Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Messes des patoisants et prières > Sermon de l’Abbé Oeuvray, Mâsse aivo lés patoisaints d’Aidjoûe é di çhiôs di (...)
Publié : 23 novembre 2016

Sermon de l’Abbé Oeuvray, Mâsse aivo lés patoisaints d’Aidjoûe é di çhiôs di Doubs, 16 d’octôbre 2016 Poérraintru

Mâsse aivo lés patoisaints d’Aidjoûe é di çhiôs di Doubs – 16 d’octôbre 2016 Poérraintru

Més boènnes dgens, vos l’ait bïn oûyï : « È fât aidé prayïe sain djemais n’se décoraidgie ! » nos dit Djésus. Ç’ât bïn aigie d’dire. C’ment s’en aivaie aidé ç’qu’en d’mainde. I y’oûe bïn lés prayïres dés malètes que ne voiréchant-pe, de to cés poûres dgens que vïnt è Lourdes qu’échpérant r’venis voiris é que r’veniant aitaint échtropiaies qu’aivaint. I yoûe âchi lés demaindes de cés djûnes é moins djûnes malètes d’ïn cancer é quairrivant en fïn d’vie.

Devaint tot çoli, cment ne pe léchie tchoère lés brès tiaint que l’Bon Dûe n’dit ran, se caje ? È sanne demoéraie souèdge en nos prayïres, en nos breûyaits.
Ç’ât-d-je ènne véye hichtoère que ç’té de Dûe que n’dit ran, que sanne se cajïe. Tot d’y temps di véye Techtament, lés crèyaints sont tot ébabis d’çoli. Lés prayïeres et lés psaumes le diant : « Djunqu’è tiaind, Segneû, nos veu-tu rébyaie ? Djunqu’en lai fïn ? Te n’oûe-pe lés breûyaits de tés âfaints que te prayant ? » (Ps 12)

Po echpliquait ci Dûe que se caje, lai Bibye é trovaie le thème di « Djouè di Segneû ». ç’tu que praye dait demouéraie piain é voidgeait coraidge. Dûe veu faire âtçhe. E veu mainme régnïe tchu lés nations di monde entïe. Dâli, le
« Djouè di Segneû » s’ré âchi le « Djouè di djudjement » po tus.

E s’fât faire piain é eûvri lés dous eûyes ! Peu cment ci poûere hanne, dev’ni ïn pètelou. È frit en ènne poûetche de bélle mâjon é èl épreûve de pidayïe lai métrâsse de mâjon po qu’él yï bèyeûche âtçhe. Mai boènne daime, i è predju ïn eûye ! Oh mon braîve hanne, qu’èl yï réponjé, i vos faie d’sèrdgeint qu’è n’ât-pe ci !

Bïn dés côs, è n’ât-pe èjie d’prayïe tot d’pai nos. Ç’ât bïn poquoi not prayïere é bïn fâte dés âtres. Dain lai premïere yéjure, nos aint bïn oûyïs l’hichtoère de ci Moïse que prayaie chu lai montaigne lés brès yevais ât cïe. È praye po qu’son peupye dyègneuche tchu cés l’aittaiquïnt. È praye é è sôle. Dâli, dous hannes veniant po yï sôteni lés brès. Dïnche, nos voyant bïn que mainme lés grans prophétes aint fâte d’ïn sôtïn dain yôt prayïre. Çoli nos peu raichurie.

È fat aidé édïe lés âtres. Ïn pô cment cés dous fannes d’ïn aidge aivaincie que veniant en lai caisse di cinéma é qu’échpérant ènne béche di prix é que dmaindant : vos faites âtçhe po lés véyes dgens ? Oh bïn chûr Daimes : tiaint qu’le film ât fini, nos lés révoiyant !

Lai prayïre ât ïmpoétchainne chutot tiain qu’en on de poidgeainnes tchairdges è poétchaie. Prayïe po lés âtres é aivo lés âtres, ç’ât ènne tchaince que nos aint. Dïnche, nos voidgeant echpouèr é côraidge cment ci Moïse é lai vave que Djésus nos bèye en eximpye. Nos saint qu’le Bon Dûe lés é oûyis. Dâli, bïn qu’le Bon Dûe n’é-pe lai mainme comprenioure di temps que nos, oûegeant crère que nos moiyoues envies seraint exauçaies en Dûe.

Main, ç’te r’commaindachion d’aidé prayïe lés ûns po lés âtres se finât tchu ènne pairôle dés pu soûtche dés évangiles : « Le Bouebe de l’Hanne, tiain qu’é r’verré, ât-ce qu’è veu encoè trôvaie lai craiyïnce tchu lai tïere ? »

Brâment, aivos tot l’mâ qu’è y é tchu lai tïere sont predjus. È n’s’y r’trovant-pe ! In po cment ci p’té Diu-Diu qu’étôt predju é que pûeraie. Ènne daime se râte vâ lu é yi dmainde : Qu’ât-ce que t’é mon p’té ? I seu predju daime. Cment ât-ce que te t’aippeule ? I n’le sait pu daime ! É tai mére ? I n’saie-pe, daime. I l’aippeule aidé « manman » È peu ton pére ? I n’sait-pe daime. I l’aippeule aidé « papa » ! É bïn dâli tiaint qu’tai manman aippeule ton papa, cment ât-ce qu’èl l’appeule ? O bïn daime, dés côs èl yi dit : beujon ou bïn gros faignaint ! Ci poûre âfaint étôt bïn predju !
Dain not socïetaie qu’ât bïn moins virie va l’Bon Dûe qu’dain l’temps, nos aint lai mission d’étre de cés qu’prayant aidé po l’bïn de tos lés hannes. Ç’te mission, en ci dûemoènne de lai mission, nos n’lai poyéant-pe faire tot d’pai nos. Main, aivo lés âtres, é not vétiaince en s’ré to tchaindgie. Dire que lai crèyaince se motre poi lai prayïere çoli veu dire que lai crèyaince demainde que nos feuchïnt capabyes de pare di temps. É nos saint bïn qu’ci temps é ènne grante valou adjd’heû, èch bïn po nos, qu’po not famille é dain lés socïetaies dain léquéles nos sont.

In djouè veu v’ni, é ç’ât bïntôt, nos n’s’rïnt pu li âchi svent qu’adjd’heû. Ç’ât cment lai pairole de Dûe : ç’n’ât-pe aijie è oûeyi ! É poétchaint, è l’fât dire. È i é dés rotes de dgens que d’moéreraint vétiaintes poéchqu’è airaint aippris è trèvaiyïe ensoaine, è s’baittre po voidgaie ènne vétiaince ât vlaidge, en lai bairoitche. Èl airaint r’teni cés pairoles di tchaintou Patrick Bruel que diant :

« Te varé tot ç’qu’en peu faire tiaiant qu’en ât dou ! »

È peu, è i ait dés vlaidges que vlant meuris è p’tés fûes. Ce sont lés vlèdges, cment poi hésaidge, que n’aivïnt-pe saivu voadgeaie yote pochte, yote maigaisïn, yote fanfare, yote vétiaince de socïetaies. Ç’ât tos lés vlaidges que n’airaint-pe aivu lai patience de lai p’tète vave de l’évangile de ci djouè. Ç’te patience que l’é faie tni bon tiaint tot yi motraie qu’è n’y aivaie ran è échpéraie. Lé âchi, èl airait poéyu dire : « Oh vos saite, i yè-d-je taint faie, è n’m’en fat-pe demaindaie
d’pu. » ç’èl aivaie dïnche faie, èl n’airait ran obteni.

Que tiétiûn f’seuche cment le dit lai tchainson de ci Patrick Bruel : « Raivouéte, raivouéte ïn po... » Que tiétiûn d’nos raivouéte âtoué d’lu po voûere ç’que n’vai- pe, ç’qu’è y maintçhe, ç’que poérrait allaie meu. É que tiétiûn s’dieuche qu’é l’é âtçhe è faire, qu’èl ât rechponchâbye. Oh, pe rchponchâbye de ç’que n’vait-pe, nian ! Main, rechponchâbye de ç’que poérrait meu allaie ! Faire ïn po cment l’méd’cïn diait d’faire en ci Bian l’Henri que v’nié l’voûere. Le méde’çïn le raivouéte é yi dit : « Vos ait ènne sâcrée grulatte. Vos boite brâment ? Oh, qu’yi dié l’Bian l’Henri, peu taint qu’çoli. Aivo tot ç’qui renvoache ! É bïn adjd’heû en veu éprevaie de n’ran r’voachaie, de n’peu grulaie é de teni po que tot alleûche meu aivo le coraidge de la vave de l’évangile de ci djouè.

Que s’feûche dïnche !


Messe avec les patoisants d’Ajoie et du Clos du Doubs – 16 octobre 2016

Porrentruy – 2ᵉ dimanche du temps ordinaire

Mes bonnes gens, vous l’avez entendu : « Il faut toujours prier sans jamais se décourager ! » nous dit Jésus. C’est facile à dire. Comme si l’on avait toujours ce que l’on demande. J’entends bien les prières des malades qui ne guérissent pas, de tous ces pauvres gens qui vont à Lourdes et qui espèrent revenir guéris mais qui reviennent autant estropiés qu’avant. J’entends aussi les demandes de ces jeunes et moins jeunes malades d’un cancer et qui arrivent en fin de vie.

Devant tout ça, comment ne pas laisser tomber les bras quand le Bon Dieu ne dit rien, se tait ? Et semble rester sourd à nos prières.
C’est déjà une vieille histoire que celle de Dieu qui ne dit rien, qui semble se taire. Tout pendant le vieux Testament, les croyants sont étonnés de cela. Les prières et les psaumes le disent : « Jusqu’à quand, Seigneur, veux-tu nous oublier ? Jusqu’à la fin ? Tu n’entends pas les cris de tes enfants qui te prient ? » (Ps 12).

Pour expliquer ce Dieu qui se tait, la Bible a trouvé le thème du « Jour du Seigneur ». Celui qui prie doit rester patient et garder courage. Dieu veut faire quelque chose. Il veut même régner sur les nations du monde entier. Donc le « Jour du Seigneur » sera aussi le « Jour du jugement » pour tous.

Il faut savoir rester patient et ouvrir les deux yeux ! Pas comme ce pauvre homme, devenu un mendiant. Il frappe à la porte d’une belle maison et il essaie de prendre en pitié la maîtresse de maison pour qu’elle lui donne quelque chose. Ma bonne dame, j’ai perdu un œil ! Oh mon brave homme, qu’elle lui répond, je vous assure qu’il n’est pas ici !

Bien des fois il n’est pas simple de prier tout seul. C’est bien pourquoi notre prière à bien besoin des autres. Dans la première lecture, nous avons entendu l’histoire de Moïse qui priait sur la montagne les bras levés au ciel. Il prie pour que son peuple gagne sur ceux qui l’attaquaient. Il prie et il fatigue. Donc, deux hommes viennent pour lui soutenir les bras. Comme cela, nous voyons bien que même les grands prophètes ont besoin d’un soutien dans leurs prières. Cela nous rassure.
Il faut toujours aider les autres. Un peu comme ces deux femmes d’un âge avancé qui venaient à la caisse du cinéma et qui espéraient une baisse de prix et qui demandent : vous faites quelque chose pour les personnes âgées ? Oh bien sûr mesdames : quand le film est fini, on les réveille !

La prière est importante surtout quand on a de lourdes charges à porter. Prier pour les autres et avec les autres, c’est une chance que nous avons. Comme ça, nous gardons espoir et courage comme Moïse et la veuve que Jésus nous donne en exemple. Nous savons que le Bon Dieu les a entendus. Bien que le Bon Dieu n’ait pas la même compréhension du temps que nous, osons croire que nos meilleures prières seront exaucées en Dieu.

Mais, cette recommandation de toujours prier les uns pour les autres se finit sur une parole des plus surprenantes des évangiles : « Le Fils de l’Homme, quand il reviendra, est-ce que l’on va encore trouver la croyance sur la Terre ? ».

Beaucoup, avec tout le mal qu’il y a sur la Terre sont perdus. Ils ne s’y retrouvent plus ! Un peu comme ce petit Jules qui était perdu et qui pleurait. Une dame s’arrête vers lui et lui demande :
Qu’est-ce que tu as mon petit ? Je suis perdu madame. Comment est-ce que tu t’appelles ? Je ne sais plus madame ! Et ta mère ? Je ne sais pas, madame. Je l’appelle toujours « maman » Et puis ton père ? Je ne sais pas madame. Je l’appelle toujours « papa » ! Et quand ta maman appelle ton papa, comment est-ce qu’elle l’appelle ? Oh ben madame, des fois elle lui dit : benêt ou bien gros fainéant ! Ce pauvre enfant était bien perdu !

Dans notre société qui est bien moins tournée vers le Bon Dieu que par le passé, nous avons la mission d’être de ceux qui prient toujours pour le bien de tous les hommes. Cette mission, en ce dimanche de la mission, nous ne pouvons pas la faire tout seul. Mais, avec les autres, et notre vie on peut tout changer. Dire que la foi se montre par la prière cela veut dire que la foi demande que nous soyons capables de prendre du temps. Et nous savons bien que ce temps a une grande valeur aujourd’hui, aussi bien pour nous, que pour notre famille et dans les sociétés dans lesquelles nous sommes.
Un jour viendra, et c’est bientôt, nous ne serons plus là aussi souvent qu’aujourd’hui. C’est comme la parole de Dieu : ce n’est pas facile à entendre ! Et pourtant, il faut le dire. Il y a beaucoup de personnes qui resteront vivantes parce qu’elles auront appris à travailler ensemble, à se battre pour garder une vie au village, dans la paroisse. Elles auront retenu ces paroles du chanteur Patrick Bruel qui disent : « Tu verras tout ce qu’on peut faire si on est deux ! »

Et puis, il y a des villages qui vont mourir à petit feu. Ce sont les villages, comme par hasard, qui n’ont pas su garder leur poste, leur magasin, leur fanfare, leur vie de sociétés. C’est tous les villages qui n’auront pas eu la patience de la petite veuve de l’évangile de ce jour. Cette patience qui l’a fait tenir bon quand tout lui montrait qu’il n’y avait rien à espérer. Elle aussi, elle aurait pu dire : « Oh vous savez, il y a déjà tant à faire, il ne faut pas m’en demander de plus. » si elle avait fait comme cela, elle n’aurait rien obtenu.

Que chacun fasse comme le dit la chanson de Patrick Bruel : « Regarde, regarde un peu… » Que chacun de nous regarde autour de lui pour voir ce qui ne va pas, ce qui lui manque, ce qui pourrait aller mieux. Et que chacun se dise qu’il a quelque chose à faire, qu’il est responsable. Oh, pas responsable de ce qui ne va pas non ! Mais, responsable de ce qui pourrait aller mieux ! Faire un peu comme le médecin disait de faire au Bian l’Henri qui venait le voir. Le médecin le regarde et lui dit : « Vous avez une sacrée tremblote. Vous buvez beaucoup ? Oh, que lui dit le Bian l’Henri, pas tant que cela. Avec tout ce que je renverse ! Et bien aujourd’hui on veut essayer de ne rien renverser, de ne pas trembler et de tenir pour que tout aille mieux avec le courage de la veuve de l’évangile de ce jour.

Amen

Traduction de Christiane Lapaire

info document -  PDF - 98.2 ko