Vous êtes ici : Accueil > Reflets d’activités > Fête des patoisants 2022, le sermon du Chanoine Jacques Oeuvray
Publié : 22 novembre

Fête des patoisants 2022, le sermon du Chanoine Jacques Oeuvray

Mâsse po lai féte dés patois – Poérreintru – 25 de septembre 2022 pradge (Ac 2,1-6 ; Mt 19, 27-29)


écouter le sermon du 22 octobre, Chanoine Jacques Oeuvray


Més boènnes dgens,

Nos coégniéchant tus, ou bïn nos en aint ouyîe pailaie, di Dgé heûte, l’aissembyaie dés heûtes pays lés pu rètches di monde. Adjd’heû, nos fétant le Dgé de tos lés patois de landye romainne, è Poérraintru. È yé bïn tot dou mille ans, c’était è Djérusalem que çoli s’ât péssaie. « È yi aivaie è Djérusalem, dés Djvés craiyaints de tos lés payis qu’sont dos l’cïe. Tos lés payis qu’nos dit Sïnt Luc. É è dit âchi : « Tus, nos lés oueyïnt dains nos langaidges ainnoncïe lés biâtaies de Dûe. »
I n’seuro dire ce ci djouè-li ai Djérusalem è y aivaie dés dgens que djâsïnt patois. Main, lai baichatte d’y Léon, n’airo-pe aivu fâte d’allaie è Pairis po aippare le français. En ci temps-li, aivain d’se mairiaie, el ât aivu ai Pairis pô aippâre le français. Ai peu, ché mois aiprés, el ât r’veni an l’hôtâ. El dié an son pére : « Je ne sais plus le patois ! Je ne pourrais plus prononcer un seul mot de cette vilaine langue ! » Le pére demoéré tôt ébâbi. Voili qu’laie vâpraie le pére yi dié : nôs vlan allaient foinnaie. Ai t’fât v’ni pô rétlaie. El venié aivô yos. Dains l’tchain, el martché ch’lé dents d’ïn pté rété qu’èl n’aivait-pe vu. Le maintche yi rgossait ch’le mouère. El breuyé « sacré crevûre de rété, t’mé faie bïn mâ ! » Ait riennent bïn tûs et le pére dié : el ât r’voirit, an lai peu mairiaie ! »
Pailaie totes lés landyies é lés compare, ç’ât ç’que nos dit lai féte de paintecôte. Le san dos d’chu d’lai touè d’Babel ât bïn dépéssaie. Ç’ât ènne boènne novèle l’Echprit-Sïnt ne faie ran q’ènne humanitaie. Nos sont tus fréres é soeûres dain le réchpèt de tos lés peupyes, de totes lés tiultures é lés faimilles.

Cment aivô nos aimis que pailant le Chwitser tütsch. Mainme se nos riant ïn po d’yos. Cment lés Aipenzellois qu’en dit to p’tés. È sont chi p’tès qu’yos pois sentant lés pïes ! Tot çoli n’ât-pe métchaint. A contrére, çoli nos raippreûtche poéch’que nos nos coéniéchant meu.
Oh bïn chur, nos n’sont-pe encouè en lai fïn d’l’hichtoère di monde. È y é encouè bïn dés malèyerouses tchoses, dés dyïeres. Dés dgens que n’se v’lan-pe djâsaie, mainme en patois.
Ïn po cment ci Bian l’Henri qu’étôt graigne aivo sai fanne, lai Mairie Brequaine. È n’se djasïnt pu ran qu’aivo dés byats tiain qu’è s’engregnïnt. Dâli, ïn djouè, l’Bian l’Henri graiyeunne ïn byat en sai fanne : « Révoiye-me é cïntye, i dai pare le train è Poérreintru en lai d’mée dés sept ». È s’révoiye és heûte é trôve ïn byat d’sai fanne ât long d’lu : « È l’ât lés cïntye, révoiye-te. »
Vos voite bïn qu’en n’serait dïnche allaie d’l’aivain : è vâ meu s’djâsaie, ç’ât bïn pu aijïe. Po çoli, no aint bïn fâte de l’Echprit Sïnt. Ç’ât lu qu’nos éde è vivre ensouènne dain l’aimouè qu’ât le langaidje que tot l’monde comprend.
Eh ô, nos nos poéyant rédjôis adjd’heû de ç’te boènne novélle : « Tus feunnent rempiachus de l’Echprit Sïnt… é tyétyûn djâsait d’aipré l’don de l’Echprit, » ç’ât ç’que Djésus é promis en ses dichipyes, é en tos lés peupyes, tyétyûn dain sai mainïere de vivre.
Dain ç’t’Echprit, nos poéyant tot dmaindaie ât Bon Dûe, tyétyûn dain son langaidge, po aitaint que çoli alleuche aivo l’aimouè dés âtres, le paitaidge é le rechpect d’lai naiture cment l’Bon Dûe l’é faie. Çoli n’sért de ran de dmaindaie âtye que vait dain l’âtre san. È n’fât-pe d’maindaie cment ci p’té Djosè dain sai prayïre di soi : « Mon Dûe, faîtes qu’le Rhône tranvoicheuche Pairis. Ç’ât ç’qu’y aie botaie dain mai compojichion » !
Nos fétant âchi adjd’heû not Sïnt Paitron d’lai Suisse Frére Nicolè de Flüe. Sain pailaie d’lai dyïere en Ukraine, not Cardinal Kurt Koch vïnt de raippelaie que Sïnt Nicolè étot ïn fesou d’paix. È l’é dit : « Le miraiçhe de Stans, lai paix en tiaitoûege cents heûtante é yûn étai le frut de son aimitie aivo l’Bon Dûe ât Ranft. Cment aimi de Dûe, è l’ât âchit aivu l’aimi dés Hannes. » Ç’ât cment çoli que nos daint âchi vivre adjd’heû, en y ressembyaint.
Cment ci p’tèt Diu, ïn tchairmaint boue­bat d’quaitre ans, d’aivô des biondes boutyes, in nèz tçhaimu, des tot bieus l’oeûyes. È pésse lai djouénèe tchie sai grant-mére, poéche que les dous poirents traivaillant d’feu èt n’aint p’ le temps d’s’en ottyupaie.
Ç’ât l’hoûere de lai nonne. Lai grant-mére eurcit ces daimes po bàidj’laie atoé d’ènne étçhéyatte de thé èt d’ènne taiyoulèe d’glou­glouf. Le p’tèt Diu ât révoiye. Lai grant-mére ât allèe le tçhri po l’môtraie, tote fie, en cés envellies.
Ç’t’aindgelat faie l’aidmirachion de totes cés daimes. È peu, è fât è tot prix trovaie dés çhérainces.
È r’tire brament aiprès toi, Lucie, dit yènne. Po moi, ç’ât tot pitye sai mére dit ènne âtre. Mains èl é âchi brament d’son pére, dit ènne trâjieme.
Les raippretch’ments se peur­chéyant. « Èl é l’ nèz tçhaimu d’ son grant-pére. Èl é les bieus l’oeûyes de sai tainte. Révijèz l’moton, ç’ât putôt l’pére. Mains èl é les boutyes pois d’sai mére. Vôs étes bin d’aiccoûe. »
— I ai âchi lai tiulatte de mai grante soeur, fait l’ nitiou. Lai mïnne était tote move.
I échpére que vot tiulatte n’ât-pe move main chuto que vos è-d-je ènne ressembiaince aivo not Frére Sïnt Nocolè.
Po i r’sembyaie, è nos fât cheûdre le Chricht poéche que, cment lu, nos sont tus ïnvitaie è allaie poétchaie lai Boènne Novelle, ç’té d’adjd’heû, dain tos nos patois, li vou nos vétiant. Ç’ât le yûe di bonèye aivo l’bon Dûe é aivo lés âtres, ç’ât le sïmbole de lai bontaie, é d’lai dgénérositaie di Bon Dûe.
Que s’feûche dïnche !

Francine Girardin, présidente de la FRIP