Par : Fleury LJ
Publié : 16 octobre 2010

Eribert Affolter, RFJ, 3 octobre 2010

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 3 octobre 2010

Auteur : Eribert Affolter

Eribert Affolter, RFJ, 101003 -  MP3 - 1.8 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 101003

Aimis di patois bondjoué.

L’hèrbâ ç’ât lai pu bèlle séjon po allaie bacâlaie dains lai côte. Nôs ains de lai tchaince de d’moraie dains le pu bé câre de tiere que le Bon Dûe é fait.

I veus vôs dire ènne aivisaîye po vôs bèyie l’envie d’allaie reguenaie.
È n’y é’p fât d’allaie bïn loin, lai "Combe des Beusse". Ïn pairaidis. De Laidjoux djeunqu’è Ondrevlie (Undervelier) en péssant poi ïn bé vâ (un beau vallon) .

C’te vie vôs moinne tchie ces Vâdais, laivoù lai Sorne tchoit dains lai Birse.
C’ât l’pus bé yûe qu’i cognâs. Sâvaidge, r’tirie, niun ni bote les pies. An dirait que les hannes l’aint rébiè, lai vétçhaince ç’ât râtè, an n’y croûje que des aimoireûs d’lai naiture.

Che vôs èz d’lai tchaince d’aivoi ïn temps d’hèrbâ c’ment nôs les ainmans èt c’ment les Fraintches Montaignes les cognéchant, vôs étes les dgens les pu hèyrous. Ç’ât lai séjon laivoù le soraye n’ât pu bïn hât dains le cie èt lai lumiere prolondge les ailombres. Mon Dûe qu’c’ât bé ! Les laîgres vôs paitchant des eûyes.

Po ècmencie le vâ s’eursarre (se resserre). Tchu lai drète, ènne cabâne en bôs, qu’é t’aivu r’fait. Ç’ât lai cabâne des pâtchous qu’lai tieumune de Laidjoux é conchtru po qu’les dgens poyeuchïns tieûre des indoéyes. Ïn èrtçhelon, èls aint fotu ènne raiccrûe d’aivô ïn toét en tôle que n’é voûere de djèt. Ât-ce qu’è n’y é’p prou de bôs dains lai côte ?

È gâtche ïn p’tét l’étaing, bïn aiménaidgie. Ènne raînne (grenouille) sâte tchu ïn taibairi (nénuphar). Ènne p’téte île, â moitan, ât utilisè po le répit des boérèts (des canards).

Le tchmïn pésse, entre doues roétches que fromant le vâ. An voit bïn que c’ât lai r’viere qu’é creûyenaie çi p’tchus po bèyie c’te goûerdge.

Lai vie s’porcheut d’lai san d’Ondervlie.

Le tchmïn déchend aidé èt ât mâ piain. È n’fât’p rébyè de tirie le r’seugnon (le casse croute) di sait. Lai gairgate ât satche èt l’echtomaic ât veude, ç’ât l’éffôe de lai mairtche. È fât prijie (apprécier) ces bèlles boussèes de lai djoénèe. Ïn p’tét côp de roudge d’aivo di p’tét laid, ènne indoéye èt ïn bout d’fromaidge, tot ç’què fât po vôs r’botaie d’aidroit.

Vôs vôs craites é Pairaidie, ènne p’téte tchoéte d’âve (chute d’eau), le tchaint des ôjés, le breûyat des vélats, les cieutchattes des dgeneusses, ènne loidgiere brije dains le feuyerie (feuillage), dains le cie ïn fâcon tçh’ri des s’ris.

Voili vôs étes mitnaint è v’laidge d’« Ondverlie ». Ènne grosse dolaîge en fie d’ertchâ, ençhôre des tchvâs que se graittant dains le cô. In po pu laivi doues aines satant dains ïn voirdgie, ïn bené vôs bèye ènne âve bïn fratche, vôs èz péssè ènne des pus bèlles djoénèes de vote vétçhaince.

I échpère qu’i vôs é bèyie l’envie d’allaie bagnaudaie dains ci bé care de tiere.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


3 octobre 2010

Amis du patois bonjour.

L’automne c’est la plus belle saison pour aller se promener dans la forêt. Nous avons de la chance d’habiter dans le plus beau coin de terre que le Bon Dieu a fait.

Je veux vous suggérer une idée pour vous donner l’envie d’aller vous promener.
Il n’y a pas besoin d’aller bien loin, "La Combe des Beusses". Un paradis. De Lajoux jusqu’à Undervelier en passant par un beau vallon.

Cette route vous mène chez ces Vadais, là où la Sorne rejoint la Birse.
C’est le plus beau lieu que je connais. Sauvage, retiré, personne n’y met les pieds. On dirait que les hommes l’ont oublié, la vie s’est arrêtée, on n’y croise que des amoureux de la nature.

Si vous avez de la chance d’avoir un temps d’automne comme nous les aimons et comme les Franches-Montagnes les connaissent, vous êtes les personnes les plus heureuses. C’est la saison où le soleil n’est plus bien haut dans le ciel et la lumière prolonge les ombres. Mon Dieu que c’est beau ! Les larmes vous partent des yeux.

Pour commencer le val se resserre. A droite, une cabane en bois, refaite. C’est la cabane des pêcheurs que la Commune de Lajoux a construite pour que les gens puissent faire leur torrée. Une bévue, ils ont ajouté un appentis avec un toit en tôle qui n’a pas de façon. N’y a-t-il pas assez de bois dans la forêt ?

A gauche un petit étang, bien aménagé. Une grenouille saute sur un nénuphar. Une petite île, au milieu, est utilisée pour le repos des canards.

Le chemin passe entre deux roches qui ferment le vallon. On voit bien que c’est la rivière qui a creusé ce trou qui donne cette gorge.

La route se poursuit en direction d’Undervelier.

Le chemin descend toujours et est bosselé. Il ne faut pas oublier de tirer le "casse-croûte" du sac. La gorge est sèche et l’estomac est vide, c’est l’effort de la marche. Il faut apprécier ces bons moments de la journée. Un petit coup de rouge avec du petit lard, une saucisse et un bout de fromage, tout ce qu’il faut pour vous remettre d’aplomb.

Vous vous croyez au Paradis, une petite chute d’eau, le chant des oiseaux, le beuglement des veaux, les clochettes des génisses, une légère brise dans le feuillage, dans le ciel un faucon cherche des souris.

Voilà, vous êtes maintenant au village d’Undervelier.

Une grosse clôture en fil de fer barbelé, enclot des chevaux qui se grattent dans le cou. Un peu plus loin deux ânes sautent dans un verger, une fontaine vous donne une eau bien fraîche, vous venez de vivre une des plus belles journées de votre existence.

J’espère que je vous ai donné l’envie d’aller vous promener dans ce beau coin de pays.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter