Par : Fleury LJ
Publié : 31 janvier 2014

La grandeur des verres

Lai m’jûre des voirres

Paru dans LQJ du 31 janvier 2014

Lai Mathilde di Tchvâ Bianc é déchidè de faire des économies. Èlle é tchaingie ses voirres è gotte. Djunqu’aidonc, èlle voichait lai dichtillèe dains des gros voirres è côtes. Les boyous chlappïnt çoli cment d’l’âve, meinme lai daimèe.

Cment tchétçhe djoué ch’ le cô dés onze, çt’Arseinne le fossoyou entre â cabairet.

- Bïn l’bondjoué, Mathilde !

- Bondjoué l’hanne. Cment vait ?

- I aî fini d’creujie le ptchu d’ ci Thomas, èt peus i aî soi. Voiche-me voûere ïn pt’èt tyissat.

- D’ laiquélle ?

- È n’ m’en tchât. Ou bïn, tïns, d’lai pamme, ç’ât lai moiyoûe. Èlle coule dains l’ gairguesson cment di sirop. Ou putôt cment l’ vïn d’mâsse qu’i boyôs tiaind qu’i étôs minichtraint.

Lai Mathilde yi sert sai pamme dains ïn ptèt câlice pe pus gros qu’ïn dayé. L’Arseinne lo déchend d’ïn trait, oeuvre la poûetche et yaince lo voirre â d’vaint l’heûs :

- Tïns, nitiou, t’és trop ptèt po allaie â cabairêt.

ïn dayé  : un dé à coudre


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.3 Mo

Traduction

La grandeur des verres

Mathilde du Cheval Blanc a décidé de faire des économies. Elle a changé ses verres à eau-de-vie. Jusque là, elle versait la distillée dans de gros verres à côtes. Les buveurs avalaient ça comme de l’eau, même la damassine.

Comme chaque jour, sur le coup des onze heures, Arsène le fossoyeur entre au café.

- Bien le bonjour, Mathilde !

- Bonjour, l’homme. Comment va ?

- J’ai fini de creuser la tombe de Thomas, et puis, j’ai soif. Verse-moi donc une petite goutte.

- De laquelle ?

- Peu importe. Ou bien, tiens, de la pomme, c’est la meilleure. Elle coule dans le gosier comme du sirop. Ou plutôt comme le vin de messe que je buvais lorsque j’étais servant.

Mathilde lui sert son alcool de pomme dans un petit calice pas plus grand qu’un dé à coudre. Arsène le boit d’un trait, ouvre la porte et lance le verre dehors :

- Tiens, morveux, tu es trop petit pour aller au café.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">