Par : Fleury LJ
Publié : 11 février 2013

Le dit du soleil et de la lune

Lai fôle di s’rayie èt d’lai yeune

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 8 février 2013

Le s’raye èt la yeune, mairiès d’â lai nêut des temps, bïn s’vent se gremoénïnt. Ç’ât dïnche dains les véyes coupyes.

- I en aî prou de ton commerce, que reprotchait le s’raye. È fât qu’çoli râteuche ! Te rôles tote lai neût. D’aivô tiu, i n’en sais ran. Tiaind qu’i m’yeuve, te t’coutches, èt peus tiaind qu’i vais â yét, te t’yeuves. Le pé, ç’ât qu’t’és pieinne tos les mois, qu’les dgens diant qu’t’és l’peut. Te dairôs aivoi grosse mille hontes.

- Èt peus toi, qu’yi réponjait lai yeune. Te crais qu’ç’ât l’pairaidis po ènne djûene fanne de vivre â long d’ïn véye groncenou c’ment toi qu’eurnonde aidé, que bote le fûe és pétures, que treûye l’âve des pouches ? Djâsez-me d’ïn aimoérou que n’serait d’moéraie piep’ïn soi d’aivô sai bionde ! Lai sanne yi tchoit d’chus è poène qu’è fait neût. S’te m’aibaindeunes, i prends mon piaîji laivou qu’i l’trove, cment çt’âtre d’aivô sai tchievre.

Le soleil et la lune se querellent.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 159.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">