Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Lai tchavouènne, lo fûe dés « Brandons »
Publié : 19 décembre 2016

Le feu des Brandons

Lai tchavouènne, lo fûe dés « Brandons »

l’micou, Michel Cerf

Lai tchavouènne

Lo fûe dés « Brandons »

Lai tchavouènne, voili encoé ïn bé mot patois, que vïnt d’an sait pe laivoù, mains que révoiye en nôs lés pus bés seuvnis. Lo fûe que freguéye, lés fèyes que virant tot âtoé d’nôs, en tchaimpant dés éplûes, djainqu’en mé d’lai neût. An n’sairait dire djeûtement dâ tiaind dure ç’te côtume. Di temps dés Romains, an enfûait dje dés heuttes* po fétaie lai fïn de l’huvie èt l’révoiye de lai naiture.

Ȃ Moiyein-Aîdge, an craiyait qu’lo fûe poyait dépurie l’air de tot ç’qu’était oûedge. An muse achi qu’cés premiers fûes étïns déchtinès è aipplaie lai bïnveuyaince dés dûes tchu lés tchaimps èt lés bétes. En Aîdjoûe, lai premiere féte dés Braindons feut botè tchu pied en 1324. Lés chréchtiens ne voyïmpent ç’te côtume aivô piaîji, mains pus taid ès l’aint aidoptèe èt lo d’rie dûemoinne aivaint Carème feut réservè po lai tchavouènne… aivaint lés quairante djoés sains rédjôyéchainces. An raiconte que dains lés tçhieûmenes voû lés protestants étïns lés pus nombreus, ès aivïnt retaidgie lai féte d’ènne s’nainne po qu’lés catholiques n’yi poéyeuchent pe pairticipaie !

Dains not’ care de tiere, pu d’ïn yûe è voidgie lai côtume : Fontenais, D’lémont, Courrendlin, Poérreintru (en 2016, lo 13 de feuvrie à Banné), mains achi Yverdon, Payerne, Grandson… En Fraince, èt dains brâment d’paiyis d’Europe, lai tchavouènne ât fétèe. Çoli peut ïn po tchaindgie d’ïn yûe en l’âtre : de lai dyïndye, ïn cortège, dés vésaidgieres**, mains poitcho ïn voirre è boire èt dés begnats è chmèquaie.

De totes lés côtumes que nôs aint léchie lés véyes dgens, ç’ât poétchaint yenne dés pu en dondgie. Lés dgens sont craibïn de pus en pus gâtchets. Po trovaie dés djûenes po raiméssaie di bôs, montaie ènne heutte po enfûere l’ « bonhanne huvie » èt bèyie ïn po d’yot’ temps, è fât, c’ment qu’an dit, s’yevaie maitïn !

L’probyème se pose achi po d’âtres traidichions : è Nâ, an fait d’moins en moins de crètches dans ci paiyis qu’ât poétchain chréchtien. An on pavou d’biassaie lés âtres r’lidgions. È Carimantran, an veut que tot feûche en oûedre : pe d’ribote, pe de taipaidge vou de coûeyenrie. Lo tchairibairi n’se dait pu faire aivô dés tchies moinnès pai dés tirous.

È foûeche de tot réyie po qu’â moins è n’y eûche pe d’èrtieulon, an richque de meûtlaie l’aîme de ci paiyis voù, poétchaint, é fait chi bon vivre.

L’micou

* bûchers

** masques de carnaval