Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Blagues, loûenes > Ènne eur’trove, pe ènne loûene
Publié : 1er juin 2018

On ne retrouve plus une blague

Ènne eur’trove, pe ènne loûene

Thérèse Frésard

Ènne eur’trove, pe ènne loûene…

(poi ç’te Thérèse Frésard, Helvétie, 18 de feuvrie 2013)

Sïns les bïnv’nis tchie moi ! Voili dj’ ènne annèe qu’ nôs se r’trovïns ci, po péssaie ènne boinne lôvrèe pe po djâsaie note bé patois qu’ me r’bote dains mai p’téte afaince. C’était
l’ bon temps. I échpére qu’ lai péssèe l’annèe feut po vôs tus pieinne de piaîjis, pe qu’ èlle vôs é léchie d’ bons seûv’nis. Péssaie ensoinne ïn bé môment, ç’ ât saivoi en portchaiyie.
I vôs veus raicontaie ènne p’téte loûene. Çoli s’ péssé dains ïn bé p’tét v’laidge de tchie nôs. Ènne reûssûe, l’ tiurie s’ aipprâte è r’botaie en oûedre sai baîrre di tieurti. È s’ bèye bïn di mâ. Voili qu’ se pointe ïn p’tét boûebe qu’ yi dié : « M’ssieu l’ tiurie, i vôs veus édie ». Lai reûssûe s’ pésse tot ball’ment ; ès pailant pe tot pe d’ ran, d’ l’ écôle…
Voili qu’ le tiurie yi d’maindé : « C’ment s’ fait – è qu’ t’ és v’ni m’ édie ? ». Ç’ ât tot sïmpye, qu’ réponjé l’ boûebat, i v’lôs saivoi ç’ que dit ïn tiurie tiaind qu’ è s’ taipe chus les doigts !

Thérèse Frésard