Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Voili qu’an r’djase de lai P’tète Gilberte...
Publié : 19 août 2017

Voilà qu’on reparle de la Petite Gilberte

Voili qu’an r’djase de lai P’tète Gilberte...

l’micou, Michel Cerf, 19 août 2017

Paru dans l’Ajoie, 170819

Voili qu’an r’djase de lai P’tète Gilberte...

Çoli vôs é craibïn airrivè c’ment en moi. Chi, en vôs promenaint d’l’âtre san d’lai bairre dés pomates grâblèes (la barrière des rôstis), an vôs d’mainde dâ lavoû vôs vnîtes, vôs peutes dire Poérreintru, o bïn Tchevenez o encoé Ésué, lés dgens n’vôs sairïnt r’botaie en l’hôtâ. Dali che vôs dites Coérdgenay, ès s’botant è fred’naie çte tchainson coignu de tus : Lai P’tète Gilberte.

Gilberte Montavon, voili ènne djûene fèye qu’è saivu s’faire è coégnâtre poi tos lés soudaîts d’lai dyierre de 1914. Poétchaint èlle n’aivait pe de chcrèt : sïmpyement èlle voidgeait dains sai mémouere lo nom des soudaîts qu’étïnt péssès poi Coérdgenay, vou èlle oeuvrait, dains l’cabarêt de sés poirents. Son pére Gustave èt sai mére Lucine aint aivu d’âtres afaints, c’ment Paul Montavon, ïn dyïndyaire, lu achi coégnu dains tot l’paiyis. Gilberte aivait aippris è djasaie l’Schwitzertütsch di temps qu’èlle était baîchatte, tchie ènne tainte è Zurich. Dali, aivô son sôri èt sai biâtè, èlle feut bïntôt coignue dains tote l’aîrmèe, èt, tiaind ènne tchainson en son hanneur ât aivu compôsèe poi yun d’sés aidmirous, sai r’nammèe n’é pu aivu de yimites.

Çoli fait mitnaint ènne centaine d’annèes que sai tchainson fait lo toué di paiyis et èt ne s’y pésse diere de fétes sains que quéqu’un ne s’bote è tchaintaie « Lai P’tète Gilberte ». Che lo r’dyïndyat ât en frainçais, lés coplèts sont en Schwitzertütsch, mains è s’y en trove quasi aidé yun que lés coégnât èt tiaind qu’è lés tchainte, çoli décleintche dés écaçhèes, meinme che lés arayes en pregnant ïn sakeurdi d’côp !

Brâment de dgens s’sont ïntèrèchies en lai vie de Gilberte èt aint produ dés eûvres tchu lé : ènne piece de théâtre et chutôt ïn film, qu’an peut encoé voûere ïn côp o l’âtre tchu nôs télévisions.

Lo cabarêt dés poirents de Gilberte ât aidé li, â long de lai dyaire de Coérdgenay. È n’y é quasi pe de snainnes sains qu’ïn car d’envèllous (touristes) n’y aimoéneuche dés dgens po boire ïn voire o maindgie ïn r’cegnon de tchie nôs. Â long dés annèes, l’hôtel ât aivu t’ni poi diffreints cabarties, mains an y peut aidé trovaie dés seuvnis, dés ïnmaidges èt ïn grant tâbiau que r’préseinte lai djûene sommèyière en-mé dés soudaîts.

Entret’ni lo seuvni de Gilberte, ça achi ïn tieusain de bïn dés dgens, è Coérdgenay, èt chutôt dés déchendaints de lai faimille Montavon.

Ïn nové grant tâbiau d’lai P’tète Gilberte s’ré inaudyurè lo saimedi 26 d’ôt, lai vâprèe, è Coérdgenay. Èl ât aivu môlè poi ci Pitch Comment, ïn afaint di v’laidge, tchu l’mue d’lai mâjon dés poirents Montavon. Cortége, fanfares, chorale dés patoisaints... çoli promât d’étre ènne bèlle féte ! Vôs y étes bïn chur ïnvitès !

L’micou


à propos de la Petite Gilberte