Par : Fleury LJ
Publié : 20 décembre 2013

Enfin veuve

Enfïn vave

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 20 décembre 2013

L’hanne de çte Rosa, c’était ïn bon l’ôvrie, è n’y aivait ran è dire. Ç’n’était p’ïn croûye mairi non pus. È n’aivait qu’ïn défât, èl ainmait trop lai botoiye. Èt peus, tiaind qu’èl aivait ïn voirre dains l’nèz, è poéyait dev’ni métchaint. Lai Rosa, que d’vait suppoétchaie son aigrun, en aivait grant dépét.
- S’è crevait pie, ci pianteusse, qu’èlle diait tiaind qu’son Djules f’sait lai nace èt peus qu’les âtres boyous daivïnt l’raimoénaie en l’hôtâ.

È y é t’aivu ïn côp que n’eursannait p’és âtres. Ïn soi qu’èl était en ribote, lo Djules ât tchoé dains lai r’viere èt s’ât nayè. Dains son criyâ, çte poûere Rosa n’ r’âtait p’ de pûeraie. « Mon Djulat qu’ât paitchi. Qu’ât-ce qu’i veus de’vni tot d’pai moi ? »
- Yé bïn voili, ci côp, è y ât. Qu’yi dit l’mairtchâ. Vôs l’èz prou dit : S’è crevait pie !
- Oh, an dit dïnche.
- An n’dairait pe.

Une veuve inconsolable pleure la mort de son ivrogne de mari.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2 Mo

info document -  PDF - 117.8 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">