Publié : 17 mai

Problèmes de mémoire

Probyèmes de mémoûere

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 17 mai 2019

Probyèmes de mémoûere

Clément s’ fait di tieusain. È yi sanne qu’èl é des probyèmes de mémoûere. È ne r’trove pe le nom des dgens qu’è croûje èt qu’yi bèyant l’ bonjoué. È dédjûenon, èl en djâse en sai fanne.

- Hortense, i aicmence d’aivoi des sérious probyèmes d’aivô lai mémoûere. I dais tot graiy’naie po étre chur de n’ ran rébyaie.
- Qu’ât-ce te m’ raicontes poi li, Clément. T’és ènne bïn moiyoue mémoûere que moi. Te sais encoé les récitations que t’és aippris tchie l’Emma, not’ premiere maîtrasse.
- Çoli n’ veut ran dire.Te n’ veus djemais m’ craire. I pie, Hortense, i pie.
- Èt peus és câtches, t’ n’en és pe, d’ lai mémoûere ? T’és l’ pus foûe chteuquou d’ ci coénat. Ès v’lant tus djûere d’aivô toi.
- Râte, Hortense. I m’ coégnâs. Ç’ât pus grave que te n’ le crais.
- Te sais quoi, Clément. Te vais â p’tèt l’Usego sains paipie. Te m’ rappoétch’rés di beurre, di laicé, di pain. Ah, di temps qu’ te y és, è m’ fârait di produt po lai vaissèlle.

Le Clément sâte chu son véyo èt répète : di beurre, di laicé, di pain, di beurre, di laicé, di pain. D’vaint l’Uségo, è r’trove ïn copain d’ sèrvice èt peus ès s’sont raipp’lè l’ bon véye temps. De r’touè, ès débaile son sait.

- Voili. I crais qu’i aî tot : le vïn, les mouchirons dains l’ vinaigre, le fromaidge ... Eh bïn, te vois, Hortense, i aî rébyè l’ tchaimbon.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.3 Mo

Problèmes de mémoire

Clément est inquiet. Il lui semble que sa mémoire lui joue des tours. Il ne retrouve pas le nom des gens qu’il rencontre et qui le saluent. Au petit-déjeuner, il s’en ouvre à sa femme :
—  Hortense, je commence d’avoir de sérieux problèmes de mémoire. Je suis obligé de tout noter pour être sûr de ne rien oublier.
—  Qu’est-ce tu me chantes par là, Clément. Tu as une bien meilleure mémoire que moi. Tu sais encore les poésies que tu as apprises chez Madame Emma, notre première maîtresse.
—  Ça ne veut rien dire. Tu ne veux jamais me croire. Je perds, Hortense, je perds.
—  Et aux cartes, tu n’en as pas de la mémoire ? Tu es le meilleur joueur de la région. Ils veulent tous jouer avec toi.
—  Suffit, Hortense. Je me connais. C’est plus grave que tu ne le crois.
—  Tu sais quoi, Clément. Tu vas à l’épicerie sans liste de commissions. Tu me rapporteras du beurre, du lait et du pain. Ah, pendant que tu y es, il me faudrait aussi du produit à vaisselle.

Clément enfourche son vélo et répète mentalement : du beurre, du lait, du pain, du beurre, du lait, du pain. Devant le magasin, il retrouve un copain de service ; ils évoquent le bon vieux temps. A son retour, il ouvre son sac.

—  Voilà. Je crois que j’ai tout : le vin, les champignons dans le vinaigre, le fromage… Eh bien, tu vois, Hortense, j’ai oublié le jambon.