Publié : 22 novembre 2018

Faire machine arrière

Endrieraie

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo novembre 2018

Endrieraie

« L’monde se neurrât d’ïn pô d’vartè pe d’brâment d’mente » Voili ç’que dié ci Romain Rolland qu’ vétçhé de1866 è1944, pe que r’cié l’ Prie Nobel de lattrure en 1915. Tiaind qu’i vois ïn pô c’ment qu’vait nôte monde, i crais qu’an peut dire qu’è n’y é p’ brâment d’tchô-jes qu’aint tchaindgie. I n’veus p’vôs dire ne laivoù qu’vôs trov’rèz lai vartè, ne les noms
d’ces qu’se tchairdgeant d’ évèrraie les mentes… ! Ç’ qu’i ain’mrôs vôs dire, ç’ ât qu’an
n’ont p’fâte de dire ènne mente po menti… ! Coitchie lai varté, ç’ ât menti. Ç’ ât ç’ que faint brâment d’pairents po n’pe trop aiffyidgie yôs afaints, po les aivritaie, c’ment qu’ès diant. An peut compâre bïn soîe ç’te faiçon d’faire, mains è fât étre prât è aiffrontaie ç’que s’veut péssaie tiaind qu’l’afaint aipparé lai vartè ! Poch’que çoli veut v’ni è côp chur… Mains âchi, nôte sochietè sait dichtiyaie l’ïnframâchion, lai bèyie pô è pô, pe d ïncompyiète faiçon. Dïnche, èlle piaît, èlle cheût l’couaint, èlle ne déraindge pe ! Dâli, en nôs, en vôs d’saivoi rétuâbyi lai vartè. Bïn des côps, i crais qu’nôs dairïns saivoi endrieraie, faire maichine airrie, eur’nonchie. Vôs saîtes qu’è y’ é taivu des pailaibres âtoué di « glyphosate », ci pèchtechide, po déchidaie de n’s’en pus siedre. I me d’mainde bïn poi qué l’âtre poûerie qu’an l’veut rempiaîchie. Poch’que vôs saîtes ç’ ât ènne djutouje aiffaire. È pe tiu ât-ç’ que veut nôs aip-pâre tos les ailcans d’lai tchôje ? Mains, è y’ n’é âchi que v’lant échcamyaie lai vartè.
I aivôs ïn bâ-frére que s’était étuâbyi, en taint qu’taboéyon, dains l’sud d’lai Fraince. Ïn bé djoué, è s’en v’nié tot fie tchie mes bés-pairents po nôs aippâre qu’è v’lait baîti ènne mâjon en ïn yûe tot prés d’lai r’viere. Tot comptant, mai bèlle-mére qu’aivait ensoingnie dains ci v’laidge, yi dié qu’è n’dairait p’ mâjnaie en ci yûe poch’qu’ èlle aivait vu lai r’viere ennâvaie pus d’ïn côp ci coénat. Ran n’y f’sé ! Les traivaiyes èc’mençainnent. Ènne annèe pus taîd, lai mâjon était è poinne chus pie, qu’le nivé d’l’ âve d’lai rviere s’éy’vé, che bïn qu’lai nan-vèlle mâjon était dains l’âve. Mon bâ-frére n’aivait p’ v’lu endrieraie, èl en était mit’naint è vétçhie dains ç’te mâjon daivô sai faimille, crainjaint, neût è djoué, qu’lai r’viere ne rdjoffeu-che. C’ment qu’vôs l’peutes ïnmaîdgïnaie, çoli s’ât péssè bïn des côps daivô tot ç’que s’en cheût : l’piaîji di pompaidge de l’âve, ç’tu di nenttayaidge, pe tus les âtres piaîjis …

J-M. Moine

Faire machine arrière

« Le monde se nourrit d’un peu de vérité et de beaucoup de mensonge » voilà ce que dit Romain Rolland qui vécut de 1866 à 1944, et qui reçut le prix Nobel de littérature en 1915.
Quand je vois un peu comment va notre monde, je crois qu’on peut dire qu’il n’y a pas beaucoup de choses qui ont changé. Je ne vous direz ni où vous trouverez la vérité, ni les noms de ceux qui se chargent d’éventer les mensonges… ! Ce que j’aimerais vous dire, c’est qu’on n’a pas besoin de dire un mensonge pour mentir… ! Cacher la vérité, c’est mentir. C’est ce que font beaucoup de parents pour ne pas trop affliger leurs enfants, pour les protéger comme ils disent. On peut comprendre bien facilement cette façon de faire, mais il faut être prêt à affronter ce qui se passera quand l’enfant apprendra la vérité ! Parce que cela viendra à coup sûr… Mais aussi notre société sait distiller l’information, la donner peu à peu, et de façon incomplète. Ainsi, elle plaît, elle suit le courant, elle ne dérange pas ! Alors, à nous, à vous de savoir rétablir la vérité. Bien des fois, je crois que nous devrions savoir faire machine arrière, renoncer. Vous savez qu’il y a eu des palabres autour du « glyphosate », ce pesticide, pour décider de ne plus s’en servir. Je me demande par quelle saloperie on va le remplacer. Parce que, vous savez, c’est une affaire juteuse. Et qui nous apprendra toutes les arcanes de la chose ? Cependant, il y en a aussi qui vont défier la vérité. J’avais un beau-frère qui s’était établi en tant que notaire de village dans le sud de la France. Un beau jour, il s’en vint tout fier chez mes beaux-parents pour nous apprendre qu’il allait bâtir une maison dans un endroit tout près de la rivière. Immédiatement, ma belle-mère qui avait enseigné dans ce village, lui dit qu’il ne devrait pas bâtir une maison à cet endroit parce qu’elle avait vu la rivière inonder plus d’une fois ce quartier. Rien n’y fit ! Les travaux commencèrent. Une année plus tard, la maison était à peine sur pied, le niveau de l’eau de la rivière s’éleva, si bien que la nouvelle maison était dans l’eau. Mon beau-frère n’avait pas voulu renoncer, il en était maintenant à vivre dans cette maison avec sa famille, craignant nuit et jour que la rivière ne déborde. Ainsi que vous pouvez l’imaginer, cela s’est passé bien des fois avec tout ce qui s’en suit : le plaisir du pompage de l’eau, celui du nettoyage, et tous les autres plaisirs …

J-M. Moine