Par : Fleury LJ
Publié : 21 novembre 2009

Le crâ pe le rnaid, Le corbeau et le renard

La Babouératte, la Coccinelle

Corbeau et renard, théâtre
Corbeau et renard, théâtre -  MP3 - 13.3 Mo
Corbeau et renard, théâtre

Le crâ pe le rnaid

Hichtoire di crâ pe di rnaid raicontèe pai ène djûene baichatte pyeine d’échprit, mains svent dains lai yune.

M : Méetrasse. P :Pieratte.

P. - Bondjoué méetrasse.

M. - Bondjoué Pieratte, t’és bïn en l’hoûre. Te vïns po tai yeçon qu’y muse ? Te l’aîs aippris ? Pon cmen lai snainne péssèe, te ne saivôs ren. Ècmence.

P. - Méetre crâ su ïn aibre pentchie…

M. - Mains nyan, ce n’ât pon djeute, rècmence.

P. - Méetre crâ su ïn aibre p…peurtchie, çolì veut dire su ène braintche. Aiye hô ! Ç’ât lai toué de Pise qu’ât pentchie. Y me demainde se les ôsés veniant aito si pentchie su çte toué peurtchie ?

M. - Hé ! Pieratte, revïns en tai récitâtion, rècmence encoué ïn côp.

P. - Méetre crâ su ïn aibre peurtchie, teniait dains son mouére… dains son mouére…

M. - Dé nani, le crâ n’é pon de mouére.

P - Estchusait’me, y vlôs dire dains son bac. Méetre crâ su ïn aibre peurtchie, teniait dains
son bac ïn fromaidge.

M - Ç’ât djeûte, mai petéte.

P. - ( Sondgeouse ) Oh ! Mains y muse : se c’étôt ïn fromaidge d’Escafignon aivô sai poûerie
dedains, è porait étre fotu note crâ !

M. - Mains, qu’ât-ce que te vais tchri ? È n’ape quéchtion de fromaidge d’Escafignon !

P. - Qu’é fô, se èl aivait aivu le djèt de pâre ène téte de moéne…

M - Encoué ! Ïn fromaidge, ç’ât ïn fromaidge, ïn pont ç’ât tot.

P. - È bïn, po moi ce n’ât pon tot.

M. - Encoué quoi ? Te n’ât pon è ton aiffaire adjd’heu, mains Pieratte…

P. - Ci fromaidge, se ç’étôt ène téte de moéne, cment qu’è fairait po lai teni dains son bac, è
peus lai pouétchaie dains son nid po neurri ses petéts ? È frait bïn pus soi se èl était allè
tchie le Sïnt Nicolas des pous…

M - Te folâye, te môssye tot. Le fromaidge, l’Escafignon aivô sai poûerie, lai téte de moéne,
le Sïnt Nicolas… les pous… qu’ât-ce que les pous vnyant faire dains ton hichtoire ?

P. - Mains syé, vos saîte, ci Nicolas di vlaidge des pous, y ne sais se ç’ât ïn Sïnt, mains èl é
trovè ène sôtche de mâchine, ène girolle, que fait des faifyos aivô ène téte de moéne. Le
Bon Dûe dait en virie lai téte. Y me demainde aito, se les moénes di covent de
Bellelay serïnt aivu héyuroux de se faire è péssaie lai téte dôs ène girolle ?

M. - Ç’ât toi qu’é ène téte de girolle. Te pyaque tes airtchelons ?

P. - Nyan, ci Nicolas lì ç’ât ïn hanne ; èl en aî ène téte. Trovaie ène mâchine se prâtiche po
maindgie le fromaidge, èl ât malïn cmen ïn rnaid. Pus nos maindgeans de tétes de
moéne, pus è dèt fabriquaie de girolles. On djâse dje ci-devaint de construre ène
fâbrique de tétes de moéne.

M - Aiye, ène de pus… è pe quoi ?

P. - Vos voite, méetrasse : Les paiyisains n’int pon musaie en tot qui crais.

M. - Qu’ât-ce que se pésse encoué dains tai téte ?

P. - Voili : È suppôsaie que les vaitches se botïns en gréve, aivô qué laicé ès vyant
fâbriquaie ces moncés de tétes de moéne ?

M. - Oh ! Les paiyisains richquant de se botè en gréve devaint les vaitches… les vaitches
n’int pon de sïndicat…

P. - Vos, vos saîte ço que ç’ât les sïndicats, hein méetrasse…

M. - Bogre de mâe éyeuvèe. Revïns en tai yeçon.

P. - Mains méetrasse, è ne fât pon vos étchâdaie, c’était po rujolaie. È vât meux rujolaie que
pûeraie, ç’ât ço que diait aidé mai mére.

M. - Vos èz réson les doux tai mére. Mains te sais encoué de quoi nos djâsyïns les doux ?

P. - Nos djâsyïns… de fromaidge… de girolle…

M. - È pe encoué de quoi ?

P. - D’ïn crâ… d’ïn rnaid…

M. - Aitcheu Pieratte… o bïn putôt, rècmence ton hichtoire, po l’aimoué di Bon Dûe, on ne
si retrôve pus…

P. - Méetre crâ, su ïn aibre peurtchie teniait dains son bac… ïn rnaid… heu… nyan… ène
girolle…

M. - Y vois bïn que t’és âtche que te trubique. Qu’ât-ce qu’è y’è ?

P. - Aiye, léssite-me encoué ïn po musaie.

M. - Ïn po, pon ène hoûre. Qu’ât-ce que te veux encoué ïndgéniaie ?

P. - Y aî ène quéchtion qui é paivu de vos demaindaie. Se çolì poyait airrivaie… çolì srait
trap bé !

M. - Se ç’ât âtche de bé, te dais poyait me le dire. On dèt tot dire en sai méetrasse. Y t’ô.

P. - Y sens que vos allèz vos engraingnie se y vos le dit. Po moi, ç’ât bé, mains… po vos y
ne sais…

M. - Mittenaint, y en aî sa de t’ôyi. Djâse çti côp.

P. - É bïn voilì. Y me dios : « Se lai méetrasse se botè en gréve, dînche-lai, y serôs tchitte de
vni en l’écôle. »

M. - Petéte tchervôte de baichatte, te n’en sais dje pon taint. Lai cheûte s’è-te-pyait. Le rnaid
pai lai sentou…

P. - Le rnaid pai lai sentou… ( Èlle trïnnasse )

M. - Aiprés ?

P. - Le rnaid pai lai sentou, çi long mouére que voûte le fromaidge di crâ, y dyé : « Bïn le
bondjoué Môssieu le crâ, que vos étes bé… » È le syaitte çte tchervôte, cmen les
aimouéroux su les baincs, tchaind qu’ès se bécotant… 

M. - Pieratte, revïns su térre, çolì ce n’ât pon gréynè dains ton yévre. Y te demainde po le
derri côp d’en rveni en ton hichtoire.

P. - Mais, ç’ât ço qui fais qu’è me sembye. Vos comprente, tot vire dains mai téte. Y aî des
évadnaies, cmen tchaind qui proiye.

M. - Çolì ne m’émaiye pon, è fât en rveni en nos motons… heu… nyan… en note
rnaid… po moi aito, çolì vire dains mai téte.

P. - È me sembyait bïn, vos étes bïntôt bouénne po lai rtréte.

M. - Qué toupet ! Pieratte te frais meux de musaie en tai yeçon !

P. - Méetre rnaid y diét : « Bondjoué Môssieu le crâ, que vos étes bé, se vos tchaintèz âsse
bïn qu’ât bélle vote véture, è n’ât pon raivouétaint ci rnaid… » Ci crâs aivô ses noires
pyeumes, pouï ! … noi cmen ïn rétchué. Vos trovèz çolì djôli Méetrasse ?

M. - Oh ! Te sais Pieratte, des gôts pe des môlures, è ne fât pon en djâsaie.

P. - Vos pailèz de gôts pe de môlures, moi, y en aîe vu dains lai bôte è grimaices, vos nyan ?

M. - Nyan, tchaind és-te vu çolì ? Raiconte Pieratte.

P. - Hyie â soi, è y aivait des daimes que présentaïnt des haiyons, ïn défilè de lai novélle
môde. Vos èz mainquè âtche qui vos dit. Se vos aivyèz vu : des tchaipés grôs cmen les
tôles que mai mére odjoiyie po faire les touétchés dains le foué de l’hôtâ. Des fannes
aivô des rabes âsse fïnnes que des ridés qu’ons vôe â traivé, pe dégouinèes djûnque â
breuye. Y rébyôs, des pyeumes su les épâles, su…

M. - ( Élle fri su lai tâle. ) Y en aî prou ôyu, çolì seuffi ! T’en étôs demouérèe voùé le
rnaid diait â crâ qu’èl était bé. Qu’ât-ce que le crâ é fait ?

P. - ( En y botaint tot son tchûr. ) Le crâ po se faire è vôe, veut tchaintaie, èl eûvre tot grôs
son bac, le fromaidge tchoi. Le rnaid que n’aittendait que çte boussiatte, raimésse le
fromaidge, pe dit â crâ : « Mon bé Môssieu, aipprente que tot syaittou vét â dépend de
çtu que l’ôe, çte yeçon vât bïn ïn fromaidge qui crais. »

Le rnaid s’en vai en lai leste. Le crâ tot pneûd su sai braintche, djure, mains ïn po taîd
qu’on ne le pâré pus ïn âtre côp !

M. - Ouf ! Nos voilì â bout de nos poûenes, nos ins aivu prou mâe ! Tchaind te veux te
baiyie ïn po de mâe, te lai sais tai yeçon. Po lai snainne que vïnt, t’aipparés "Lai
raînne pe le bûe".


Lai Babouératte

Pièce de théâtre autour de la fable de La Fontaine écrite par La Babouératte.

Le corbeau et le renard.

Histoire du corbeau et du renard racontée par une jeune fille pleine d’esprit, mais souvent dans la lune.

M. Maîtresse. P. Pierrette.

P. - Bonjour maîtresse.

M. - Bonjour Pierrette. Tu es bien à 1’heure. Tu viens pour la leçon je pense ? Tu l’as apprise ? Pas comme la semaine passée, tu ne savais rien. Commence.

P. - Maître corbeau sur un arbre penché...

M. - Mais non, ce n’ai pas juste, recommence.

P. - Maître corbeau sur un arbre p...perché, cela veut dire sur une branche. Ah oui ! C’est la tour de Pise qui est penchée. Je me demande si les oiseaux viennent aussi sur cette tour perchée ?

M. - Eh ! Pierrette, reviens à ta récitation, recommence encore une fois.

P. - Maître corbeau sur un arbre perché tenait dans son groin... dans son groin...

M. - Mais non, le corbeau n’a pas de groin.

P. - Excusez-moi, je voulais dire dans son bec. Maître corbeau sur un arbre perché tenait dans son bec un fromage.

M. - C’est juste ma petite.

P. - (Songeuse) Oh ! mais je pense...si c’était un fromage d’Escafignon avec ces saletés dedans, il pourrait être fichu notre corbeau...

M. - Mais, que vas-tu chercher ? Il n’est pas question d’Escafignon.

P. - Quel fou, s’il avait eu la façon de prendre une tête de moine...

M. - Encore ! Un fromage, c’est un fromage, un/point c’est tout.

P. - Eh bien, pour moi ce n’est pas tout.

M. - Encore quoi ? Tu n’es pas à ton affaire aujourd’hui, mais Pierrette...

P. - Ce fromage, si c’était une tête de moine, comment ferait-il pour la tenir dans son bec et la rapporter dans son nid pour nourrir ses petits ? Il ferait bien plus facilement s’il était allé chez le Saint-Nicolas des pous...

M. - Tu divagues, tu mélanges tout. Le fromage, 1’Escafignon avec ses saloperies, la tête de moine, le Saint Nicolas ... les coqs... Que viennent faire les coqs dans notre histoire ?

P. - Mais oui, vous savez, ce Nicolas du village des coqs, je ne sais si c’est un Saint, mais il a trouvé une sorte de machine. Une girolle qui fait des copeaux avec une tête de moine. Le Bon Dieu doit en tourner sa tête. Je me demande aussi si les moines du couvent de Bellelay auraient été heureux de se faire passer la tête sous une girolle.

M. - C’est toi qui as une tête de girolle. Tu cesses tes bévues ?

P. - Non, ce Nicolas-là, c’est un homme ; il en a une tête. Trouver une invention si pratique pour manger le fromage, il est malin comme un renard. Plus nous mangeons de têtes de moine, plus il doit fabriquer de girolles. On parle déjà ici de construire une fabrique de têtes de moine.

M. - Oui, une de plus...et puis quoi ?

P. - Vous voyez maîtresse, les paysans n’ont pas pensé à tout je crois.

M. - Qu’est-ce qui se passe encore dans ta tête ?

P. - Voilà. A supposer que les vaches se mettent en grève, avec quel lait ils veulent fabriquer ces monceaux de têtes de moine ?

M. - Oh ! Les paysans risquent de se mettre en grève avant les vaches...Les vaches n’ont pas de syndicat...

P. - Vous, vous savez ce que c’est les syndicats, hein Maîtresse...

M. - Bougre de mal-élevée ! Reviens à ta leçon.

P. - Mais maîtresse, il ne faut pas vous échauffer, c’était pour rigoler. Il vaut mieux rire que pleurer. C’est ce que disait toujours ma mère.

M. - Vous avez raison les deux ta mère. Mais tu sais encore de quoi nous parlions les deux ?

P. - Nous causions...de fromage...de girolle...

M. - Et puis de quoi encore ?

P. - De corbeau...de renard...

M. - Active Pierrette...Ou plutôt recommence ton histoire, pour 1’amour de Dieu. On ne s’y retrouve plus.

P. - Maître corbeau sur un arbre perché tenait dans son bec...un renard...euh...non...une girolle...

M. - Je vois bien que tu as quelque chose qui te tarabusque. Qu’y a-t-il ?

P. - Oui, laissez-moi encore un peu réfléchir.

M. - Un peu, pas une heure. Qu’est-ce que tu veux encore inventer ?

P. - J’ai une question que j’ai peur de vous demander. Si cela pouvait arriver... ce serait trop beau !

M. - Si c’est quelque chose de beau, tu dois pouvoir me le dire. On doit tout dire à sa maîtresse. Je t’écoute.

P. - Je sens que vous allez vous fâcher si je vous le dis. Pour moi, c’est beau, mais... pour vous je ne sais...

M. - Maintenant, j’en ai sec de t’entendre. Parle cette fois.

P. - Et bien voilà. Je me disais : « Si la maîtresse se mettait en grève comme ça, je serais quitte de venir à l’école ».

M. - Petite roublarde de fille, tu n’en sais déjà pas tant. La suite s’il te plaît. Le renard par l’odeur...

P. - Le renard par l’odeur... (Elle traîne)

M. - Après ?

P. - Le renard par l’odeur, ce long museau qui guette le fromage du corbeau, lui dit : « Bien le bonjour Monsieur du corbeau, que vous êtes beau »... Il le flatte ce roublard, comme les amoureux sur les bancs lorsqu’ils se bécotent...

M. - Pierrette, reviens sur terre, cela n’est pas écrit dans ton livre. Je te demande pour la dernière fois d’en revenir à ton histoire.

P. - Mais, c’est ce que je fais il me semble. Vous comprenez, tout tourne dans ma tête. J’ai des distractions comme lorsque je prie.

M. - Cela ne m’étonne pas, il faut revenir à nos moutons... euh... non... à notre renard... Pour moi aussi, ça tourne dans ma tête.

P. - Il me semblait bien, vous êtes bientôt bonne pour la retraite.

M. - Quel toupet ! Pierrette, tu ferais mieux de penser à ta leçon.

P. - Maître renard lui dit : « Bonjour Monsieur le corbeau, que vous êtes beau, si vous chantez aussi bien que votre habit est beau, il n’est pas difficile ce renard... » Ce corbeau avec ses plumes noires, pui !... noire comme un ramoneur. Vous trouvez cela joli maîtresse ?

M. - Oh ! Tu sais Pierrette, des goûts et des couleurs, il n’en faut pas parler.

P. - Vous parlez de goûts et de couleurs, moi, j’en ai vu à la télévision, pas vous ?

M. - Non, quand as-tu vu cela ? Raconte Pierrette.

P. - Hier soir, il y avait des dames qui présentaient des habits, un défilé de la nouvelle mode. Vous avez manqué quelque chose je vous dis. Si vous aviez vu : des chapeaux grands comme les plaques à gâteaux que ma mère utilisait pour faire les gâteaux dans le four de la maison, des femmes avec des robes aussi fines que des rideaux qu’on voit au travers et décolletées jusqu’au nombril. J’oubliais, des plumes sur les épaules, sur...

M. - (elle tape sur la table) J’en ai assez entendu, ça suffit ! Tu en étais restée où le renard disait qu’il était beau. Qu’a fait le corbeau ?

P. - ( en y mettant tout son coeur) Le corbeau pour se faire voir veut chanter. Il ouvre tout grand son bec, le fromage tombe. Le renard, qui n’attendait que ce moment, ramasse le fromage et dit au corbeau : « Mon beau Monsieur, apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui 1’écoute : Cette leçon vaut bien un fromage, je crois. »

Le renard s’en va lestement. Le corbeau tout penaud sur sa branche jure, mais un peu tard, qu’on ne le prendra plus une autre fois.

M. - Ouf ! Nous voilà au bout de nos peines. Nous avons eu assez de mal ! Lorsque tu veux te donner un peu de mal, tu la sais ta leçon. Pour la semaine prochaine, tu apprendras " la grenouille et le boeuf ".

La Coccinelle.