Par : Fleury LJ
Publié : 11 mai 2012

Ènne mainierèe baîchatte

Le bé djâsaidge

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 11.05.2012 www.lqj.ch

Ces chires aivïnt botè yote féye â covent po l’inchtrure, l’aiyeutchie èt peus y aipâre les belles mainieres. Èlle était rvenie en l’hôtâ po Pent’côte. C’était ènne tote bèlle baîchatte, vôs peutes me craire. Les poirants en étïnt fies. Les boûebes yi ritïnt aiprés. Èlle vlaît trovaie ïn fiaincie bïn soîe. È soénnaît les ailumairias d’médi. Les envèllies s’botïnt en lai tâle.

Lai baîchatte qu’n’aivaît ran faît po chcoéri s’appreutche :

- Où me mets-je, Maman ?

Lai mére qu’aivaît trimè tot l’maitïn â foèna, yi faît :

- Mets-je-te li èt peus n’emmerde pe.

Des riches avaient mis leur fille au pensionnat pour qu’elle y reçoive une bonne éducation. La voilà revenue au foyer pour Pentecôte. La table est mise. La fille, qui n’a rien fait de la matinée, s’approche et dit à sa mère d’un ton affecté : « Où me mets-je, Maman ? » La réponse maternelle est sans équivoque.

info document -  MP3 - 1 Mo

info document -  PDF - 159 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">