè chu les bord di Doubs, ïn djoué en Aidjoue po allaie voûere les boènnes que fromant lai frontiere, raivoitie les vitrâs de nôs môties, baccalaie â long de nôs r’vieres, lai Birse, lai Sorne, lai Scheulte, le Tabeillon, i n’veus’p totes les citaie mais tiaint vôs airèz mairtchie à long de totes ces r’vieres po voûere le tchairme de ces payisaidges, vôs condgies s’raint péssès. Vôs voirèz c’ment ç’ât bé. Èt peus è y é les piaîjis de lai tâle. Ènne boénne traite ès Sïnt Ouchanne, ènne friture ès Corno, di tchaimbon è Fraintches, ïn bon varre de vïn, ènne p’téte damé. Qu’ât-ce que vôs v’lez de pus.

Po être hèyerou, an n’ét’p fât d’étre reuti c’ment di pain trâs tieut. De cheute, ç’ât mâ sain po lai pâ.

Voili, dains tos les cas i vôs tchvâ ïn bon tchatemps, de bons condgies èt i me rédjoui de vôs r’trovaie, r’posaie èt en forme l’herba que vïnt.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


23 juin 2013

Ami du Patois bonjour,

Ouf ! Nous sommes en été.

C’est le commencement des vacances. Bien des ouvriers veulent aller voir ailleurs comment les gens vivent, ce qu’ils mangent, comment ils sont vêtus. Vous pouvez facilement aller faire le tour du monde. Vous pouvez presque aller sur la lune. Mais je veux vous donner un conseil : ne faites pas des extravagances. Faites selon vos moyens et selon vos forces. Celui qui veut marcher n’a pas besoin de traverser un continent, celui qui veut traverser une colline n’a pas besoin de monter sur l’Everest, celui qui veut nager n’a pas besoin de traverser la Méditerranée, celui qui veut faire du vélo ne doit pas faire le tour de France. Faites tout doucement d’après vos envies.

Bien sûr, si c’est pour épater la galerie lorsque vous rentrez à la maison, vous prenez des risques qui pourraient vous coûter cher. Avant d’aller à l’aventure demandez-vous si vous supporterez le climat, la nourriture, les gens.

Il faut vous demander aussi comment rentrer à la maison lorsque la maladie vous tombe dessus, lorsque qu’il arrive un accident dans votre famille, ou, pour n’importe quelle raison vous devriez rentrer à la maison.

Je ne vous dis pas cela pour vous faire peur, mais pour que vous preniez du plaisir, les soucis, lorsque vous n’êtes pas à la maison prennent des proportions immenses.

Vous pouvez passer des vacances heureuses à la maison. Allez voir notre coin de pays comme il est beau. Nous avons de la chance de vivre dans le plus beau pays que le Bon Dieu ait fait, il faut en profiter.

Une journée aux Franches-Montagnes, un après-midi sur le Doubs, un jour en Ajoie pour aller voir les bornes qui délimitent la frontière, admirer les vitraux des églises, se promener le long de nos rivières, La Birse, la Sorne, la Scheulte, le Tabeillon, je ne veux pas toutes les citer mais lorsque vous aurez marché le long de toutes ces rivières pour voir le charme de tous ces paysages, vos vacances seront terminées. Vous verrez comme c’est beau. Et puis il y a les plaisirs de la table. Une bonne truite à St-Ursanne, une friture à Cornol, le jambon aux Franches, un bon verre de vin, une petite damassine. Que voulez-vous de mieux.

Pour être heureux, nous n’avons pas besoin d’être bronzé comme du pain trop cuit. D’ailleurs, c’est mauvais pour la peau.

Voilà, dans tous les cas je vous souhaite un bon été, de belles vacances et je me réjouis de vous retrouver, reposés et en forme, l’automne prochain.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter