Par : Fleury LJ
Publié : 21 novembre 2009

La torrée

Lai torrèe

La Babouératte, la Coccinelle

Une tradition bien jurassienne, de préférence parmi les sapins ...

Lai torrèe

La Torrée, Babouératte 101002
La Torrée, Babouératte 101002 -  MP3 - 3.1 Mo
La Torrée, Babouératte 101002

Faire ène torrèe, voilì ène faiçon de péssaie ène bélle djouénèe en mé des bôs. Aivô quéques aimis, les afaints, ç’ât des boussiattes de pyaisi, de rujolattes aissuries. Âssetôt airrivè dains les bôs, le premie traivaiye : construre ïn aître, l’envirtolaie de grôsses pîeres. È fât envoidjaie les chaîmes, les bréses d’évouélaie le fûe és saipïns.

Ène braissie de daîe ât tchaimpèe â moitan di soiche de pîeres. Aivô son fie fûe, le pére enfûle les braintchattes. Lai femîere virvôte dains le cie, pe vos bote tot content le tchûr en féte. Les hannes, les afaints ritant dains les bôs po raiméssaie, soitches braintches, trocats pe écôeches aifïn de fére ène grôsse tchavouènne. È fât ïn grôs moncé de bréses po tcheure ène palatte de pôe, des andouéyes femèes obïn reûtir des côtainnes. Lai palatte de pôe aissaisoinnèe, gainie d’ouégnons, de feuyes de tchôs, envirtolèe de grais paipie, pe d’ène feuye d’ailu ât embrûe dains le brésie pe retchevi de bréses. Oh ! ço qu’è fait tchâd âtoué di fûe. Ène pâlle srai lai bïnvenie, mains voilì nos l’ins rébièe !

D’ïn grôs pnie d’osie, les aisements sont tirie feûs. Les pus loitchous sont dje staie. Lai fouértchatte pe le couté en main, l’âve en lai gôerdge, ès aittendant. Ène sentou de tchée reûtie flôssie dains l’oûere, nairdyaint les nairines des campous. Sôetchie de son yét de bréses, lai palatte de pôe, ïn po noichie, femainte ât décopèe en mouéchés. Élle pairfünme tos les alentoués. En lai bouènne frainquette ont paitaidge, on maindge, pon fâte de se fouéchie ! Que ç’ât bon, bïn moiyou qu’ïn gros dénaie dains le pus chic hâté.

Lai painse rempyie, le gairgueusson rossoiyie, ç’ât l’hoûre bïnhèyurouse de s’aiccouédjaie ïn petét sanne. Staie su ène laive, le pére saivoure son chtoumf, ïn eûye viri su les afaints que botant è tcheure des pommattes dôs lai brése que cossène. Les fannes baidgelant. Ç’ât taintôt l’hoûre de se rédure. L’herbâ aippreutche bâlement. Lai brusse di soi se môessye en lai femîere di fûe que se meu. Tus s’aitchmeûyant è raiméssaie les paipies, coitchons odjoiyies pai les campous, pe que sont tchaimpès su ço que demouére de lai tchavouènne. Ène chaîme aittairdjie sembye nos tchuâtre ène bouènne rentrèe en l’hôtâ.

Lai mére tchaimpe ïn eûye su lai pyaice di pique-nique. Tot ât nat, prôpe. Son regaîd s’aittairdge ène boussiatte su le pôche l’eûye di Nanard. Le petét s’ât fait pitchie pai ène vouépe. Voilì ço qu’èl aidvïnt tchaind qu’on endôbe ène vouépîere !
È n’entchâ ces petéts èrtchelons, nos ins tus péssè ène bélle djouénèe en mé des bés saipïns de tchie nos.

Lai Babouératte, 2009

La torrée

Faire une torrée, voilà une façon de passer une belle journée en forêt. Avec quelques amis, les enfants, ce sont des moments de plaisir, de rigolades assurés. Aussitôt arrivé dans la forêt, le premier travail : construire un âtre, l’entourer de grosses pierres. Il faut empêcher les flammes, les braises de propager le feu aux sapins.

Une brassée de dare est jetée au milieu du cercle de pierres. Avec son briquet, le père enflamme les branchettes. La fumée tournoie dans le ciel, et met tout de suite le cœur en fête. Les hommes, les enfants courent dans la forêt pour ramasser branches sèches, copeaux noueux et écorces afin de faire un grand feu. Il faut un gros monceau de braises pour cuire une palette de porc, des saucisses fumées ou rôtir des côtelettes. La palette de porc assaisonnée, garnie d’oignons, de feuilles de choux, emballée de papier gras et d’une feuille d’alu est introduite dans le brasier, et recouverte de braises. Oh ! ce qu’il fait chaud autour du feu. Une pelle serait la bienvenue, mais voilà nous l’avons oubliée.

D’un grand panier d’osier, les ustensiles sont sortis. Les plus lécheurs sont déjà assis. La fourchette et le couteau en main, l’eau à la bouche, ils attendent. Une odeur de viande rôtie flotte dans l’air, narguant les narines des campeurs. Sortie de son lit de braises, la palette de porc un peu noircie, fumante est découpée en morceaux. Elle parfume tous les alentours. A la bonne franquette on partage, on mange, pas besoin de se forcer ! Que c’est bon, bien meilleur qu’un grand dîner dans le plus chic hôtel.

Le ventre rempli, la gorge rincée, c’est l’heure bienheureuse de s’accorder un petit somme.

Assis sur une pierre plate, le père savoure son cigare, un œil tourné sur les enfants qui mettent à cuire des pommes de terre sous la braise qui se consume. Les femmes bavardent. C’est tantôt l’heure de rentrer. L’automne approche doucement. La brume du soir se mélange à la fumée du feu qui se meurt. Tous s’activent à ramasser les papiers, cartons utilisés par les campeurs et qui sont jeté sur ce qui reste du grand feu. Une flamme attardée semble nous souhaiter une bonne rentrée à la maison.

La mère jette un oeil sur la place du pique-nique. Tout est net, propre. Son regard s’attarde un instant sur l’œil poché de Bernard. Le petit s’est fait piquer par une guêpe. Voilà ce qu’il advient lorsqu’on agace une guêpière !
Peu importe ces petits imprévus, nous avons tous passé une belle journée au milieu des beaux sapins de chez nous.

Marie-Louise Oberli-Wermeille, la Coccinelle, 2009