Par : Fleury LJ
Publié : 12 septembre 2012

L’échelle.

L’étchiele

Jean-Marie Moine

L’étchiele

Qué soûetche d’uti qu’ ç’ât, ènne étchiele  ! I ôs encoé mon grant-pére qu’ me diait  : « Te sais, l’hanne n’en é dj’mais prou, èl en veut aidé d’ pus. S’vent, è frait n’ïmpoétche quoi po en raip’naie ïn pô pus. Ch’ les aibres sont che hâts, ç’ât po qu’ les oûejés poéyeuchïnt maindgie les fruts di capiron. Ces p’tétes bétes aint l’ drait d’ maindgie tot c’ment nôs, dâli léchans yôs ces fruts di hât  ».

I m’ musôs en tot çoli, è y é ènne diejainne de djoués tiaind qu’i ouïnnôs â pie d’ènne étchiele chus laiquéle i aivôs graip’nè d’vaint de tchoire pe d’me rontre ïn brais.
I n’ v’lôs p’ tieudre des fruts, mains ran qu’ bèyie quéques côps d’éffoûeche en ènne bairre d’vaint lai mâjon po qu’ èlle aiveuche pus d’ djèt. Les p’nèllies pe les biaintches épeinnes s’ mairiïnt d’aivô ïn moncés d’âtres boûetchèts qu’airïnt tus voyu aivoi yote paît de s’raye, de boinne frâtche oûere le maitïn è pe l’ soi, de pieudge tiaind qu’ vïnt lai satie. Les aîbras les pus foûes r’boussïnt les âtres que s’ daivïnt r’vôdre pô n’ p’ étre étôffès. L’étchiele é tçhissie è vôs voîtes lai cheûte ...  !

Les djoués qu’ aint cheûyèt, tiaind qu’ i péssôs vés lai bairre i m’ diôs  : « Poûerie d’étchiele, djemais pus i n’ veus graip’naie chus toi.  » L’ drie djoué des condgies, entre dous raîlèts, i aî r’trovè di coéraidge en sondgeaint en ènne âtre soûetche d’étchiele, ïn pô c’ment l’étchiele de Jacob, ènne étchiele entre les dgens, po qu’ ès poéyeuchïnt se r’trovaie, s’ meu compâre, s’meu ainmaie, meu vétçhie ensoinne, meu paitaidgie ç’ qu’ èls aint...  ! Mains, des tâs l’étchieles, an ont di mâ d’les faire è t’ni. An n’sait p’ laivoù botaie l’ pie d’ l’étchiele obïn an n’ sait p’ chus quoi l’aippûere. (El é meinme fayu qu’ Dûe t’nieuche enson l’étchiele de Jacob  !)
I aî r’trovè hyie note Jura laivoù qu’ boussant âchi totes soûetches de belles piaintes bïn d’ tchie nôs, qu’ se poéyant s’vent bïn soie conv’ni. Des patoisaints m’ l’ aint aippris tiaind que r’veniaint en l’hôtâ, i aî trovè ènne sïmpye è bèlle câtche sangnie poi ènne tyïnzainne de Jurassiens.

Chérs patoisaints, çoli m’ vait drèt â tiûere. Vôs peutes yevaie lai téte, vôs m’varèz dje d’aivô mon brais en étchairpe chus le d’rie feûché d’ lai bèlle étchiele de l’aimitie qu’ vôs èz drassie.

I vôs r’mèchie.

J-M. Moine

L’échelle.

Une échelle, c’est un drôle d’outil  ! J’entends encore mon grand-père qui me disait  : « Tu sais, l’homme n’en a jamais assez, il en veut toujours plus. Souvent, il ferait n’importe quoi pour en ramasser un peu plus. Si les arbres sont si élevés, c’est pour que les oiseaux puissent manger les fruits de la cime. Ces petites bêtes ont le droit de manger tout comme nous, alors laissons leur ces fruits du haut de l’arbre.  » 

Je songeais à tout cela, il y a une dizaine de jours, lorsque je gémissais au pied d’une échelle sur laquelle j’étais monté avant de tomber et de me casser un bras.

Je ne voulais pas cueillir des fruits, mais seulement tailler une haie devant la maison pour qu’elle ait plus d’allure. Les prunelliers et les cenelliers se mariaient avec de nombreux autres buissons qui voulaient tous leur part de soleil, de bon air frais le matin et le soir, de pluie en prévision de la sécheresse. Les arbrisseaux les plus forts repoussaient les autres qui devaient se tordre pour ne pas être étouffés. L’échelle a glissé et vous devinez la suite ...  !

Les jours qui suivirent, lorsque je passais devant la haie, je me disais  : « Saleté d’échelle, jamais plus je ne monterai sur toi.  ». Le dernier jour des vacances, entre deux gémissements, j’ai retrouvé du courage, en songeant à une sorte d’échelle, un peu comme l’échelle de Jacob, une échelle entre les hommes, pour qu’ils puissent se retrouver, mieux se comprendre, mieux s’aimer, mieux vivre ensemble, mieux partager ce qu’ils possèdent...  ! Mais, on a du mal à faire tenir en place de telles échelles. On ne sait pas où placer le pied de l’échelle ou bien on ne sait pas où l’appuyer (Il a même fallu que Dieu tienne le haut de l’échelle de Jacob  !).
J’ai retrouvé hier notre Jura où poussent toutes sortes de belles « plantes bien de chez nous  », qui souvent font facilement bon ménage. Des patoisants me l’ont appris, lorsque revenant à la maison, j’ai trouvé une simple et belle carte signée par une quinzaine de Jurassiens.

Chers patoisants, cela me va droit au cœur. Vous pouvez lever la tête, vous me verrez déjà avec mon bras en écharpe sur le dernier échelon de la belle échelle de l’amitié que vous avez dressée.

Je vous remercie.