Par : Fleury LJ
Publié : 26 février 2014

Ènne boènne piaice

Bernard Chapuis

L’auteur raconte :

info document -  MP3 - 1.3 Mo

— -

Ci BATICHE, le boûebe de c’te Djeânne-Mairie, c’n’ât p’ïn tot malïn. Crais bïn qu’en nûef annèes d’écôle, les régents n’aint p’poyu y aip- pâre è yére.

È f’sait vâlat tchie l’un tchie l’âtre, è bèyait ïn côp d’main po lai moûechon, po sayie. L’huvie, èl allait â bôs d’aivô les copous.

È était des djoès enties qu’è ne f’sait ran di tot. Lai Djeânne- Mairie, çoli yi f’sait grand dépée de voûere ci Batiche d’aivô les côtes en long.

« C’ment qu’è s’veut chiquaie, ci grôs peûri, tiaind qu’i ne sraî pus ? » que diait c’te poûere dgen.

Elle vendait ses ûes â préfet Choquard.

Ïn djoué qu’èlle était tote revirie, taint qu’èlle s’en f’sait, lai fanne di préfet yi dit :

« N’vôs en faites pe po vot’ boûebe. I veux en djâsaie en mon hanne. » Feut dit, feut fait. Le préfet l’è fait rentraie â tchété. È aivait fâte d’ïn écouvou. Vôs airïns daivu l’voûere, c’qu’èl était fie, ci Batiche,
d’aivô son écouve de raims èt peu son d’vaintrie. È diait :

« Ès m’aint bèyie ènne piaice de confiaince. I écouve lai coué. »

Bernard Chapuix