Publié : 2 février

Aux poursuites

És porcheutes

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 2 février 2024

És porcheutes

Source : Jean-Marie Voirol, Porrentruy È f’sait trente-chés méties, ci Lucien. È f’sait l’ bairbie, è vendait des paissats po les p’tèts l’afaints (an n’coégnéchait p’oncoé les pampers). És fannes, è prepojait des dvaintries po faire lai bue, és oeûvries de lai faibritye, des grïmpe-tiu. Des musattes, vôs peutes me craire qu’èl en aivait. Èl aitch’tait des mâjons èt les r’vendait. D’aivô ènne mairdge, bïn chûr. Aiprés lai doûjieme dyiere, è s’ât botè è vendre des préservatifs. En tote dichcrèchion. C’était nové tchie nôs. Çoli é bïn mairtchi. È dyaingnait brâment èt dépâtait encoé pus. Ç’ que daivait airrivaie airrivé. È feut botè és porcheûtes. Le pitye-ménaidge é tot pris, les moubyes, les câdres, tot, meinme les capotes que yi d’moérïnt. Crais bïn qu’è n’yi rèchtait qu’ le yét po dremi. Ènne mije feut organijèe. Le lendemain d’ lai vente, l’Emma, ènne fanne de paiyisïn, ménaidgeouse èt que saivait bïn coudre, rencontre lai tante di Lucien. Çtée-ci yi dit : - I n’ t’aî p’ vue en çte vente. Te t’ rends compte, ès aint vendu des capotes. - De quoi, ès aint vendu des capotes ? dit l’Emma. S’i aivôs saivu, i en airôs aitch’tè po faire des tyulattes en nos hannes. Note l’ bairbie, le coiffeur grïmpe-tiu, salopette grimpant jusqu’aux épaules è dépâtait, il dilapidait Ènne mije, une vente aux enchères Des capotes : Les anciens habits militaires réputés inusables étaient appréciés lors des travaux de la campagne. ---- Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

Aux poursuites

Lucien exerçait trente-six métiers. Il faisait le coiffeur, il vendait des petits draps pour les nourrissons (on ne connaissait pas encore les pampers). Aux femmes, il proposait des tabliers pour faire la lessive, aux ouvriers de la fabrique, des salopettes à bretelles. Des idées, vous pouvez croire qu’il en avait. Il achetait des maisons et les revendait. Avec une marge, cela va sans dire. Après la deuxième guerre, il s’est mis à vendre des préservatifs. En toute discrétion. C’était nouveau dans la région. Cela a bien marché. Il gagnait beaucoup et dilapidait encore plus. Ce qui devait arriver arriva. Il fit faillite. L’office des poursuites lui a tout pris, les meubles, les tableaux, tout, même le stock de préservatifs. Il ne lui restait que son lit pour dormir. Une vente aux enchères fut organisée. Le lendemain de la vente, Emma, une paysanne économe et bonne couturière, rencontre la tante de Lucien : - Je ne t’ai vue à cette vente. Tu te rends compte, ils ont vendu des capotes. - De quoi, dit Emma, ils ont vendu des capotes ? Si j’avais su, j’en aurais acheté po faire des pantalons à nos hommes. { {{Les chroniques patoises de Bernard Chapuis en 2024}} } {{ {Toutes les chroniques patoises de Bernard Chapuis} }}